Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Chardonneret élégant

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 juin 2016

La star de la flaque dégueu

Alors voilà la suite de la journée. Je le rappelle pour ceux qui n’ont pas suivi, je passe l’après midi devant une flaque d’eau dans un environnement franchement dégueu.

IMG_4674.jpg
Je tente le coup car j’avais vu auparavant qu’il y avait pas mal de petits oiseaux qui venaient fréquenter cette petite gouille. Je commence par me planquer avec mon filet à un endroit où je suis bien caché. Mais ce n’est pas une bonne idée, car je n’ai que le reflet du ciel sur l’eau, et comme le ciel est blanc, ça provoque un contre jour pas terrible. Une gorgebleue se pointe. Saisie en pleine course !

_D2_1053camraw.jpg
Là on la voit mieux…

_D2_1062.jpg
Elle a un plumage bizarre, c’est un mâle mais qui ressemble à une gorbebleue à miroir roux, une sous-espèce nordique. Mais son plumage nuptial n’est pas terminé, il manque du bleu sous la gorge. Alors je ne sais pas trop…

Une fois la gorgebleue partie, je change de place. Ici je suis plus visible, mais au moins les reflets sur l’eau sont carrément plus intéressants. Bon, après, la difficulté est d’avoir des oiseaux assez près, histoire d’avoir un cadrage suffisamment serré pour qu’on ne voie pas tous les éléments parasites du lieu. Comme par exemple les morceaux de brique rouges et les morceaux de fers à béton, n’est ce pas ?

_D2_1155camraw.jpg
_D2_1322camraw.jpg

Je m’aperçois que les oiseaux sont attirés par des petits vers rouges qui pullulent au bord de l’eau. Et ce sont les bergeronnettes printanières qui se montrent les plus tolérantes envers ma présence. Moi ça me va, c’est plutôt un bel oiseau !

_D2_1097camraw.jpg
En étant patient, quelques oiseaux viennent prospecter assez près de moi, et entre 2 morceaux de brique, j’arrive à faire quelques belles photos. Ce n’est pas évident car la bergeronnette a la bougeotte, elle ne reste pas souvent immobile, alors il faut suivre et croiser les doigts pour ne pas avoir trop de flou de bougé :

_D2_1174camraw.jpg
_D2_1232camraw.jpg
_D2_1477camraw.jpg
_D2_1495camraw.jpg

Au cours de l’après midi, d’autres oiseaux se pointent : Il y a le chardonneret, plutôt craintif et qui décolle dès que je le pointe avec le 500mm, où dès que la première photo est prise. Comme l’an dernier, j’ai l’impression que le bruit du déclenchement il n’aime pas trop. Oups !

_D2_1404camraw.jpg
Jolie photo loupée… De quoi, un morceau de ferraille flou en premier plan ? Non non, c’était juste un gros lombric, rien de plus naturel…
Ce coup là je l’ai eu !

_D2_1462camraw.jpg
Après il y a les linottes, tellement farouches qu’au moindre mouvement de l’objectif elles disparaissent aussi vite qu’elles sont arrivées. Il y a aussi les bruants des roseaux, assez craintifs :

_D2_1450camraw.jpg
La Bergeronnette grise se pointe aussi à un moment :

_D2_1206camraw.jpg
Et bien sur la gorgebleue !

_D2_1151camraw.jpg
Mais c’est vraiment la bergeronnette printanière qui restera la star de cet après-midi :

_D2_1501camraw.jpg
_D2_1522camraw.jpg
_D2_1524camraw.jpg
_D2_1562camraw.jpg
_D2_1569camraw.jpg
_D2_1590camraw.jpg
_D2_1701camraw.jpg
Les jours suivants, il n'y aura presque plus d'oiseaux au bord de la flaque. J'ai bien fait d'en profiter tout de suite !

lundi 22 août 2011

Le marais et ses trésors

Ce week-end, j’ai visité 2 petits observatoires que j’aime bien. L’un d’eux m’a retenu un bon moment ! J’y avais photographié il y a 2 ans des libellules en vol en digiscopie, un exercice difficile…

Cette fois, c’est au reflex que je tente le coup. De toute façon mon petit Canon S95 est au SAV pour un problème optique, donc pas de digiscopie possible. Je m’aperçois tout de suite que l’exercice est très facile au reflex comparé à la digiscopie. Cela reste bien sur un jeu de réflexes et de patience, mais l’autofocus se débrouille bien !

IMG_8928.jpg
IMG_9150camraw.jpg
IMG_9195camraw.jpg
IMG_9235camraw.jpg
IMG_9301camraw.jpg

Je vois également que des chardonnerets viennent de temps en temps sur le chardon qui est juste devant l’observatoire. Du coup, je tente également de faire des photos. Mais ces oiseaux se montrent très craintifs. Ils viennent déjà d'eux même très peu de fois, et dès qu’ils se posent, ils redécollent. Pourtant, je suis au fond de l’observatoire, dans l’ombre, objectif braqué sur l’endroit précis ou ils se posent en arrivant. La seule fois ou un oiseau reste plus de 2 secondes, allez savoir pourquoi, mon autofocus part dans le mauvais sens. Le temps qu’il aille buter à l’infini et qu’il revienne à 3, 70 m (distance de l’oiseau), l’oiseau est déjà repartit… Du coup, voici mes 2 meilleures photos d’adultes :

IMG_8975.jpg
IMG_9041.jpg

Heureusement, j’ai plus de chances avec 2 jeunes qui se montrent moins craintifs. Je fais de superbes photos, mais je ne suis bien sur pas satisfait, tant la jolie tâche rouge de la tête manque à ce très bel oiseau.

IMG_9448camraw.jpg

J’essaye de le photographier durant les bons qu’il fait d’une fleur à l’autre, mais il est trop vif. J’ai quand même cette photo marrante :

IMG_9532camraw.jpg

Un héron passe également pas mal de temps dans le coin. Il attrape des grosses larves, qu’il avale en se les envoyant au fond du gosier. A un moment, il en attrape une tout près de moi. Je me dis alors que je peux faire une superbe photo au moment ou il se l’envoie, car le bec est grand ouvert et la proie est en lévitation entre les 2 mandibules. Au moment que je pense opportun, je déclenche la rafale à 6,3 ims/s pour être sur de ne pas rater l’instant. Et là, je vérifie sans aucun problème une caractéristique de mon reflex : le fait qu’il peut prendre 14 photos avant de saturer. En effet, je prend 14 photos durant lesquelles il ne se passe rien.

IMG_9385.jpg

Puis la rafale s'arrête 1/2s. A cet instant, j’observe dans le viseur l’instant précis que je voulais photographier !!! Puis l’appareil prend la 15ème photo, juste après le fameux instant !!!

IMG_9386.jpg

Sur la suivante, on voit qu’il a mal visé le premier coup et il en remet une couche pour envoyer la larve dans le gosier, mais ça n’a rien à voir avec celle que j’ai loupée…

IMG_9387.jpg

Pour terminer, 2 autres photos sympa du héron, une pêche à la grenouille et un essorage :

IMG_9403.jpg
IMG_9558.jpg
Au final, des regrets bien sur, mais de bien belles photos quand même, on ne va pas se plaindre.

dimanche 12 décembre 2010

L'espoir fait vivre !

Ces derniers jours, le soleil fût bien présent. L’envie d’aller errer dans la nature avec son matériel photo n’a pas manquée. Mais comme souvent, on a soit le soleil, soit les oiseaux !

J’ai passé pas mal de temps au bord d’une friche ou un groupe de chardonnerets avait élu domicile. Mon but était de les photographier sur les chardons devant la voiture. Le problème, bien sur, est qu’ils ont fréquenté beaucoup de chardons, mais pas ceux devant la voiture… Le seul moment où ils sont venus à moins de 40 mètres, le temps était couvert. La lumière manquait et c'était de toute façon un peu trop loin.

DSCF5398.jpg
DSCF5407.jpg
DSCF5430.jpg

J’ai aussi fréquenté le Fort l’Ecluse à la recherche du Tichodrome échelette, le gardien du Fort en hiver. Ce petit oiseau est le seul à grimper aux murs, et c’est un régal de le voir évoluer. Je l’ai déjà pris en photo sur les parois du Fort les années précédentes.

IMG_0101.jpg
Cette fois, grâce à l’idée ingénieure de Bertrand, j’ai tenté de le photographier sur les falaises autour du Fort, à un endroit que je ne pensais pas accessible à pied ! J’y ai fait des très belles observations avec ma longue-vue, mais pour les photos de concours, il faudra une belle dose de chance. En effet, le Tichodrome vient bien de temps en temps sur ces falaises, mais il reste dans une zone escarpée, et il ne semble pas vraiment décidé à venir au bon endroit. En tout, environ 9 heures passées sur place, dont une partie en compagnie de Bertrand, et 1 ou 2 digiscopies pas terribles, en tout cas pas çà la hauteur de ce magnifique Tichodrome!

DSCF5496.jpg
Copie_de_DSCF5634.jpg

Mais bien entendu, rien que le fait de voir ce petit oiseau nous incite à revenir encore et encore, et à braver le froid et le vent glacial du Fort. Rien que de guetter les murs ou les falaises environnantes procure du plaisir, on a toujours l’espoir de voir apparaitre le rouge magenta du Tichodrome, qui sort d’une fenêtre ou d’une meurtrière du Fort pour se donner en spectacle, explorant toutes les fissures de la roche à la recherche de nourriture. Dans tous ses déplacements, il nous laisse entrevoir régulièrement mais très brièvement le rouge magnifique de ses ailes, un cadeau qu’il est difficile de capturer sur une image, mais là est une partie du défi !