Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Grimpereau des jardins

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 20 mai 2012

Visite chez les grimpereaux

Il y a déjà un bout de temps, Bertrand a trouvé par hasard un petit spot magnifique dans un petit bois. Celui-ci accueille un couple de grimpereaux des jardins, un tout petit oiseau qui grimpe aux arbres et qui est très difficile à photographier. Son nid est situé en général dans la fissure d’un arbre mort, ou derrière une écorce décollée. De mon côté, j’avais trouvé un nid de cet oiseau il y a quelques années, mais en digiscopie je n’avais pas assez de lumière pour espérer de bonnes photos. C’est que l’oiseau aime bien les sous-bois bien sombres pour s’installer !

Avec mon reflex, je me dis que cette fois, il est peut-être possible de faire des photos. Je trouve enfin le temps d’y aller une matinée où il y a un soleil de plomb au dessus du bois. Mais une fois sur place, le constat est toujours le même : pas assez de lumière. Ceci n’est pas vraiment étonnant car Bertrand avec un objectif 4 fois plus lumineux que le mien avait aussi du mal à trouver assez de lumière… Décidément, la photographie d’oiseaux forestiers semble réservée au matériel de pro hyper lumineux et qui ne craint pas la montée en iso…

Mais j’ai déjà pu faire des photos dans ces conditions, en étant méthodique, notamment avec les pics et le pouillot siffleur, alors je ne me décourage pas. Je me place en affût à environ 8 mètres du nid, allongé par terre. C’est à ce moment là que 2 petits chiens arrivent et tournent autour de moi en aboyant pendant 5 minutes, effrayant du même coup les grimpereaux et les autres oiseaux. Cela ne me surprend même pas, ce n’est que la suite logique du paysan plus tôt dans la matinée qui a déplacé ses vaches dans la parcelle ou j’étais installé depuis 5 minutes pour tenter mon premier affût vers mon couple de Pies-grièches écorcheurs… Bien sur, les Pies-grièches se sont sauvées et les vaches se sont agglutinées autour de moi, m’obligeant à partir…

Mais bon, revenons à nos grimpereaux, les pies-grièches ce sera pour plus tard, bientôt j’espère d’ailleurs…
Les oiseaux sont bien sur dérangés par les chiens en plus d’être dérangés par moi, mais finissent par s’habituer à ma présence une fois les chiens repartis. Les premières photos sont assez floues, et les oiseaux sont bien petits dans le viseur malgré la proximité. C’est qu’ils sont tout petits ces grimpereaux, et ils ont la bougeotte !

Loupé...

_MG_3260.jpg
Déjà mieux...

_MG_3206.jpg

Je décide petit à petit de ramper en direction du nid pour me rapprocher au fur et à mesure qu’ils s’habituent à ma présence. Et là, un miracle se produit : vers 11h, une trouée dans le feuillage laisse le soleil inonder le tronc des oiseaux, et ceci va durer pendant 1h ! Mon reflex est aveuglé par la lumière, et j’essaie d’en profiter. A force de ramper, j’arrive à 4 mètres du nid et les oiseaux viennent toujours…

Voici une sélection de photos :

_MG_3316.jpg
_MG_3336.jpg
_MG_3366.jpg
_MG_3391.jpg
_MG_3427.jpg
_MG_3448.jpg

Jeudi matin, je décide de retourner sur place car le soleil est là. J’ai de nouvelles idées de photos et je compte bien les concrétiser. Mais une fois sur place, c’est bien calme. J’attends, encore en encore, pas le moindre grimpereau. Au bout d’1 heure, je décide d’aller contrôler le nid. Et là, le nid est vide et quelques matériaux de celui-ci sont par terre. Un prédateur est surement passé par là…
Triste nouvelle pour les oiseaux et le photographe, tant pis c’est la nature !