Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Cincle plongeur

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 1 novembre 2010

Le cincle se montre enfin ! Mais un peu tard…

Aujourd’hui, je suis retourné affûter les oiseaux au bord de la rivière, malgré ce temps gris qui convient peu à la photo. Je m’installe à mon endroit habituel. Le débit de la rivière à un peu augmenté mais mon point d’affût est encore à peu près au sec. Après presque 1 heure d’attente, seule une petite bergeronnette vient me rendre une visite éclair. Je commence à m’ennuyer, mais un cincle finit par s’arrêter quelques instants devant moi.

IMG_4519.jpg

Une demi-heure plus tard, un autre cincle, peut-être le même, vient chasser quelques secondes pas très loin de moi. Il s’immobilise sur une branche juste le temps de faire quelques photos, puis repart. Dans le même temps, le fidèle martin-pêcheur effectue quelques passages, et vient même se percher à 2 reprises dans les arbres sur la rive d’en face. Mais il ne se décidera pas à descendre sautiller sur les pierres comme à son habitude.

IMG_4562.jpg

Après 2 heures d’affût, je rentre manger. Mais j’y retourne bien sur l’après midi. Je décide de changer de poste d’affût. Je m’installe un peu plus en aval, dans une zone qui peut se montrer très intéressante pour le cincle. En effet, depuis que j’essaie de photographier ce petit oiseau, je rêve d’une certaine photo : le cincle la tête dans l’eau, au milieu du courant, avec une petite pellicule d’eau qui le recouvre mais le laisse apparaitre par transparence. On peut voir cet instant furtivement quand on l’observe pêcher, mais je n’ai jamais pu l'immortaliser en photo (il faut dire qu’en digiscopie, c’est pratiquement impossible, même si j’ai quand même pu approcher ce résultat une ou deux fois). Mon reflex m’offre de nouvelles perspectives, il faut essayer !
Cet après-midi est un test, car en réalité il n’y a pas vraiment assez de lumière aujourd’hui pour faire des photos dynamiques. Pour bien être installé et discret, je me place juste au bord de la rivière, les pieds dans l’eau avec mes bottes. Juste en face de moi, une zone se prête bien à la photo que j’espère faire, il ne reste plus qu’à espérer qu’un cincle vienne trainer son bec juste ici. Je sais qu’ils viennent régulièrement, mais avec ma présence ce n’est pas gagné.

Durant les 2 premières heures, la seule chose qui se passe, c’est l’engourdissement de mes pieds dans les bottes. Il faut dire que l’eau est froide ! J’essaie bien de les sortir un peu de l’eau mais c'est difficile, le trépied bloque mes genoux… Au bout d’un moment, je ne sens plus rien. On dirait que je m’habitue…
Quelques passereaux viennent faire leur toilette sur la rive d’en face. Mésange charbonnière, bleue, pinsons des arbres… Ils se chamaillent même pour avoir la place, comme s’il n’y avait pas assez de rive pour tout le monde !

IMG_4696.jpg

Puis une fois l’après-midi bien entamée, voilà que les cincles commencent à venir me voir. C’est un peu énervant car à chaque fois qu’un oiseau, au gré de sa pêche, s’approche de moi, il est chassé par un autre cincle qui sort de nulle part. A la sortie, je me retrouve toujours tout seul.

Ici, un cincle vient pour en chasser un autre qui commençait à bien s'approcher. Heureusement, il m'a laissé, en contrepartie, le temps de le photographier !

IMG_4755.jpg
IMG_4762.jpg

Mais un peu plus tard encore, voici que la tendance s’inverse ! Deux cincles s’aventurent près de moi, et ça dure. Le problème, c’est que la lumière commence à manquer. Et c’est dommage car un cincle fait 2 longs passages juste au bon endroit pour ma photo rêvée ! Résultat des courses, je mitraille quand même, mais pratiquement que des photos floues et bruitées, à 800 ou 1000 iso. Je pense même avoir réalisé mes plus belles photos ratées !

Quand le cincle m'a fait croire qu'il se jetait dans la mini cascade, j'ai commencé à déclencher en rafale. Résultat, l'oiseau a finalement hésité avant de se jeter, et au bon moment, mon reflex a un peu saturé car il avait rempli sa mémoire de photos... Du coup, je n'ai pas vraiment pu faire beaucoup de photos au bon moment...

IMG_4844z.jpg
Si si, il y a un cincle sur cette photo. Regardez bien, il est sous la cascade ! on voit ses plume sous l'eau si on regarde de près...:

IMG_4844.jpg
Pour continuer, voici une photo qui se rapproche pas mal du résultat espéré. Mais il a fait un grand mouvement de la tête au mauvais moment !

IMG_4846.jpg

Celles-ci se rapprochent également de la photo souhaitée. Mais le cincle ne se baisse pas assez pour que la pellicule d'eau vienne recouvrir tout son corps. De plus, de près, aucune photo n'est vraiment nette...

IMG_4993.jpg
IMG_4998.jpg

Pour finir, quelques autres photos de ce petit nageur/plongeur d'exception !

IMG_5001.jpg
IMG_4952.jpg
IMG_5104.jpg

Les oiseaux se décident enfin à partir, et je fais de même, après être resté 3h30 sans bouger. Il commence à faire un peu sombre. En me relevant, je comprends enfin pourquoi je n’avais plus froid aux pieds : ils sont complètement engourdis. Du coup je ne sens plus rien, et c’est un peu difficile de remonter le talus pour rejoindre la voiture… Mais j’y arrive quand même, il faudra par la suite que je trouve une nouvelle position pour ne pas avoir les pieds dans l’eau…

vendredi 22 octobre 2010

Au fil de l'eau, en images

Après ma belle rencontre au bord de la rivière, je ne pouvais qu'y retourner !

J'ai passé environ 14 heures de temps cumulé en affût toujours au même endroit. Le cincle, qui à la base était l'oiseau visé, se montre le plus méfiant. Ceci n'est pas étonnant, je connais bien cet oiseau... D'autres se sont montrés plus gentils, et j'ai pu faire quelques belles observations, même si je n'ai pas pu ramener des photos sublimes de tout ce qui s'est passé sous mes yeux.

J'ai vu une Bergeronnette sans queue:

IMG_4205.jpg

Quoi, une bergeronnette sans queue ???


IMG_4210.jpg
Bon je rigole Monsieur le Cincle... Je sais bien que c'est moi que tu regardes, espèce de curieux! Tu vas encore tourner en rond sur ta pierre pendant 30 secondes en me regardant, avant de partir, pas rassuré par cette chose bizarre qui bouge (pourtant je fais le maximum pour bouger lentement et te cadrer en toute discrétion...)

Tu es bien difficile, même le timide rougegorge n'a pas peur !

IMG_4296.jpg
IMG_4483.jpg
Le troglodyte, lui, ne s'occupe pas de moi non plus. Mais il est tellement petit et nerveux que le prendre en photo n'est pas chose facile...

IMG_4272.jpg
Le martin-pêcheur, lui, est l'oiseau qui est le plus venu mettre de l'animation. Je me suis même aperçu qu'ils étaient 2, car ils sont venus de chamailler juste au dessus de ma tête !
L'un d'eux a eu la bonne idée de venir faire sa toilette près de moi. Mais il a attendu qu'un gros nuage passe devant le soleil, m'empêchant de tenter de photographier les multiples plongeons qu'il effectue pour laver son plumage. J'ai par contre pu saisir l'essorage !

IMG_4310.jpg
Un peu plus tard, il m'a offert un beau cadeau en venant assommer un poisson fraichement pêché devant moi. Certes, il s'est mis un peu trop loin (dommage, je n'avais pas opté pour la digiscopie !) mais c'était super à voir. Voici un coup d'assomoir (la scène dure moins de 3/10 de secondes:

IMG_4398.jpg
IMG_4399.jpg
En recadrant beaucoup une photo, on voit mieux le pauvre poisson, que je ne saurais identifier:

IMG_4443.jpg
Pour finir, une dernière photo ou il faut trouver le martin-pêcheur...

IMG_4470.jpg
J'espère que ce site restera quelques temps aussi intéressant pour la photo !

vendredi 15 octobre 2010

Les habitants de la rivière 2ème partie...

Suite à ma matinée d’affût, je remets ça l’après-midi. J’espère faire de nouvelles photos de Cincles. Après 30 minutes d’attente, une bergeronnette vient me rendre visite. Elle est suivie d’un Cincle. Je peux faire quelques photos des 2 oiseaux dont la visite reste furtive.

IMG_3809.jpg
IMG_3820.jpg

Par la suite, à plusieurs reprises, des cincles passent en vol devant moi, mais ils ne s’arrêtent jamais. Au bout d’une heure, toujours rien. Quand tout à coup, le martin pêcheur que j’avais vu passer plusieurs fois s’arrête sur une branche sur la rive d’en face. Il est trop loin pour des photos, mais quel plaisir de pouvoir l’observer ! Il s’agit d’une femelle, et probablement d’un jeune oiseau. Il reste longuement sur sa branche, fait un brin de toilette. Je le surveille, car on ne sait jamais, il pourrait se rapprocher. Il finit par s’envoler pour venir se percher un peu plus près. Je le prends en photo dans les couleurs de l’automne.

IMG_3929.jpg

Puis encore mieux, le voilà qui descend de son perchoir pour venir sautiller de pierre en pierre ! Et à seulement quelques mètres de moi. Il ne m’a pas repéré, et j’arrive à effectuer quelques mouvements lents sous mon tissu de camouflage pour le cadrer sans me faire repérer. Je me régale littéralement. Il finit par plonger pour attraper une larve d’insecte, qu’il avale sans tarder. Puis il remonte se percher quelques instants 3 mètres au dessus de ma tête, et finit par repartir en aval de la rivière, me laissant à nouveau tout seul…

IMG_3954.jpg
IMG_4032.jpg
IMG_4161.jpg

Je reste encore 30 minutes sur place, car j’ai repéré 2 cincles qui pêchent en aval de moi. Finalement ils ne se décident pas à se rapprocher. C’est surement volontaire de leur part, ils ont du me repérer…
En partant, j’essaie d’être de plus discret possible, mais je fais quand même partir les 2 cincles, malgré une distance entre nous de 40 mètres ! Il y a de grosses variations de la distance de fuite chez cet oiseau suivant les individus, et ceux-ci ne font apparemment pas partie des plus faciles à dompter !

jeudi 14 octobre 2010

Les habitants de la rivière

Lors de mes dernières sorties, la vue d’un cincle plongeur m’a donné envie de retourner sur mon ancien spot au bord de la rivière pour tenter de photographier cet oiseau. J’avais abandonné ce coin car ce printemps et cet été, le lieu était trop fréquenté par les promeneurs, pêcheurs et baigneurs. Il sert également de décharge sauvage et on y trouve sacs poubelles et autres déchets jetés depuis la route…
Actuellement, le coin est redevenu plus calme. Je décide de m’installer en affût un peu au hasard, à un endroit qui convient bien aux oiseaux. Je suis équipé du reflex, car le temps et très couvert, et la lumière disponible pour les photos n’est pas vraiment compatible avec la digiscopie. Il est 10h du matin et l’attente commence.

IMG_8769.jpg

IMG_8764.jpg

Mon premier visiteur est une bergeronnette des ruisseaux, habitant commun de la rivière. Je prends quelques photos, et je rate la meilleure bien sur, à cause d’un flou de bougé du photographe… L’appareil est juste appuyé sur une pierre, et j’ai encore du mal à être assez stable !

IMG_3653.jpg
IMG_3660.jpg

Dix minutes plus tard, 2 cincles débarquent. L’un essaye en fait de chasser l’autre de son territoire de pêche. Coup de chance pour moi, il s’arrête quelques instants devant moi. Je prends une rafale de photos, mais l’oiseau bouge tellement qu’au final je n’ai qu’une seule photo à peu près nette. Puis il change de pierre et reste un peu plus immobile. J’ai le temps de prendre quelques photos avant qu’il ne reparte. Je suis bien content de ce premier face à face au reflex avec cet oiseau que j’aime beaucoup. J’ai vu qu’il avait bien remarqué ma présence, et qu’il est resté un moment sur ces pierres devant moi pour observer cette « chose bizarre» au bord de l’eau. La bergeronnette, elle, n’avait pas remarqué ma présence. Ainsi, le Cincle semble être plus observateur de son environnement .

IMG_3672.jpg
IMG_3684.jpg
IMG_3692.jpg

Entre temps, un Martin pêcheur passe 2 fois en vol devant moi sans s’arrêter. Cet oiseau n’est d’habitude pas présent à cet endroit, et cette observation ne peut que me réjouir, cela fait un oiseau de plus potentiellement photographiable sur ma rivière !
Vingt minutes plus tard, deux cincles reviennent à mon niveau. J’observe toujours le même comportement. Les oiseaux essayent de se chasser mutuellement. Je cadre celui qui s’est posé sur une pierre devant moi. Il se met à adopter un comportement de parade, en faisant vibrer ses ailes. Le but cette fois est certainement d’impressionner son concurrent qui est posé quelques mètres plus loin. Pour moi, c’est une chance énorme, car je n’ai jamais réussi avant à bien photographier ce comportement en digiscopie. Je prends une rafale de photos, mais je vois dans le viseur des paramètres de prise de vue bizarre. Je suis un peu intrigué mais je n’ai pas le temps de réfléchir et la scène se termine. Conclusion : la molette de mon boitier à tourné toute seul en mode manuel, et du coup mes photos sont toutes surexposées, et pas qu’un peu ! Là je me suis bien loupé, pile au moment où il y avait un comportement intéressant à mettre en boite !!!

IMG_3735.jpg
IMG_3746.jpg
Avec une petite retouche, on voit mieux ce que j'ai raté...

IMG_3746v2.jpg

Après 2 heures d’affût, je repars pour aller manger. Je reviendrai l’après midi, ou la chance sera avec moi ! La suite de la journée bientôt, quand j’aurai le temps d’écrire mon histoire !
A suivre…

jeudi 22 avril 2010

Désespérément bredouille…

Ou plutôt broucouille, comme on dit dans le bouchonois... Cette semaine, j’étais en congés et je comptais bien passer un peu de temps en Savoie à chercher quelques oiseaux intéressants. Quelques heures passées dans les observatoires du sud du Lac du Bourget n’ont pas été très riches en observations, et encore moins en photos.

Je comptais également aller voir les Cincles le long de la rivière. Mes 2 précédents passages chez mes sujets de l’an dernier ne m’ont pas permis de voir le moindre oiseau. Et cette semaine, lors d’un nouveau passage, ce ne sont pas les chiens ni les gosses qui se baignaient dans la rivière à 2 mètres de l’ancien nid des cincles qui ont arrangé les choses…

C’est devenu impossible de trouver la paix dans ce coin pourtant bien sympa. J’ai donc décidé d’arpenter la rivière plus en amont, en dehors des sentiers, là ou personne ne s’aventure hormis quelques pêcheurs motivés. Muni de mes bottes à 10 euro, j’ai parcouru quelques kilomètres de rive, étant souvent obligé de traverser la rivière, si possible sans remplir mes bottes (il n’y a eu qu’un seul raté…) pour progresser. J’essayais de voir le plus loin possible avec mes jumelles, le but étant de rencontrer un couple de cincles et surtout de le voir avant d’être vu. Ceci permet d’observer les oiseaux à distance sans influencer leur comportement. Il ne reste qu’à attendre qu’ils nous donnent des indices sur l’emplacement de leur petit nid ! Enfin ça c’est la théorie. Au final, j’ai trouvé de très jolis coins, mais il manquait les oiseaux ! Je n’ai croisé le chemin que de 2 cincles. Le premier était caché derrière une pierre, il m’a vu avant moi et est parti à perte de vue. Je n’ai jamais pu le retrouver. Le 2ème, je l’ai repéré à 70 mètres, mais je l’ai fait partir quand même (c’est une distance normale de fuite pour cet oiseau très craintif). J’ai pu le retrouver un peu plus loin, mais même avec toutes les précautions possibles, je l’ai fait repartir plus loin, cette fois la distance de fuite était de 100 mètres, il était un peu sur les nerfs celui-là !

Pour finir, je n’ai pas trouvé mon coin à cincles malgré une journée complète de prospection. En aval, là ou la rivière est bétonnée à souhait et traverse ville, zones industrielle et d’activité, avec du bruit et du monde, le cincle est très présent. On dirait une fois de plus que les oiseaux préfèrent vivre près de l’homme !

Il n’est pas facile de trouver des coins à photo. Quand on habite dans les bons endroits comme la Vendée, la Marne ou la Brenne, il y a une diversité et une abondance d’oiseaux incroyable, on ne sait plus où donner de la tête. Mais lorsqu’on habite dans des coins plus ordinaires où les oiseaux sont moins abondants, il faut beaucoup prospecter pour trouver des opportunités de photos. De plus les « bons spots » sont éphémères, il faut en profiter tant que les oiseaux sont là et tant que les différents paramètres qui font que des photos sont possibles sont réunis. Ces prospections prennent beaucoup de temps, et souvent une fois le spot trouvé on a plus assez de temps pour les séances d’affût photo !

Cependant c’est bien sur toujours un plaisir de se promener dans la nature à l’écoute des oiseaux, même sans ramener d’images !

- page 2 de 3 -