Opération Butor suite

Voici la suite de mes affûts Butor. Après les 2 premiers jours durant lesquels j’ai pu voir que la bête était très discrète et qu’elle se montrait de temps en temps uniquement lors de séquences de vol, je me dis que ça serait bien de faire d’autres photos en vol. Du coup, dès le début, je règle mon boitier de sorte qu’il soit en permanence prêt pour des photos dynamiques.

En arrivant le premier matin, un Grand Cormoran se tient perché au milieu de l’eau. A ma grande surprise, j’arrive à m’approcher du bord de l’étang pour le photographier. Normalement, cet oiseau fuit à plus de 300 mètres…

Puis il part quand même. Désolé… Du coup, le champ est libre pour que je m’installe tranquillement. 20 minutes plus tard, un groupe de cygnes vient troubler la tranquillité des lieux. C’est pas possible, on ne peut pas dormir tranquille !

Puis un peu plus tard, le petit Martin pêcheur vient me rendre une visite. Je ne pensais pas pouvoir le prendre en photo ainsi, car il n’y a aucun perchoir à proximité (où alors trop près, juste au-dessus de ma tête…). Cette petite pierre est la bienvenue !

Puis ensuite, il ne se passe plus rien, jusqu’à ce qu’un Grand Cormoran se pointe. Jusqu’à maintenant, les cormorans qui s’aventuraient dans mon champ de vision repartaient immédiatement à chaque fois. La simple vue de mon filet, même immobile, à moins de 200 mètres suffisait à les faire redécoller dans les 15 secondes. C’est inimaginable à quel point cet oiseau est méfiant ! Mais cette fois, je tombe vraisemblablement sur un oiseau malvoyant.

Avec mon 7D mark2, ça fait la paire : une mise au point sur le bout de la queue du cormoran alors que le collimateur était pile sur la tête…

Il ne se passera rien de plus aujourd’hui. Le Butor ne s’est pas manifesté.

Le lendemain, j’y retourne quand même. Le Martin pêcheur est le premier oiseau à se montrer:

Il pêche un petit poisson, puis se perche pour l’avaler pas très loin de moi. Le temps de le cadrer, le poisson est déjà avalé !

Là je demande à Monsieur Martin si il veut bien tendre le cou pour que je puisse faire une photo sans cette feuille devant la tête. Il obéit gentiment:

Et alors que tout à l’heure je critiquais l’autofocus de mon boitier, cette fois il m’impressionne : il arrive à faire le point sur la feuille très fine qui est devant le Martin!

Sur la suivante, la mise au point est bonne ! Quelle belle photo !…

Un peu plus tard, des promeneurs passent en face. Bizarrement, on dirait que ça réveille le butor, qui sort de ma droite en vol pour aller s’engouffrer dans les roseaux assez loin. Si si, je vous jure, il y a un butor quelque part sur cette photo:

Puis grosse surprise: alors que je surveille le butor dans le viseur, voilà qu’un 2ème butor sort des roseaux et part en vol! j’ai juste le temps de faire quelques mauvaises photos.

Puis l’autre butor décolle a son tour et vient dans ma direction. C’est le moment que j’attendais. Au début, il est loin, mais patience, il se rapproche…

Et alors qu’il arrive à la bonne distance, et que franchement j’arrive bien à le suivre, l’autofocus préfère rester sur les roseaux d’arrière-plan. J’ai beau reprendre le suivi, rien à faire, toutes mes photos sont comme ça, jusqu’à ce que le butor arrive dans les roseaux!

Cette fois, je ne profiterai pas vraiment de ce joli vol, raté!

Pour finir la matinée, j’aurai la visite de 2 grandes Aigrettes. La première arrive en vol droit sur moi et se pose à 40 mètres. Je ne prends pas de photos à l’atterrissage car je préfère reste immobile et ne pas me faire repérer. Mais c’est loupé, l’oiseau pose une patte dans l’eau puis repart. Décidément, mon camouflage n’est pas suffisant. La deuxième se pose plus loin, reste un moment puis repart. Pour celle-ci je ne sais pas si je suis responsable de son envol, mais ce n’est pas exclu:

Cet article a 1 commentaire

  1. C’est quand que tu arroses ton nouveau site??
    JR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.