Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Merle noir

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 16 décembre 2017

L'hiver est là

Ça y est, l’hiver est là. Après un petit temps mort, j’ai dépoussiéré mon matériel photo avec l’arrivée du froid et des premiers flocons. Cette année, les pommiers d’ornement sont bien fournis, l’occasion d’aller voir les merles et autres oiseaux venant se remplir la panse. Après quelques heures sur place sur 2 jours, je suis heureux de mettre à l’honneur…. Un moineau domestique ! Ben quoi, moi je l’aime bien cette photo !

_D2_8259camraw.jpg
Le fidèle Merle noir à pas mal joué avec mes nerfs, mais j’ai fini par l’avoir :

_D2_8150camraw_1.jpg

La petit mésange bleue s’est bien montrée également :

_D2_8126camraw.jpg
_D2_8232camraw.jpg
Et enfin sa majesté le Grosbec, toujours dans le pommier d’à côté, celui qui a des pommes moins grosses et moins rouges. Sans doute plus faciles à croquer pour lui. Par contre pour les photos, c’est un environnement assez encombré et pas très esthétique. Dommage.

_D2_8200camraw.jpg
En rentrant, petit passage en voiture devant un groupe de Pinsons des arbres. J’arrête la voiture au bord de la route en espérant que des oiseaux viennent se poser pas très loin. Rien ne se passe, et puis au bout de 5 minutes, alors qu’il se met à neiger, je m’aperçois qu’un pinson que je n’avais pas vu est posé tout près de moi sur une branche. Je le cadre lentement et fait quelques photos depuis la voiture. Mais je trouve que je manque encore de proximité. Alors je tente le coup, je démarre la voiture, je fais une manœuvre lente et j’arrive à me rapprocher encore plus sans le faire partir. Miracle ! Me voilà donc prêt à faire quelques photos, mais l’autofocus est totalement dans les choux. Dès qu’il neige c’est la misère à chaque fois. Alors je fait la mise au point manuellement avec l’écran et la loupe, tranquilou, et voilà le résultat :

_D2_8565camraw.jpg
_D2_8560camraw.jpg

lundi 5 juin 2017

Miss camping

L’an dernier, j’avais passé 4 jours en Brenne, et le seul oiseau que j’avais réussi à prendre en photo était le petit Troglodyte du camping. Cette année, j'ai continué sur ma lancée.

Le jour où j'arrive en Drôme provençale, je prends un emplacement au camping de La Motte Chalancon. A ce moment, je pense encore que j’aurai du soleil durant la semaine et que donc il faut que je choisisse un emplacement bien ombragé, histoire d’être au frais pour faire la sieste l’après midi (ben quoi, c’est les vacances !). Du coup, je gare ma voiture sur un emplacement entre 2 arbres. Et voilà, direct, je remarque une sittelle partir de l’arbre. Je fais le tour, et là, surprise, un couple est en train d’installer son nid dans un trou à 1 mètre de haut ! La femelle est dans le trou, je la vois…

Du coup, je change d’emplacement et je me mets juste à côté. Je suis donc à 8-10 mètres du nid, distance idéale pour des photos, et apparemment elles ne sont absolument pas dérangées par ma présence quand je reste un peu caché dans ma voiture. Cool ! Avec le temps pourri qu’il fait une bonne partie de la semaine, à défaut de pouvoir aller côtoyer les vautours, ce joli spot m'occupera bien ! Pour changer d'angle de prise de vue, il suffit de déplacer un peu la voiture.
Le nid vu de face. On voit bien le travail de maçonnerie pour réduire l’entrée du trou :

_D2_9546camraw.jpg
_D2_9670camraw.jpg
De profil : un peu plus sympa pour les photos. J’ai un peu de mal à trouver le bon angle de prise de vue pour ne pas avoir cette saleté de bâtiment blanc et bleu de la piscine en arrière plan:

IMG_6059camraw.jpg
Mais finalement, je trouve. En plus, j’ai les feuilles rouges de l’érable en arrière plan, plutôt sympa :

_D2_9496camraw.jpg

_D2_9180camraw.jpg
_D2_9089camraw.jpg
_D2_9358camraw.jpg
_D2_9699camraw.jpg Pendant une séance photo, le joli Rougequeue à front blanc du camping vient me rendre visite.

_D2_8610camraw.jpg
C’est un oiseau que j’aimerais bien prendre en photo un peu mieux que ça. Mais il semble tout seul au camping, je pense que c’était trop tôt pour trouver son petit nid douillet. Le seul perchoir qu’il utilise régulièrement pour chasser est le pied d’un banc en plastique qui est posé à l'envers par terre à côté de l’accueil. Bref, pas idéal…

Et puis un autre oiseau vient me voir pendant que j’attends les sittelles : le beau Merle noir, à la recherche de victuailles pour ses jeunes. Pas facile de ne pas avoir de brin d’herbe flou devant les yeux. J'arrive même à en avoir devant les 2 yeux en un seul coup !

_D2_9114camraw.jpg
Mais finalement, je réussis à en faire quelques-unes un peu plus sympathiques !

_D2_9121camraw.jpg
_D2_9149camraw.jpg
_D2_9154camraw.jpg

samedi 18 février 2012

En manque de photos

Depuis un bon moment maintenant, j’ère dans la campagne environnante dès que j’ai un moment, à la recherche de sujets photographiques. J’ai rendu visite au tichodrome, mais le froid ne l’incite pas à sortir, surtout que chez lui, un vent de folie souffle en permanence en s’engouffrant entre les montagnes. Impossible de rester sur place également pour moi…

Au chaud dans ma voiture, je cherche alors dans le paysage glacé et enneigé des animaux de sortie. Pas facile. Le temps passe, je ne trouve rien, à part un renard que je fais fuir rien qu’en m’arrêtant à 200 mètres de lui (comme d’hab quoi !) et je commence à être en manque de photo. Si si, ça arrive. C’est facile à détecter : au moment ou vous vous mettez à prendre des rafales de photos dès qu’un animal est à moins d’1km de l’objectif, c’est que vous êtes en manque. Vous savez pertinemment que l’animal est trop loin, que la lumière est pourrie, qu’il n’y a aucune belle photo à faire, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de déclencher, au cas où le hasard fasse qu’au final une belle photo sorte…

Pour se soigner, qu’une seule solution : rester calme, et trouver à tout prix une bonne occasion de faire de belles photos, histoire de satisfaire ses pulsions photographiques. Et pour moi, c’est enfin arrivé le week-end dernier. Les grives litornes et les merles noirs se jettent à nouveau sur les petits pommiers d’hiver, comme chaque année (mais un peu tard cette fois). La Grive litorne est un magnifique oiseau qui ne demande qu’à être sublimé, mais ce n’est pas facile pour le photographe. Les pommiers ont beau avoir de jolies petites pommes rouges, ils sont constitués d’un enchevêtrement de branches très dense, et la plupart du temps les oiseaux sont au beau milieu de ce bazar. Et quand ils sont dans des extrémités dégagées, les petites pommes autour sont bien pourries, histoire de bien enlaidir les photos… La lumière est également très limite pour mon reflex, mais ça passe. Par contre, pas la peine d’essayer la digiscopie !

_MG_1412.jpg
_MG_1467.jpg

Voici donc une sélection de photos des merles noirs et des grives litornes. Elles ne vont pas gagner un concours, mais elles me plaisent quand même bien, ce sont les meilleurs images de grive que j’ai pu faire depuis 4 hivers.

_MG_1659.jpg
_MG_1618.jpg
_MG_1803.jpg
_MG_1829.jpg
_MG_1778.jpg
_MG_1804.jpg
_MG_1865.jpg
_MG_1942.jpg
_MG_1972.jpg
_MG_2024.jpg
_MG_2189.jpg

mercredi 5 janvier 2011

La Pie-grièche grise marque encore un point…

Aujourd’hui, la météo (= science qui prévoit le temps qu’il aurait du faire) annonçait un temps très mauvais. Résultat, un soleil de feu toute la matinée, pas un nuage à l’horizon. L’occasion l’aller une fois de plus défier la Pie-grièche grise dans sa friche. Arrivé sur place, l’oiseau n’est pas en vue. Comme elle n’était pas non plus sur place la veille au soir, je doute sur sa présence. Je préfère patienter avant de m’installer, en essayant avec le reflex de photographier les merles et les grives qui se nourrissent sur les petits pommiers.

IMG_6037.jpg

La lumière est très belle, mais bien sur, il y a toujours une branche devant l’oiseau pour vous ruiner une belle image !!!

IMG_6049.jpg

Puis je repère avec plaisir la pie-grièche au loin, dans la partie la plus éloignée de la friche. Je décide de m’installer en affût comme la dernière fois. L’attente commence. L’oiseau, d’abord au loin, vient chasser pendant 30 minutes autour de moi, mais comme d'habitude, il ne vient pas à moins de 40 mètres. Rien à faire, dès qu’il commence à s’approcher, même si je reste immobile, son décollage suivant n’est jamais dans ma direction. C’est très frustrant ! Puis après 2h30, j’abandonne la partie, car l’oiseau est reparti dans la partie éloignée de la friche depuis presque 1 heure. Entre temps, il vient aussi se percher devant ma voiture, mais le problème est que je n'y suis pas bien sur ! Néanmoins, pendant la matinée, je l’ai observé 2 fois descendre dans un roncier. Je décide d’aller voir, et mon intuition est la bonne, le roncier lui sert de lardoir ! Le lardoir est le garde-manger des pies-grièches, elles y épinglent leurs proies.

IMG_0224.jpg

Oui je sais, le plumage euhhh le pelage du petit rongeur est surexposé, j’avais mis une compensation d’exposition mais apparemment elle s’est enlevée toute seule. Les mammifères ce n’est pas mon truc, même morts je n’arrive pas à les photographier correctement…
Vu de près, on dirait que le pauvre a été maltraité, sa colonne vertébrale semble avoir pris l’air !

IMG_0224v2.jpg

L’après-midi, je décide de retourner voir le Tichodrome au Fort. Cela fait un moment que je ne lui ai pas rendu visite ! Au moment de partir, le ciel tout bleu se voile et la belle lumière disparait… On dirait que la météo n’avait pas tout faux finalement… J’y vais quand même, en emportant le digiscope et le reflex. Bon reflexe (sans mauvais jeu de mot), car la lumière n’est finalement pas suffisante pour la digiscopie. Mais mes épaules ont un peu souffert sur le chemin, ça faisait pas mal de poids tout ça. Je décide de descendre sous les falaises pour essayer de photographier le petit alpiniste en milieu naturel. Après un peu d’attente, un oiseau vient fréquenter la falaise. Il reste longuement très loin, et je l’observe à loisir dans ma Zeiss. Finalement, il se rapproche, et j’arrive à faire cette photo :

IMG_6064.jpg

Oui je sais, il n’est pas bien gros sur la photo, et pourtant, il était à 20 mètres. C’est une distance déjà difficile à atteindre, car l’oiseau a plusieurs centaines de mètres de falaises pour évoluer, alors pour qu’il vienne si près malgré ma présence, il faut déjà pas mal de chance… Mais pour mon 400mm, ce n’est pas suffisant. Le digiscope aurait probablement permis de mieux exploiter cette rencontre, mais il aurait fallu pour cela un peu plus de lumière. Ce n'est jamais facile la photo animalière !

lundi 27 décembre 2010

La visite de la Pie-grièche grise

Ce week-end, je suis allé rendre visite aux merles, qui une fois de plus ont profité des fruits rouges, le sol étant gelé de partout.

IMG_5790.jpg
IMG_5789.jpg

Mais la surprise est venue d’un peu plus loin dans la friche ! La Pie-grièche grise est là, sur la tige même ou j’avais réalisé cette photo l’an dernier en affût. C’est sa première apparition cet hiver, pour mon plus grand bonheur. Et pour la première fois depuis 4 hivers passés à l’observer, ce rapace miniature a attrapé un petit rongeur devant moi. Enfin devant moi, à bien 50 mètres quand même ! J’ai pu faire une mauvaise photo au reflex qui montre la scène.

IMG_5752.jpg

Un peu plus tard, l’oiseau s’est mis à voguer de perchoirs en perchoirs. En tournant autour de la friche en voiture, j’ai pu l’approcher un peu sans la faire partir. Le digiscope à la portière, j’ai tenté quelques photos de ce magnifique oiseau, mais même à 25 mètres (dernière photo), on est encore un peu loin. S’il décide de se cantonner quelques temps dans cette friche, j’espère avoir le temps de tenter à nouveau quelques affûts pour lui tirer le portrait, même si ça s’annonce difficile connaissant l’oiseau !

IMG_0206.jpg
DSCF5820.jpg

- page 1 de 2