Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Grosbec

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 28 février 2015

La grande loi de la photo nette

De temps en temps, il faut parler un peu des grandes lois qui régissent la photo animalière. On ne sait pas qui a inventé ces lois, et il vaut mieux car si un jour ce mystérieux fondateur se fait connaître il va ramasser ! En effet, tout est prévu pour énerver le photographe. Pourquoi le renard sort du bois à droite pendant que je regarde à gauche, pourquoi l'oiseau qui est perché depuis 5 minutes sans bouger sur son perchoir et décolle dans le dixième de seconde qui précède la prise de vue ? Pourquoi le chevreuil sort du bois pile au moment ou il n'y a plus assez de lumière pour faire une photo ? Pourquoi un promeneur avec son chien traverse le pré et fait fuir le chevreuil le seul soir ou ce dernier s'était décidé à sortir plus tôt? Pourquoi le butor étoilé que j’attends depuis 4 heures devant l'observatoire vient se poser subitement à 10 mètres pendant que je replie mon matériel, me laissant juste le temps de réaliser que je viens de rater la photo que j'ai en tête depuis plusieurs années (non non, c'est pas du vécu, pas du tout !!!!)

Parmi ces lois, il y a celle qui dit que la photo la plus nette est toujours la moins intéressante d'une série, et qu'au contraire la plus intéressante est toujours la plus floue. Illustration avec un chevreuil. Après avoir pris cette photo, ou le pylône est parfaitement net grâce à mon 7D sponsorisé par EDF, je me suis dit que je pouvais quand même faire mieux...

_D2_1795.jpg
Du coup, 20 minutes plus tard, ma techniques d'approche légendaire (je sais j'en rajoute un peu mais bon...) fonctionne. Un joli brocard se montre devant moi. Je prend une photo, mais bon il y a ce satané piquet orange derrière qui ruine ma photo:

_D2_1799.jpg
Pas de panique, le chevreuil va finir par passer devant et on ne le verra plus...

_D2_1800.jpg
ça y est, enfin une photo sans le piquet !

_D2_1801.jpg
Sauf que si on regarde les photos de près dans le même ordre, ça donne ça:

_D2_1799crop.jpg
_D2_1800crop.jpg
_D2_1801crop.jpg
La dernière, sans le piquet, est la seule qui soit floue. Dieu seul sait pourquoi, et comme en plus Dieu n'existe pas en fait personne ne sait pourquoi...

Autre exemple, j'ai remarqué que quand un oiseau est de dos, il est toujours parfaitement net. Et dès qu'il se tourne du bon côté, il devient flou. Illustration avec mon grosbec de la dernière fois: Voici 4 photos. Sur la première, l'oiseau a la tête tournée du mauvais côté. Sur la 2ème, c'est encore limite. Sur la 3ème, il est bien de profil en train de grignoter, et sur la dernière il prend une superbe pose:

_D2_1593.jpg
_D2_1591.jpg
_D2_1600.jpg
_D2_1602.jpg

Maintenant, si on regarde la netteté, on constate un dégradé de la moins intéressante à la plus intéressante. Je n'invente rien !

_D2_1593blog.jpg
_D2_1591blog.jpg
_D2_1600blog.jpg
_D2_1602blog.jpg
On ne sait pas pourquoi, mais si dans la langue française il y a toujours des exceptions qui confirment la règle, alors même que les règles ne sont pas facile à appliquer (en témoignent les fautes que je dois faire dans mes textes sans les voir), et bien dans la photo animalière j'ai vraiment du mal à trouver les exceptions...

samedi 8 juin 2013

La Fauvette grisette joue avec mes nerfs

Ces derniers temps, je n'ai pas eu le temps de mettre à jour mon blog. J'ai néanmoins passé pas mal d'heures en fin de journée dans mon affût pour tenter de photographier cette fameuse grisette. La vilaine a décidé, suite à l'installation de mon affût, de changer de poste de chant. Elle s'est trouvé une jolie ronce en retrait et un peu encombrée et a décidé de ne se poser plus qu'à cet endroit précis pour chanter. Résultat, une fichue ronce se trouve toujours devant sa tête:

_MG_0354.jpg
Elle fait quand même des petits efforts à un moment et m'offre une superbe posture un peu en retrait de la ronce:

_MG_0371.jpg

Je décide d'intervenir, et un soir en sortant de l'affût, je vais faire un peu de ménage pour dégager les 2-3 ronces les plus gênantes. Ces petits ajustements de décor sont parfois nécessaires, même si je préfère faire sans. La fois suivante, histoire de se foutre de moi, la grisette change encore de poste de chant et se trouve une nouvelle ronce à se mettre devant le corps. Dommage car sinon j'adore cette photo:

_MG_0698camraw2.jpg
A un moment, elle fait un effort et ne se place pas devant la ronce. Mais l'ombre d'une autre ronce vient en renfort pour gâcher mes photos. Finalement le temps gris et couvert a ses avantages, il n'a pas d'ombres qui viennent perturber mes photos...

_MG_0618.jpg
L'oiseau vient également se percher régulièrement au milieu du sac de nœuds de ronces, le pire endroit de mon champ de vision. Mais cette photo s'en sort pas mal avec cette belle lumière:

_MG_0747.jpg
Lors d'une séance d'affût suivante, je suis resté 5h30 de suite dans mon affût. J'ai pu réaliser au compte goutte quelques photos sur des ronces dégagées, mais la plupart des images intéressantes sont floues à cause d'une mise au point toujours aussi imprécise du couple 7D/500mm...

_MG_0819.jpg
Et puis la grisette se décide à réadopter son premier perchoir que j'avais un peu dégagé. Depuis c'est le seul et unique endroit utilisé par l'oiseau qui soit dans mon champ de tir:

_MG_1149.jpg
_MG_1211.jpg
La grisette à même refilé le tuyau à sa femelle, puisque celle-ci à fait une apparition furtive et s'est perchée au même endroit. Tout content de photographier la femelle, j'ai pris 45 photos en rafale pour être sur d'en avoir des nettes. Au final j'ai bien fait car j'en ai que 4 de nettes dans la série. D'ailleurs celle-ci est floue mais à cette taille cela ne se voit pas et puis j'aime bien la posture:

_MG_1058.jpg
Je n'arrive pas à savoir si les oiseaux nichent et où. Mais leur reproduction est probablement en cours quelque-part dans le roncier ou à proximité.
Un soir, une belle surprise s'est présentée: un Grosbec qui est sorti de nulle part ! Le Grosbec est un oiseau presque impossible à photographier en dehors de la mangeoire en hiver. Comme par hasard, il a choisi de se percher.... et oui, au même endroit que la grisette ! Mais qu'est ce qu'elle a de particulier cette ronce ???

_MG_0834camraw.jpg
_MG_0847camraw.jpg
Dans la friche située juste derrière, quelques petites séances d'observation m'ont permis de voir que les Pie-grièches ont déménagé. Elles se sont installées dans un roncier qui peut convenir pour faire des photos. Ce serait un spot de rêve si les perchoir utilisés par les oiseaux étaient plus esthétiques, mais il y a surement quelque-chose d'intéressant à faire tout de même. J'ai pu observer le mâle faire des offrandes à sa belle, et cette dernière amener des matériaux dans le buisson. En ce moment la femelle doit couver car monsieur lui amène des proies dans le buisson. Je vais peut-être déplacer mon affût et m'intéresser à nouveau à ces Pie-grièches...

Pour terminer, un soir il y a eu un "bug" dans la nature. Un chevreuil m'a pris pour un possesseur de fluide magique qui attire les animaux et est passé juste devant ma voiture alors que je me garais pour descendre dans les prés tenter de faire justement des photos de chevreuils. Résultat, quelques images qui font toujours plaisir!

_MG_0486.jpg
_MG_0567.jpg