Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Faucon crécerelle

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 20 décembre 2016

Complètement givré

Bon alors vous venez de lire « complètement givré », et du coup vous vous dites ça y est, il se lance dans son autobiographie !
C’est loupé, ce sera pour plus tard. Non, en fait, dans le Pays de Gex, on n’a pas vu un rayon de soleil depuis plus de 3 semaines dans la plaine, la faute à notre Stratus national, cette sorte de bouillasse créée par le Lac Léman qui crée un air humide qui reste coincé à cause des montagnes environnantes. Il y a une semaine, comme il faisait bien froid, il y avait du givre de partout. C’était l’occasion de partir en quête d’un oiseau à photographier dans ce beau décor !

Le problème, c’est que depuis pas mal de temps, dans le Pays de Gex, c’est mort de chez mort. A part quelques rougegorges, rien à l’horizon. Après avoir fait quelques kilomètres, je tombe sur un Faucon crécerelle. Normalement, il aurait du décoller à l’approche de la voiture, mais comme souvent, les oiseaux se montrent moins farouches quand il y a du brouillard. J’ai largement le temps de le prendre en photo :

_D2_5717camraw.jpg
Bon, ce n’est pas du Vincent Munier, de toute façon y a que quand c’est lui qui prend la photo que c’est magnifique. Un peu plus loin, hop, un petit rougegorge pointe le bout de son bec. Mais il a décidé de garder l’anonymat, rien à faire. Faut dire que le rougegorge est un oiseau timide.

_D2_5731camraw.jpg
Un peu plus loin, encore un rougegorge. Celui-ci aussi a décidé de garder l’anonymat, mais de façon un peu plus vulgaire !

_D2_5747camraw.jpg
_D2_5749camraw.jpg
En route, je croise un peu partout des ingénieurs de chez Orange. Avec le brouillard, y a des endroits ou on n’y voit pas à plus de 50 mètres. J’aimerai bien savoir comment ils font pour exécuter leur mission de protection de la nature sans voir ce qu’il y a devant eux… Si quelqu’un peut m’expliquer…

Un peu plus loin encore, voilà qu’un rougegorge (original non ?) se pose sur une jolie branche bien dégagée à ma droite. Je stoppe la voiture net, je baisse la vitre côté passager, je chope le 7D, et je prend une jolie photo. Enfin j’essaie, car le petit rougegorge, malgré son gilet orange, est assez loin et l’autofocus du 7D ne le voit pas. Alors bouton de mise au point manuelle, liveview, loupe, mise au point, le tout en 5 secondes comme un pro, et clac !

_D2_5787camraw.jpg
Oui je sais, c’est bizarre comme photo, mais ce petit côté épuré et minimaliste, moi j’adore !
Après, je décide d’essayer d’approcher le rougegorge à pied le long de sa haie pour faire d’autres photos, mais je ne m’en sort qu’avec celle-ci. Il a bien rusé pour éviter l’objectif : tu m’attends à droite de la haie ? Et bien je chasse à gauche. Tu passes à gauche ? Du coup je retourne à droite…

_D2_5807camraw.jpg

Je reprends la voiture, et après avoir croisé un joli Milan royal que je n’arrive pas à photographier, je fais demi-tour à l’entrée d’un chemin. Et là, je fais décoller un oiseau très original : un rougegorge ! Il se perche juste à côté, et j’ai le temps de dégainer le 7D pour le photographier. Cool !

_D2_5847camraw.jpg
Après, plus rien d’intéressant. Mais bon, je n’en espérais déjà pas autant.

mardi 12 février 2013

Où est le soleil ?

Bon allez, on va quand même reparler de Titi l'alpiniste ! Je suis retourné plusieurs après-midis sous les falaises, mais on dirait que le soleil se fout bien de moi. La lumière est bien orientée pour faire des photos à partir de 13 - 14 h, et comme par hasard, alors que le matin il fait grand soleil partout, c'est toujours à partir de 13 ou 14 h que le soleil disparait définitivement derrière les nuages qui arrivent du Jura. Samedi, quand j'ai garé ma voiture, la falaise était encore éclairée, et le temps d'effectuer les 20 minutes de marche pour arriver sur les lieux, fini ! plus le moindre rayon de soleil. Je suis quand même resté presque 2 heures, à espérer que cela évolue. Mais rien. Dimanche, j'étais sur que ça ferait pareil, mais il ne faut pas rater une occasion d'aller voit titi. Donc j'ai tenté le coup. Cette fois je me suis dépêché et j'ai eu presque 20 minutes de soleil une fois sur place, avant que toute la lumière disparaisse à nouveau derrière les nuages.

IMG_8969.jpg
IMG_8970.jpg
Mes 2 sorties précédentes à celles-ci avaient connu la même issue, ça commence à être....comment dire ça sans vulgarité... assez embêtant. Dimanche j'ai au moins pu croiser Bertrand, qui en avait marre de photographier des mésanges à la mangeoire. Finalement devant le désastre il va retourner sans doute à ses mésanges...
Bon, heureusement, j'avais gardé des photos de 2 précédentes sorties sous le coude pour vous les présenter, en prévision d'une période creuse...

Lors de la première sortie, j'ai croisé un promeneur anglophone sur le chemin qui m'a retenu un bon quart d'heure. Il était très sympathique mais parlait très mal français. J'ai pas compris grand chose à ce qu'il m'a raconté. Quand j'ai enfin pu rallier mon poste à Tichodrome, voilà que je fais fuir titi qui était rentré dans la grotte juste à côté de mon poste. Et là, je me dis que si l'autre ne m'avait pas retardé, je serais arrivé avant titi et j'aurais pu faire des photos à 5 ou 6 mètres, ce que j'espère depuis un moment. Comme titi n'est pas parti loin, je m'arrête et je sors le matériel. Je perds titi de vue seulement une poignée de secondes, et après il a disparu. Tant pis. J'avance vers mon poste, et là voilà que titi ressort de la grotte ! Il y était retourné, et je ne l'ai pas vu. Résultat, cette fois il repart loin et je viens de rater encore une superbe occasion !!!

Mais l'histoire ne s'arrête pas là: voilà que dans l'après-midi, titi revient dans la grotte ! Cette fois je suis en place, mais alors qu'est ce que c'est dur de le suivre ! Il ne fait pas la moindre pause, bouge sans cesse. Il passe à 5 mètres de moi, moment rare dont je n'arrive pas à profiter, aie ! J'arrive quand même à faire quelques photos lors de ses passages autour de la grotte, c'est déjà ça mais aucune n'est vraiment exceptionnelle, et les meilleures je les ai raté.


IMG_1858.jpg

Les versions bien nettes mais tête mal tournée ou posture pas top:

IMG_1874.jpg
IMG_1877.jpg


et la version belle posture avec la tête bien floue...

IMG_1872.jpg

La version avec la proie mais floue (si si, c'est le rocher derrière qui est net):

IMG_1884.jpg

Et pour finir, 3 autres pas mal mais qui me plaisent sans plus:

IMG_1896.jpg
IMG_1907.jpg
IMG_1909.jpg

La sortie suivante, Titi n'est pas revenu tout près, mais il a effectué un passage pas très loin qui m'a permis de faire quelques photos. J'espère toujours faire une photo magnifique sur ces jolis lichens jaunes, bon là c'est un début...

IMG_1938.jpg

Ensuite il y a la photo très froide avec des teintes métalliques, mais moi j'aime bien:

IMG_1953dpp.jpg

Et il y a ma petite préférée de ces dernières sorties: titi en position d'affût aux insectes volants:

IMG_1943.jpg
Et enfin, au coucher du soleil (pour une fois qu'il n'y a pas de nuages!!!), un faucon crécerelle vient se percher pas très loin. Il y a des branches devant mais ça ne se voit pas trop...

IMG_1959.jpg

samedi 31 mars 2012

Le tichodrome laisse place

Lors de mon dernier message, j’ai parlé de ce couple de grands corbeaux qui en s’installant pour nidifier sur la falaise m’a empêché de terminer la saison du tichodrome. Assez rageant, mais bon c’est comme ça. Depuis presque 2 semaines, les tichodromes semblent avoir disparu. Ils ont quitté leurs quartiers d’hiver pour rejoindre leurs mystérieux sites de reproduction. J’ai tenté de me poster en affût pour photographier les grands corbeaux. Lors de la première tentative, j’ai eu l’impression que cela fonctionnait. Je me suis installé sans me faire repérer par les oiseaux. Trente minutes après mon arrivée, un oiseau qui était au nid a décollé, puis est revenu se poser directement 30 secondes plus tard. Ceci est plutôt très rassurant.

_MG_2553.jpg
_MG_2504.jpg
Mais les choses se gâtent la fois suivante. L’oiseau présent au nid s’envole 5 minutes après mon arrivée et disparait. Au même moment, des promeneurs parlent très fort au dessus de la falaise, 20 à 25 mètres au dessus du nid. Je pense qu’ils sont responsables. Après, ils descendent sous la falaise à côté de moi, toujours en faisant du bruit, et agacent clairement les oiseaux. Il n’y a aucun chemin à cet endroit, et c’est très escarpé. Ils provoquent des chutes de pierres qui dégringolent jusqu’en bas de la falaise, pas très malin !
Et juste après, j’entends un couple qui descend encore sous la falaise, juste à côté de moi. Au début, je pense à des promeneurs, mais très vite je comprends que c’est un couple de photographes amateurs qui cherche à photographier les oiseaux rupestres. Le truc marrant dans l’histoire, c’est qu’ils se postent à 5 mètres de moi pendant 1h30 mais sans me voir, car je suis juste en contrebas d’une grosse pierre. Moi je peux suivre leur conversation. Bien entendu, ils stressent les grands corbeaux car ils ne savent pas que leur nid est à 30 mètres de là. Je préfère rester caché plutôt que de les informer de la présence du nid, car c’est une information qui ne doit pas trop circuler. Après leur départ, les oiseaux reviennent, mais j’ai l’impression cette fois que ma présence les gène aussi, car ils se posent en falaise mais n’osent pas rejoindre le nid.

_MG_2574.jpg
_MG_2572.jpg

Je m’éclipse rapidement à un moment ou les 2 oiseaux ne sont plus en vue.

Une 3ème tentative très brève me confirme le dérangement qu’occasionne ma présence. Je réfléchis alors à la pose d’un affût fixe qui devrait être mieux accepté par le couple. J’étudie tout par avance, et le jour j, je descends l’installer. Au début, je ne suis pas repéré, mais au bout de 5 minutes, ça y est. Je m’active et 10 minutes plus tard, tout est à peu près en place. Je me sauve rapidement. Je n’ai pas encore de photos de l’affût, ça viendra.

Jeudi après midi, je peux me libérer pour aller tester cet affût. Un chemin un peu escarpé me permet de le rejoindre en ayant peu de chances d’être repéré. Une fois dedans, ça ne va pas trop mal. Et les oiseaux l’ignorent complètement, très bonne nouvelle. J’observe qu’un oiseau reste tout le temps au nid, et que l’autre le ravitaille de temps en temps. Et autre nouvelle non des moindre : un couple de faucons crécerelles s’installe 10 mètres au dessus des grands corbeaux ! Incroyable. Les 2 espèces semblent se tolérer sans plus, je ne sais pas comment cela va évoluer, car les 2 peuvent potentiellement prédater les œufs ou les poussins de l’autre…

_MG_2626.jpg
_MG_2598.jpg
_MG_2614.jpg

Le plus difficile reste maintenant de faire des photos. Suivre les oiseaux en vol ce n’est pas ma spécialité, et entre les faucons trop rapides et les corbeaux trop noirs qui mettent à rude épreuve l’autofocus, ce n’est pas gagné. Les photos présentées ici sont pas mal recadrées et souvent pas très nettes. Ce n’est pas le genre de photos que j’aime faire. Affaire à suivre…