Promenade dans les bois

Cette année, j’ai prospecté un peu le bois des pics mar. Il y a toujours un couple dans le secteur, mais cette fois, ils ne se sont pas installé dans la même loge que les 2 années précédentes. Cette année, ce sont des étourneaux qui ont choisi l’ancienne loge des pics. Dommage. J’ai cherché, mais aucun résultat, de toute façon, trouver le trou dans lequel ces fichus oiseaux s’installent relève du gros coup de chance. Il y en a, des arbres avec des trous, mais la plupart ne sont occupés par aucun oiseau…

J’ai par contre fait de belles observations, à chaque fois sans mon appareil photo bien entendu ! Deux chevreuils qui se battent en duel à 10 mètres de moi comme si on était en plein rut et en m’ignorant totalement! Il y a aussi eu les 6 sangliers avec les 5 marcassins qui se sont arrêtés à 30 mètres de moi, et le lièvre qui a fait peur aux sangliers avant de venir se poser à 15 mètres de moi ! Du coup, les fois suivantes, j’ai pris du matériel photo, mais bien entendu je ne suis jamais retombé sur de telles scènes.

J’ai quand même pu photographier un chevreuil à 4 oreilles, la preuve:

J’ai aussi trouvé une petite mésange charbonnière sur le chemin. J’ai du passer un peu trop près de son nid:

Un petit Troglodyte, toujours très dur à approcher:

J’ai fini par trouver un truc assez sympa: un couple de pics épeiche en train de creuser leur loge de reproduction. Il est rare de tomber sur une telle scène, alors j’ai essayé de faire quelques photos, même si la loge est un peu haute dans un vieil arbre. Lors de mon premier affût, c’est la femelle qui est venue creuser un moment:

Alors bien sur, une photo comme ça c’est pas très intéressant. Ce qui l’est plus, c’est le moment ou le pic ramasse les copeaux de bois et les éparpille dans les airs d’un coup de tête ultrarapide. Pas facile du tout de réussir une photo tellement c’est bref !

Pendant mon affût, voilà qu’une chevrette se pointe et se couche à 30 mètres de moi. Je fais une photo depuis mon point d’affût:

Bon, pas terrible… La chevrette reste un bon moment, elle semble bien installée loin de tout danger. Au moment de partir, je me dis que de toute façon, je ne pourrai pas ranger mon matos et m’éclipser sans me faire repérer et la mettre en fuite. Du coup, je décide de me faire repérer en essayant de faire une photo. Voilà le meilleur résultat obtenu avant de faire le mouvement de trop…:

Le lendemain, aucun pic ne viendra creuser pendant mon affût. Heureusement, je croiserai quand même la route de 2 chevreuils:

Puis la fois suivante, le mâle vient m’offrir une belle séance de forage.

J’essaie à nouveau de photographier l’évacuation des copeaux. Ces 3 photo se suivent, ça dure 0,3 secondes en tout.

La plupart du temps, le pic envoie les copeaux d’un coup de tête très rapide vers l’arrière. Il remet instantanément la tête en avant, du coup sur beaucoup de photos on voit les copeaux qui partent derrière alors que le pic à déjà remis la tête en avant…

En vidéo, ça rend mieux, voici un petit montage de 50 secondes !:

Je finis par une petite photo de Tic, vu qu’on ne s’en lasse pas !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.