Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Vautour fauve

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 22 avril 2015

Les vautours de Rémuzat suite et fin

3ème jour: J'émerge vers 7h du matin. Je dors dans ma voiture comme d'habitude, mais là il semble faire très froid. La nuit dernière c'était descendu à -1, du coup pour cette 2ème nuit je m'étais mis un peu en hauteur plutôt qu'au fond de la vallée. Mais d'après le thermomètre de la voiture, il fait -5 ! Bon, ça doit être vrai, vu que la condensation sur les vitres est gelée à l'intérieur. Du coup je dois prendre mon courage à 2 mains pour me lever en enfiler des vêtements très très froids... Le soleil commence à se lever et à donner sur la voiture, mais franchement ça ne réchauffe rien du tout.

Après un petit déjeuner de fortune, me voici repartit vers le rocher des vautours. Arrivé au parking, la place à l'ombre est déjà prise par un autre photographe plus matinal que moi. Dommage. Et comme d'habitude, ça valait le coup de se lever tôt vu que je réalise ma première photo vers .... midi !

_D2_3572camraw.jpg
_D2_3611camraw.jpg
En plus, bizarrement, je n'arrive pas à faire des photos bien nettes. Je met ça sur le compte des turbulences de l'air, ou alors c'est le 7D mark 2 qui n'est pas bien réveillé...
Les photos se font au compte goutte, mais la qualité revient et je suis fier d'arriver à photographier des oiseaux de près en ne coupant presque aucune aile. Bon, bien entendu, il y a un autre facteur qui vient contrebalancer mon agilité légendaire: je remarque que sur chaque série de photos, c'est toujours quand il y a une maison ou un chemin visible en arrière plan que le vautour est le plus net et/ou a la meilleure posture de vol. Mais bon, il faut faire avec, on s'habitue au fil du temps aux grandes lois qui régissent la photographie animalière !

_D2_3634camraw.jpg
_D2_3700camraw.jpg
_D2_3685camraw.jpg
Oh, une photo d'un petit morceau de vautour égaré ! le petit bout de plume monte et monte dans les airs, c'est bon signe il y a des ascendances thermiques...

_D2_3668camraw.jpg
_D2_3799camraw.jpg
_D2_3839camraw.jpg
_D2_3849camraw.jpg
Bing ! on dirait que celui-ci rentre dans le Mont Rond !

_D2_3752camraw.jpg
Et puis pendant plus d'1 heure, rien. Deux randonneuses viennent me voir pour me demander si les vautours sont là en ce moment, parce que lorsqu'elles étaient venues l'an dernier à la même période il y en avait de partout, posés à 10 mètres au bord de la falaise et d'autres qui volaient dans tous les sens. Donc je leur explique que si elles ne voient rien c'est parce que je suis là et qu'il faut revenir demain car moi je serai loin...
Du coup pour passer le temps j'essaie de suivre les hirondelles de rocher en vol. Carrément impossible ! Mais en insistant, en voici une petite. Bon de près elle est floue et très bruitée et mal cadrée, mais en petit et bien bidouillée c'est pas si mal !:

_D2_3932camraw.jpg
Et puis les vautours reviennent voler un peu. J'aime beaucoup la lumière sur celle-ci, c'est juste dommage que je sois tombé sur un vautour à tête jaune, qui n'a pas du faire sa toilette depuis son dernier repas (je ne préfère pas savoir où il a mis sa tête...):

_D2_3991camraw.jpg
Ici on voit bien la bague que portent les vautours réintroduits ou bagués au nid avant l'envol. Avec une bonne longue-vue genre Zeiss on peut les lire à 300 où 400 mètres !

_D2_4011camraw.jpg
Une petite photo d'ambiance. Pas la peine de passer le doigt sur le point noir qui est sur votre écran au dessus à gauche du vautour, il est intégré à la photo. Peut-être une hirondelle qui se baladait là ou il ne fallait pas...

_D2_4013camraw.jpg
La lumière en fin d'après-midi reste vraiment intéressante:

_D2_4018camraw.jpg
_D2_4023camraw.jpg
Et puis juste avant que le soleil ne disparaisse, un oiseau m'offre un joli passage tout en se grattouillant la tête. Je ne regrette pas d'être resté jusqu'à la fin !

_D2_4035camraw.jpg
_D2_4039camraw.jpg

Voilà , ici s'achève cette visite chez les vautours de Rémuzat. Je vous fait grâce du bêtisier, cette fois j'avais tellement de photos à trier que j'ai eu tendance à supprimer direct tout ce qu'il ne me plaisait pas...

dimanche 12 avril 2015

Visite chez les vautours fauves de Rémuzat

J'ai profité, il y a maintenant 1 mois, d'une semaine de congés improvisée pour aller rendre visite durant 3 jours aux vautours de Rémuzat. Situé dans la Drome provençale, ce petit village accueille une population de vautours, constituée à la base d'oiseaux issus d'un programme de réintroduction qui a débuté en 1996. J'avais eu l'occasion de réaliser un stage en 2003 à l'association "Vautours en Baronnies" qui est à l'origine de cet ambitieux programme. Depuis, la population de vautours a beaucoup grandi, et cet endroit, qui était inconnu des photographes animaliers, est devenu un "spot" pour faire de belles images de vautours. J'aime retourner de temps en temps dans ce petit coin de la Drome, car le paysage est magnifique, reposant, et on peut observer de nombreux rapaces et quelques oiseaux provençaux. Depuis que je suis équipé en matériel reflex, j'essaie de photographier les vautours, mais bizarrement à chaque fois que fréquente le site les vautours volent très peu. Et cette fois, en bien.... ça a encore été le cas. Mais en y passant un maximum de temps et en profitant du passage de chaque oiseaux, il y a eu quand même de quoi se régaler.

5h30 du matin, je pars de Chambéry. C'est parti pour un rallye de 2h30 en Dacia à 180 à l'heure dans les routes de montagne (faut pas avoir peur...). J'arrive sur place vers 8h, le parking est vide, je peux prendre la seule place à l'ombre. Je prend le matériel, et c'est parti pour une petite marche qui permet de rejoindre la pointe du rocher du Caire. Cette fois, je n'ai pas embarqué le 500mm mais le petit 400 mm, c'est drôle, habitué au 500, j'ai l'impression d'avoir un jouet entre les mains... La dernière fois, j'avais tellement coupé d'ailes aux vautours avec le 500 qu'une plus petite focale plus maniable me parait plus adaptée. Et me connaissant, j'ai quand même bon espoir de couper autant d'ailes que la dernière fois même avec le 400 !

La matinée passe, rien. Je vérifie dans mon guide ornitho, non non le vautour fauve n'est pas migrateur, donc ils devraient être quelque part dans le secteur... 10h30, les premiers vautours apparaissent, au compte goutte...

_D2_2685camraw.jpg
_D2_2694camraw.jpg
Et puis rien... ça valait le coup de se lever à 5h ! Et subitement, un invité inattendu se pointe sous la falaise qui est à mes pieds ! C'est la première fois que je vois un renard ici. Belle observation:

_D2_2726camraw.jpg
Juste après, un autre photographe arrive. Son télé est blanc, ouf c'est un rouge, enfin je veux dire un Canoniste. Car il faut savoir que les jaunes, enfin les Nikonistes, ne fréquentent pas les Canoniste. Je ne sais pas pourquoi mais il y a une rivalité entre les marques, bon c'est toujours pour plaisanter heureusement...
Le photographe en question, Mickaël, vient de l'Ain aussi, cool. On sympathise rapidement, je le rassure en lui disant qu'il n'a rien raté ce matin. En fin de matinée, je décide d'aller faire de l'observation à la longue-vue de l'autre côté du plateau, vers les volières. Mais ce n'est pas productif, il y a beaucoup de vent, et peu d'activité vers les volières et le charnier. J'en profite pour faire une sieste au soleil, en surveillant les alentours d'un oeil, car il parait que les vautours sont devenus depuis quelques années des prédateurs redoutables capables de trucider un cheval en pleine forme... Et le problème c'est que les gens y croient et que les mentalités retournent 100 ans en arrière à l'époque où l'homme a exterminé les vautours...

Plus tard dans l'après-midi, je retourne à la pointe du Rocher du Caire où je retrouve Mickaël et ses parents. Les vautours finissent par voler un peu, et nous laissent l'occasion de faire quelques images, avec une lumière toujours difficile à dompter, qu'il faut utiliser au mieux pour mettre en valeur la silhouette des vautours:

_D2_2783camraw.jpg
_D2_2820camraw.jpg
_D2_2824camraw.jpg
_D2_2835camraw.jpg
_D2_2846camraw.jpg

Cà, c'est ce qui arrive quand il y a plusieurs photographes...:
_D2_2855camraw.jpg
_D2_2861camraw.jpg
_D2_2890camraw.jpg
_D2_2895camraw.jpg
_D2_2933camraw.jpg
_D2_2935camraw.jpg
_D2_2946camraw.jpg
_D2_2955camraw.jpg
Et voici un dernier vautour, n'hésitant pas à ramasser toutes les photos possibles...

IMG_3453_copie.jpg
En cette fin de première journée, le résultat est quand même sympa. Avec mon petit 400mm et ma rotule vidéo, j'arrive plutôt bien à suivre les oiseaux en vol. L'autofocus du 7Dmark2 semble aussi pas mauvais pour suivre les oiseaux, j'ai étonnamment peu de photos floues. Pourvu que ça dure ! Les photos des jours suivant arriveront prochainement.

dimanche 20 avril 2014

Vautours, le bêtisier

Bon alors voilà, comme promis voici le bêtisier de ma sortie "Vautours". Alors quand on veut se la péter devant d'autres photographes avec un gros 500mm, et bien il faut assumer. Et oui, ça grossit tellement qu'on a vite fait de couper l'oiseau quand il passe à toute allure tout près. Et c'est bizarre, mais j'ai l'impression que l'autofocus prend un malin plaisir à faire une bonne mise au point uniquement quand mon cadrage est loupé... Admirer ce beau cadrage, soigné, un suivi de l'oiseau impeccable. Je prend 2 photos en rafale (à une cadence de 6,3 images/seconde). Et bien si la première est impeccable, sur la 2ème j'ai déjà perdu le rythme et une aile est coupée:

_MG_7363.jpg
_MG_7364.jpg


Et comme par hasard, la première photo est floue, et la 2ème est nette. Pourquoi c'est pas le contraire ?:

_MG_7363r.jpg
_MG_7364r.jpg
Pour être un peu technique, la mise au point est sensée se faire précisément au centre de l'image car j'ai utilisé le collimateur central. Elle ne peut pas se faire ailleurs en théorie, mais en pratique c'est autre chose...
Regardez cette belle photo du Gypaète. Bon mon cadrage est un peu loupé, je vous l'accorde. On va dire que ça vient de ma rotule qui n'a pas un mouvement assez fluide. En tout cas ça m'arrange bien de rejeter la faute sur ma rotule chinoise...:

_MG_7542.jpg
Normalement l'autofocus ne pouvait pas faire le point sur le vautour totalement absent du centre de l'image. Et pourtant c'est la photo la plus nette de la série, regardez-moi cet oeil ! Sur les autres photos ou l'oiseau est au centre c'est bizarrement moins nette...:

_MG_7542r.jpg
En parlant du gypaète, c'est bizarre il semble prendre la route pour voyager ! Bon c'est original comme photo non ?...

_MG_7638.jpg
Bon revenons à nos vautours fauves. En général quand on photographie un oiseau en vol il faut cadrer de façon à dégager la vue devant l'oiseau. Par exemple, il vaut mieux cadrer comme ceci:

_MG_7666.jpg
plutôt que comme cela:

_MG_7665.jpg
Mais voilà, dans cette rafale quand c'est bien cadré c'est floue et quand c'est mal cadré c'est net, comme d'habitude...

_MG_7666r.jpg
_MG_7665r.jpg
Vous allez dire que j'exagère. Ben en voilà une autre série de 2 photos prises à la suite:

_MG_7815e.jpg
_MG_7815.jpg
_MG_7817e.jpg
_MG_7817.jpg
Vous devez vous dire qu'il y a forcément des exemples dans mes photos ou c'est l'inverse. Ben j'ai bien cherché et j'ai pas trouvé ! Y a peut-être celle-ci, qui montre d'ailleurs que l'autofocus peut se montrer très performant: En 0,16s, la mise au point passe du vautour à la forêt totalement plongée dans le noir, chose qui paraissait peu probable étant donné que l'autofocus utilise le contraste qui était inexistant dans la forêt !

_MG_7686.jpg
_MG_7687.jpg
Bon ici je suis d'accord ça vient de moi. Pourtant j'étais sur de l'avoir bien cadré !

_MG_7718.jpg
Là l'autofocus n'a pas réagi lors des premières photos. Puis en 0,16s, bing le vautour est devenu net. Faudrait prévenir, moi j'ai été surpris et j'étais un peu à la traine...

_MG_7775.jpg
_MG_7776.jpg
Bah tiens là aussi moi j'étais sur de suivre le vautour correctement. C'est bizarre, mon viseur ne doit pas être aligné correctement. ça ne peut pas venir de moi c'est pas possible. Vous êtes d'accord non ?

_MG_7782.jpg

Bon d'accord j'ai encore des progrès à faire. Le message est clair: retournes voir les vautours dès que tu peux !

samedi 10 avril 2010

Trois jours avec les vautours

Pour le week-end de Pâques, je suis descendu dans les Baronnies, au village de Rémuzat, site de réintroduction des vautours. Les vautours sont les plus grands rapaces d'Europe, et ce site est très intéressant pour les observer et les photographier. Malheureusement le week-end s'annonce pluvieux, mais il faut tenter le coup. Samedi matin, je me rend tôt sur le site d'observation, situé au bord du rocher du Caire, que l'on atteint après une petite montée en voiture et une traversée à pied du plateau de Saint-Laurent.

Vue depuis le rocher du Caire:

IMG_8718.jpg
Le village de Rémuzat:

IMG_8721.jpg
Le plateau de Saint-Laurent, que l'on traverse à pied au chant des alouettes lulu:

IMG_8723.jpg
Cette première matinée, sous la grisaille, est pauvre en vautours. Quelques oiseaux viennent quand même passer à proximité de moi. Ils sont toujours aussi impressionnants ! J'essaie de faire quelques photos, mais ce n'est pas facile de les suivre en vol avec le reflex à main levée ! Au début je me demande même si c'est l'objectif qui essaie de suivre les vautours ou le contraire... Du coup presque que des photos floues, à cause du bougé ou d'un mauvais suivi de l'oiseau pour l'autofocus...:

IMG_0663.jpg
Si si, l'oiseau est bien flou, même si c'est peu visible sur une image réduite... Dans le tas j'obtiens quand même une photo bien nette:


IMG_0661.jpg
Par la suite, je fais quelques essais avec le trépied et je m'aperçois qu'il est plus facile de suivre les vautours de cette manière. Malheureusement, le vent se lève et devient très violent. Il fait froid, il est temps de rentrer...

La pluie se met à tomber le soir et ce jusqu'au lendemain matin. Il neige même sur les hauteurs ! Après la pluie, je remonte au rocher, qui est envahit par la brume. Une belle ambiance qui plairait à Vincent Munier ! Je me dis qu'avec beaucoup de chance, je pourrai photographier les vautours dans ces conditions, mais eux n'ont pas choisi de voler ni d’être posés aux bons endroits de la falaise... Tant pis !

En fin d'après-midi, le soleil perce enfin ! Un peu de chaleur, ça fait du bien ! Au bord de la falaise, je vois passer, trop tard pour une photo, un beau Vautour moine devant moi, puis c'est un Percnoptère d'Egypte qui vient roder dans le coin. Ce petit vautour à la tête bizarre est rare et menacé en France, seuls 3 couples fréquentent le département :


IMG_0729.jpg
IMG_0776.jpg
L'après-midi se finit par une belle observation de Circaète Jean-le-blanc et de Tichodrome échelette.
Le week-end se termine Lundi matin, avec un beau soleil, mais accompagné d'un vent pas possible. Encore de mauvaises conditions pour photographier les vautours, qui prennent trop de hauteur dès qu'ils décollent de la falaise. Je peux quand même tenter quelques photos avec une lumière mal orientée, l'occasion d'essayer de mettre ces beaux oiseaux en valeur dans ce contre-jour. Pas facile car le plumage fauve des vautours est très luisant, et réfléchit beaucoup la lumière. L'expositions est délicate à gérer, surtout que je ne connais pas encore très bien mon reflex... Mais au final quelques photos me plaisent bien. Vous les retrouverez dans la galerie très bientôt !


IMG_0864.jpg
IMG_0878.jpg