Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - astrophorographie

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 4 septembre 2018

Noir c'est noir, enfin presque

Cet été, j’ai tenté comme chaque année de faire quelques photos de mammifères. Mais pour la première fois, tous les affûts ont foiré. Animaux invisibles, où alors qui se donnent en spectacle au mauvais endroit à chaque fois, une cata. Même J-R, le pro de la photo de mammifères, a galéré cet été pour faire des images, ce qui est plutôt rassurant. Mais bon, lui, il a quand même réussi à ne pas finir bredouille contrairement à moi.

Du coup, pour patienter, voici une photo de la Galaxie du Tourbillon, M51. Déjà photographiée l’an dernier, j’ai retenté le coup ce printemps avec cette fois beaucoup plus d’images empilées, mais dans un ciel un peu moins noir que celui de la Drome provençale de l’an dernier. En 3 nuits, j’ai cumulé environ 102 images d’une pose unitaire de 2 minutes (sans compter les dizaines que j’ai supprimé à cause d’erreurs de suivi du ciel de ma part). Cela correspond quand même à 3h24 de pose cumulée durant lesquelles je n’ai pas sorti l’œil de l’oculaire réticulé, prêt à compenser manuellement les petites erreurs de suivi du ciel de ma monture. L’ensemble est pris avec le 50D fixé derrière mon Celestron C8, focale de 2000 mm à F/6,3.

fichier_empile_80_3_nuits_definitif.jpg

Cette fois, c’est moi-même qui ai bidouillé ma photo avec photoshop. Le plus difficile, depuis que j’ai défiltré le 50D, est de se débarrasser d’une dominante rouge omniprésente apparemment due à la pollution lumineuse, qui de plus présente un gradient sur l’image car bien entendu, la pollution lumineuse n’est pas uniforme dans le ciel. Au final, j’ai réussi à contenir le phénomène. La couleur de la galaxie est telle qu’elle apparait une fois que le fond de ciel est à peu près équilibré, moi j’aime bien !