Pas assez véloce

Depuis quelques temps, on ne voit pas beaucoup de photos d’oiseaux sur mon site. Vous avez remarqué aussi ?

Faut dire que c’est sympa aussi les mammifères. Enfin, pas toujours. Surtout Tic et Tac qui n’apparaissent presque jamais (et uniquement quand il n’y a pas de lumière) et qui ne me laissent que le temps de rater quelques photos avant de disparaitre à nouveau…

Cette dernière, je vous promet, elle était magnifique dans le viseur, dommage que Tic ait bondit sur la gauche au moment où j’ai appuyé sur le déclencheur…

Celle-là aussi elle aurait pu être bien, à quelques dixièmes de secondes près.

Pour la suivante, heureusement que l’autofocus a foiré la mise au point, sinon j’aurai regretté d’avoir coupé la queue comme ça !

En tout cas, l’autofocus est beaucoup plus véloce et précis quand il “attrape” le grillage au fond du jardin. C’est instantané dès que Tic s’en va de l’image !

Et pour finir, enfin, une photo nette !!! en plus, vous avez vu, je n’ai pas coupé la queue. Les pattes, oui, mais pas la queue. Et d’ailleurs, je crois que j’aurais mieux fait de couper la queue et pas les pattes sur ce coup… mais bon, on a rarement plus d’une seconde pour déclencher, pas le temps de réfléchir:

Du coup, Tic m’a énervé, j’ai décidé de retourner aux sources, à savoir les oiseaux. J’ai commencé, pour m’échauffer, avec une chouette effraie immobile qui dort de temps en temps dans le Hangar de J-R, dans des positions très bizarres. Ça fait plaisir de voir un tel oiseau, tant les effectifs sont faibles dans notre région. La photo est prise en digiscopie, ça faisait longtemps aussi.

Et enfin, je me suis attaqué à plus dur: le Martin pêcheur… qui n’est pas venu. Enfin si, il est passé, repassé, mais il a fait comme le train pour Pau: il est passé mais il ne s’est pas arrêté. Pas le temps de prendre une photo ! Enfin c’est vous qui voyez…

Du coup, j’ai eu l’occasion, en attendant la flèche bleue, de capter un petit Pouillot véloce: véloce, oui, mais pas assez pour m’échapper ! Voilà, vous avez compris le pourquoi du titre de ce post!

Ça fait plaisir de photographier ce tout petit oiseau si commun et pourtant si dur à avoir !

Là, c’est pas évident, mais c’est bien un pouillot véloce, à environ 3,5 mètres. Le problème, c’est que le 500mm ne fait le point qu’à 4,5 mètres minimum. Des fois on regrette les grosses focales, mais heureusement pas souvent !

Enfin, il s’éloigne un peu !

Bon, je vous rassure, lui aussi il a bien joué avec mes nerfs, pendant un bon moment…

Pour finir, la photo traditionnelle du “truc devant l’oeil”, un grand classique. Je l’ai pas mal réussie celle là, non ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.