Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 août 2011

La Hulotte qui a fait fuir le renard...

Après la belle rencontre avec le brocard aux jolis bois, je retourne au même endroit le soir suivant. Je me place comme la veille, avec mon filet histoire d’être moins remarqué.

IMG_8892.jpg

Pour patienter, j’ai pris avec moi le numéro de la Hulotte qui parle du chevreuil, histoire de me documenter sur l’espèce. Je commence donc à lire, et à chaque fin de page, je lève la tête pour voir si quelque-chose bouge autour de moi. Il ne se passe rien. Puis tout à coup, alors que j’en suis à l’avant dernière page, j’entends un bruit dans l’herbe. Je lève la tête, et là, un renard est à 5 mètres de moi !!! Je ne l’ai pas vu venir à cause de ce bouquin ! Naturellement, en levant la tête, j’ai fait un mouvement qui n’a pas échappé à l’animal, et celui-ci a déguerpi en moins d’une demi-seconde ! Et là je suis fou, car le renard est LE mammifère que je veux photographier depuis longtemps. J’avais abandonné tellement cet animal est craintif, et voilà que je loupe une occasion magique…
D’habitude, je ne prends jamais de lecture car c’est justement le meilleur moyen de tout louper… Et sur ce coup, s’il était arrivé 5 minutes plus tard, j’aurais déjà terminé le numéro et j’aurais pu anticiper sa venue. Je n’ai pas fini de râler…

Plus tard, Jean-Ro me rejoint, et peu avant la tombée de la nuit, nous faisons une belle observation d’une biche avec son faon qui sortent du bois tout au fond.

IMG_8803camraw.jpg
Les 2 animaux se rapprochent de nous de plus en plus, et je prends des photos, en jonglant avec les iso, entre 800 et 1250, c’est plus que limite… Malheureusement, la biche a un problème sous la mâchoire, elle a une bosse bizarre qui la rend peu photogénique. J’espère que cela n’est pas trop grave pour elle. Au final, la plus belle pose offerte par la petite famille sera gâchée par un joli poteau électrique…

IMG_8831camraw.jpg
IMG_8837camraw.jpg
IMG_8844camraw.jpg

Sans doute intriguées par les bruits du déclencheur, elles finissent par repartir manger à l’autre bout du champ.
Encore une belle observation, ce coin est décidément un petit paradis !

mercredi 11 mai 2011

Le lièvre, le photographe, et....... la joggeuse !

L’autre matin, je rentre bredouille de ma prospection biches. Mais en prenant un virage un peu avant chez moi, voilà que j’aperçois un lièvre qui fait sa toilette dans un labour ! Il est près d’une prairie, je décide de me garer plus loin et de l’approcher par la prairie. L’herbe est haute, le vent est bon, j’ai une chance d’y arriver. Après avoir rampé sur 50 mètres dans l’herbe, j’aperçois le lièvre qui est toujours là. Je fais une première photo :

IMG_7793.jpg

J’avance un peu plus, maintenant je suis à 7-8 mètres du bord de la prairie et j’ai une petite trouée dans l’herbe pour le photographier. Il ne m’a pas repéré et continue sa toilette, cool ! Je vise le bestiau, et là, je décide de changer de mode autofocus et je passe de Aiservo à one shot, afin de pouvoir mieux soigner mon cadrage. Je fais ça sans décoller l’œil du viseur car j’ai appris tous les boutons par cœur. Et là, c’est bizarre, je suis toujours en Aiservo ! Tant pis, je prends une photo, et là, ça ne déclenche pas ! Mince, qu’est ce que j’ai fais ? Je recule l’appareil pour contrôler les paramètres sur l’écran, et clic, ça prend une photo à ce moment. Ca y est j’ai compris, je me suis encore trompé de molette et j’ai mis le retardateur…

IMG_7794.jpg
Pas de panique, je remets les bons réglages, et là, le lièvre décampe alors que j’allais prendre ma photo dans la seconde !!!

IMG_7795.jpg

Il a du finir par me repérer. Et en fait, non, car c’est une joggeuse qui s’est pointée sur la route à ce moment et la fait fuir ! C’est malin, c’était la première fois que j’arrivais à approcher un lièvre avec mon reflex… Je commence à comprendre comment on peut en venir à assassiner une joggeuse de bon matin ! Oups, elle n’est pas terrible cette plaisanterie, mais bon tant pis, je la laisse quand même…

Je me dis toujours que si Canon avait inversé les fonctions des 2 molettes, je ne me tromperais jamais. C’est bizarre non ? Tant qu’ils y sont, ils devraient aussi inverser le sens de rotation des molettes, ça me permettrais, une fois que je me suis aperçu que je me sui trompé de molette, de ne pas me tromper de sens de rotation de la bonne !

samedi 12 février 2011

Tel est pris qui croyait prendre…

J’ai fait une nouvelle tentative d’affût avec ma copine la Pie-grièche grise. Le but était de la prendre en photo au même endroit que l’an dernier. Le perchoir visé est le seul qu’elle utilise à peu près régulièrement en ce moment. D’ailleurs, les branches dessous sont couvertes de fientes, ce qui confirme sa présence régulière ! L’avantage de se perchoir est qu’en me mettant à gauche de la haie, elle ne peut pas me voir avant de venir se poser, car elle a pour habitude de chasser plutôt à droite de celle-ci.

En arrivant tôt le matin, elle n’est pas en vue. Cool, je vais pouvoir m’installer tranquillement, à l’abri de son regard. Je longe la haie, et voilà que pendant que je mets mon matériel en place, j’aperçois la Pie-grièche, qui m’observe depuis un frêne en face de moi ! Elle me regarde m’installer, pour la discrétion c’est loupé !

IMG_0609der.jpg

Je me permets de la prendre en photo, en me disant que ce sera certainement la meilleure photo de la journée. Une fois en place, je l’a voit 2-3 fois sur des frênes plus loin à travers la haie. Elle semble regarder si je suis toujours là, histoire de bien prendre soin de ne pas trop s'approcher...

Par la suite, elle part dans la partie haute de la friche et devient invisible. Après 1h30 d’attente, je longe la haie pour jeter un coup d’œil discret. Je l’aperçois, toujours dans la même zone. Donc je rejoins ma longue-vue et j’attends à nouveau, avec l’espoir qu’elle m’oublie et revienne se poser sur la bonne tige de frêne. Vers 11h30, il me semble l’apercevoir quelques secondes dans la haie au milieu des branches, à environ 30 mètres. Je ne sais pas si j’hallucine ou pas, car je ne vois pas grand-chose, mais je crois bien que c’est elle, avec son bandeau noir… Elle s’envole à nouveau dans la mauvaise direction. J’attends jusqu’à 12h puis je sors de ma cachette. A ce moment là, impossible de la retrouver nulle-part dans la friche… Elle a du partir chasser ailleurs, comme elle le fait régulièrement.

La Pie-grièche a encore gagné, mon perchoir est resté désert…

IMG_0652.jpg

Durant mon affût, j’ai photographié une mésange et un moineau dans la haie, en et regardant mes photos, je m’aperçois que tout est flou, comme les photos de la Pie-grièche prises au début ! Jusqu’à présent mon nouveau Canon S95 semblait parfait, mais du coup j’ai de sérieux doutes sur la fiabilité de l’autofocus. Après quelques tests complémentaires, mes doutes se confirment : la précision de l’autofocus semble très mauvaise, tout ceci m’inquiète ! Je pensais enfin mettre mon Fuji F30 à la retraite pour le remplacer par une bête de course, mais du coup ce n’est pas encore fait…

mercredi 5 janvier 2011

La Pie-grièche grise marque encore un point…

Aujourd’hui, la météo (= science qui prévoit le temps qu’il aurait du faire) annonçait un temps très mauvais. Résultat, un soleil de feu toute la matinée, pas un nuage à l’horizon. L’occasion l’aller une fois de plus défier la Pie-grièche grise dans sa friche. Arrivé sur place, l’oiseau n’est pas en vue. Comme elle n’était pas non plus sur place la veille au soir, je doute sur sa présence. Je préfère patienter avant de m’installer, en essayant avec le reflex de photographier les merles et les grives qui se nourrissent sur les petits pommiers.

IMG_6037.jpg

La lumière est très belle, mais bien sur, il y a toujours une branche devant l’oiseau pour vous ruiner une belle image !!!

IMG_6049.jpg

Puis je repère avec plaisir la pie-grièche au loin, dans la partie la plus éloignée de la friche. Je décide de m’installer en affût comme la dernière fois. L’attente commence. L’oiseau, d’abord au loin, vient chasser pendant 30 minutes autour de moi, mais comme d'habitude, il ne vient pas à moins de 40 mètres. Rien à faire, dès qu’il commence à s’approcher, même si je reste immobile, son décollage suivant n’est jamais dans ma direction. C’est très frustrant ! Puis après 2h30, j’abandonne la partie, car l’oiseau est reparti dans la partie éloignée de la friche depuis presque 1 heure. Entre temps, il vient aussi se percher devant ma voiture, mais le problème est que je n'y suis pas bien sur ! Néanmoins, pendant la matinée, je l’ai observé 2 fois descendre dans un roncier. Je décide d’aller voir, et mon intuition est la bonne, le roncier lui sert de lardoir ! Le lardoir est le garde-manger des pies-grièches, elles y épinglent leurs proies.

IMG_0224.jpg

Oui je sais, le plumage euhhh le pelage du petit rongeur est surexposé, j’avais mis une compensation d’exposition mais apparemment elle s’est enlevée toute seule. Les mammifères ce n’est pas mon truc, même morts je n’arrive pas à les photographier correctement…
Vu de près, on dirait que le pauvre a été maltraité, sa colonne vertébrale semble avoir pris l’air !

IMG_0224v2.jpg

L’après-midi, je décide de retourner voir le Tichodrome au Fort. Cela fait un moment que je ne lui ai pas rendu visite ! Au moment de partir, le ciel tout bleu se voile et la belle lumière disparait… On dirait que la météo n’avait pas tout faux finalement… J’y vais quand même, en emportant le digiscope et le reflex. Bon reflexe (sans mauvais jeu de mot), car la lumière n’est finalement pas suffisante pour la digiscopie. Mais mes épaules ont un peu souffert sur le chemin, ça faisait pas mal de poids tout ça. Je décide de descendre sous les falaises pour essayer de photographier le petit alpiniste en milieu naturel. Après un peu d’attente, un oiseau vient fréquenter la falaise. Il reste longuement très loin, et je l’observe à loisir dans ma Zeiss. Finalement, il se rapproche, et j’arrive à faire cette photo :

IMG_6064.jpg

Oui je sais, il n’est pas bien gros sur la photo, et pourtant, il était à 20 mètres. C’est une distance déjà difficile à atteindre, car l’oiseau a plusieurs centaines de mètres de falaises pour évoluer, alors pour qu’il vienne si près malgré ma présence, il faut déjà pas mal de chance… Mais pour mon 400mm, ce n’est pas suffisant. Le digiscope aurait probablement permis de mieux exploiter cette rencontre, mais il aurait fallu pour cela un peu plus de lumière. Ce n'est jamais facile la photo animalière !

lundi 3 janvier 2011

La Pie-grièche à gagné

Ce matin, le temps s’annonce ensoleillé. Je décide d’aller affûter la Pie-grièche grise, dans le but de la photographier de près. En arrivant sur les lieux, je remarque une buse posée dans un arbre, alors que derrière le soleil se lève timidement sur la montagne du Jura. Il y a une belle photo d’ambiance à faire ! Je passe mon chemin, m’arrête plus loin, prépare le reflex, et je repasse au même endroit. On ne peut pas s’arrêter sur le bord de la route, alors je reste au milieu, mais il n’y a personne derrière. Je fais une série de photos. La buse ne s’envole pas, même à cette distance c’est un miracle…

IMG_5889.jpg

Un coup d’œil dans le retro, personne derrière, je fais une autre série avec un cadrage différent.

IMG_5901.jpg

Un coup d’œil dans le retro, oups c’est quoi ces lumières blanches très fortes ??? Ah, c’est une voiture qui fait des appels. Bon, pas de panique, j’avance ! Enfin presque, car j’ai oublié que je suis resté en 3ème, alors bien sur je cale lamentablement. J’essaie de redémarrer rapidement, mais là, bien sur, mon démarreur déconne et tourne dans le vide en frottant les pignons, ce qui occasionne un joli bruit de sirène. C’est la première fois que ça arrive et pile au bon moment bien sur ! La prochaine tentative est la bonne, je démarre et m’écarte du chemin un peu plus loin en faisant signe à cet automobiliste, qui non content de retourner bosser après les fêtes tombe encore sur un paumé au milieu de la route qui photographie les oiseaux. Mais il m’a même pas klaxonné, comme quoi tout le monde n’est pas aussi nerveux que ça au volant…

De mon côté, je suis persuadé d’avoir fait ma meilleure photo de la matinée, mais je relève quand même le défi « Pie-grièche grise ». Elle n’est pas encore présente sur le site, ou alors pas en vue. Je m’installe dans la friche avec mon filet de camouflage. Je me munis du digiscope, ce qui me permet de garder une distance plus importante avec le perchoir principal que je vise. J’arrive à avoir une lumière bien orientée et un perchoir assez haut mais qui reste sur fond de montagne, qui sera plus esthétique que le ciel bleu. Je ne me place pas au milieu de la friche mais plus ou moins dans un coin de celle-ci, ce qui permettra à l’oiseau de pouvoir exploiter le reste de la friche si toutefois ma présence le dérange.

IMG_0214.jpg
L’attente commence. Il fait -6°C, et une petite bise se lève. Au bout de 30 min j’ai déjà froid malgré mes 4 couches de vêtements… Je sens que je ne vais pas tenir longtemps. La Pie-grièche apparait alors sur l’un de ses perchoirs habituels. Super, il ne reste plus qu’à espérer qu’elle vienne devant moi. Le temps passe, et elle se balade sur toute la friche, sauf dans un rayon de 40 mètres autour de moi. J’ai froid mais je patiente encore. Après 2h00 d’attente, un promeneur passe avec son chien devant moi. On dirait qu’il ne m’a pas vu, ce qui est étrange car à mon avis mon filet se voit quand même bien. Mais bon, tant mieux, c’est toujours embêtant quand un promeneur me voit et vient satisfaire sa curiosité, je ne sais plus quoi faire, c’est stressant ! Toujours est-il qu’il fait partir la Pie-grièche dans la partie la plus éloignée de la friche. Après, je la vois se déplacer 2 fois un peu plus loin, puis elle disparait. Le soleil, lui, fait de même, et pris par le froid, j’abandonne la partie au bout de 2h30. Echec de l’affût, une fois de plus, mais c’était prévisible quand on connait cet oiseau. Mon joli perchoir est resté désert…

DSCF5829.jpg

Je regagne la voiture, puis après avoir mis un peu de chauffage, je vais faire un tour dans la zone ou la Pie-grièche à disparu, mais je ne la reverrai plus. Je fais un détour par les merles et les grives avant de partir, histoire de tenter de photographier la belle litorne. Résultat, quelques photos au reflex pas exceptionnelles mais on fait ce qu'on peut !
La version sans soleil :

IMG_5945.jpg
Et la version avec soleil :

IMG_5964.jpg
Puis tout à coup, des cris d’alarme, des vols dans tous les sens, tout le monde s’en va. En cause, l’épervier du coin qui a tenté sa chance ! Raté. Il se pose devant moi, puis redécolle. J’essaie de le photographier en vol, mais c’est un peu flou quand même… pourtant j’avais bien maintenu le collimateur d’autofocus presque une seconde sur l’oiseau, mais il n’a pas focalisé… On va dire que c'est mon matériel qui n'est pas assez performant...

IMG_5974.jpg
IMG_5978.jpg

- page 2 de 3 -