Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 27 août 2016

Etre grand pour le petit moyen...

Nous somme fin juin. J-R s’est aperçu que le couple de hiboux moyen-duc s’est reproduit cette année dans sa haie d’épicéas, comme il y a quelques années. Si ça c’est pas de la chance ! Du coup, il me dit qu’il y a 2 jeunes qui sont sortis du nid et qui se promènent sur les branches aux alentours. Les jours où ils sont en vue, il m’appelle mais je ne peux jamais y aller aux bonnes heures, du coup je me contente de quelques photos moyennes et aussi de baver un peu sur les photos de J-R toujours présent aux bons moments. Normal il habite là, et comme il est paysan il n’a rien d’autre à faire de ses journées…

Et puis début juillet, alors que J-R a repéré un jeune pas trop mal placé, il me propose un truc pour tenter de faire une belle photo. Alors voilà, plutôt que de vous expliquer les plans dignes du coyote qui tente d’attraper bip bip, je vous montre direct la mise en œuvre :

IMG_2371.jpg
Dans ces moments-là, il faut espérer que J-R maitrise un peu mieux les commandes de son tracteur que celles de son appareil photo… et il faut espérer qu’il m’en veuille pas trop d’avoir dit qu’un paysan ça foutait rein de la journée !

Bref, la montée se passe bien, le jeune moyen-duc, curieux, me regarde monter avec ses grands yeux tous ronds. Une fois bien placé, j’essaie de prendre une photo, mais le jeune hibou recule de 50 cm sur sa branche pour se cacher, sans doute intrigué par la vue d’un 500mm dans le godet d’un tracteur. Je le comprends, moi aussi je trouverais ça effrayant. Toujours est-il qu’à ce moment, J-R saute du tracteur en panique. Heuu, tu pars pas là hein ? Ouf, il ne part pas, il saisi son appareil photo, il me dit « p*****, d’ici il est super bien placé faut vite que je fasse des photos !». Et voilà la photo de J-R :

IMG_2057n_copie.jpg
Je vous rappelle qu’au même moment, il y a un autre photographe qui est planté à 4 mètres de haut dans un godet avec un 500mm et qui n’a que des branches d’épicéas bien denses sous ne nez…
Bon, après la séance photo de J-R, il avance, recule son tracteur, monte, descend, jusqu’à ce qu’on arrive à avoir une vue correcte sur le petit hibou qui ne bouge plus. Et voilà ma seule photo intéressante, prise dans une trouée millimétrée. Bon c’est déjà pas mal !

_D2_5406camraw.jpg

samedi 13 août 2011

La saison de la Pie-grièche s'achève

Les jeunes Pie-grièches sont maintenant sorties du nid. En général, il n'est alors plus possible de faire des photos. En effet, les parent déplacent systématiquement les jeunes au fur et à mesure que vous tentez de vous en approcher... J'ai fait une brève tentative d'affût qui a confirmé la règle. De plus, les jeunes pie-grièches dès leur sortie du nid se montrent très craintives envers l'homme. Ce caractère doit être inné.

Je suis retourné les voir quand même 2 fois. La première, le mâle nourrissait un jeune planqué dans un roncier en bordure du chemin. J'ai tenté une approche en voiture, qui a presque marché. Le mâle est venu se percher devant la voiture très vite et à continué à chasser, mais il n'a pas osé venir ravitailler son jeune. Néanmoins, cela montre une fois de plus que les oiseaux sont beaucoup moins craintifs envers une voiture qu'envers un photographe en affût camouflé...

IMG_8709.jpg

La seconde fois, j'ai pu observer de loin que tout se passait bien, le mâle étant occupé à nourrir 2 bouches affamées:

IMG_4109.jpg

Et tout ceci sous le regard d'un lièvre, qui au final ne se décidera pas à venir se promener assez près de la voiture... J'ai quand même pu faire une digiscopie de la bête:

IMG_4105camraw.jpg

Le temps est venu de laisser ces beaux oiseaux tranquilles. Je me suis consacré les soirs suivants à chercher les mammifères, et j'ai eu de très bonnes surprises, tout comme un raté mémorable... à suivre tout de suite si j'ai le temps et la patience de rédiger mon petit texte et de préparer les photos...

dimanche 24 juillet 2011

La ronce magique

Le Week-end dernier, j’hésite entre aller faire du VTT et de la photo. Mais au final je décide de me lever tôt pour chercher quelques mammifères. Après quelques prospections en voiture, je trouve un renard. Mais rien que de passer à 200 mètres de lui en voiture sans ralentir suffit à le faire décamper à fond la caisse… Un peu plus loin, je vois 2 chevreuils dans un pré. Je me gare plus loin et tente une approche à pied. Mais une fois arrivé en bordure du pré, ils sont déjà partis depuis un bon moment…
Je décide ensuite de me rendre dans une zone à Pie-grièches, plus précisément dans le coin de Bertrand. Arrivé sur place, je vois à nouveau un renard tout au fond du champ. Je prends une photo pour le blog, qui est tout juste montrable (il était très loin…).

IMG_3660.jpg

Le temps d’avancer de 10 mètres pour me placer différemment et il n’est déjà plus en vue. Tant pis, je continue à avancer pour observer les Pie-grièches. Et bien entendu, d’un coup, le renard surgit à 40 mètres de moi et décampe ! En fait il était toujours là, juste caché derrière un petit roncier…
Après avoir entrainé ces quelques mammifères avant la saison de chasse, je décide de quitter ce lieu en me disant que ce sera dut de photographier ces pie-grièches. Je retourne un peu plus loin où depuis la route, j’ai vu une autre pie-grièche posée sur un roncier qui conviendrait bien à la photo. Je ne le sais pas encore mais ce sera ma meilleure idée de la matinée. Je m’installe au pied d’un bosquet d’arbustes à environ 20 mètres du roncier, avec le filet camo et le digiscope. Cette année, jusqu’à maintenant, jamais une pie-grièche ne s’est approchée à moins de 30 mètres de mon affût (sauf quand j'étais devant le nid...). Mais 20 mètres est vraiment la distance maximale pour faire des photos correctes… Très vite, un groupe de moineaux vient se poser.

IMG_3671.jpg

Un peu plus tard, bonne nouvelle, la femelle de pie-grièche vient me rendre une timide visite. C’est un bon début !

IMG_3679.jpg

Elle est suivie un peu plus tard par un jeune, qui vient se poser pile sur la ronce sur laquelle j’ai braqué mon digiscope. J’ai le temps de faire des photos, mais beaucoup ne sont pas très nettes. Problème de digiscope ou de turbulences atmosphériques, difficile à dire. Du coup j’enchaine les photos pour avoir plus de chances d’en avoir des bien nettes.

IMG_3689.jpg

Le jeune repart et revient de temps en temps, toujours sur cette ronce. Une heure plus tard, nouvelle bonne surprise, c’est le papa qui vient sur la ronce !

IMG_3756.jpg

Sur la photo, on voit même le jeune qui est en train d’arriver en vol pour venir quémander sa pitance. Il se pose à côté du mâle et je fais enfin une photo que j’avais en tête depuis longtemps. Dans l’idéal, je voulais une scène de nourrissage, mais pour cette fois il est trop tard, car le mâle ne fait que surveiller son jeune mais ne le nourrit plus.

IMG_3757.jpg

J’assiste à quelques scènes de chasse maladroites du jeune, qui au final n’attrape pas grand-chose… Par la suite, le mâle et le jeune reviennent de temps en temps sur la ronce. Après 3 heures sur place, je m’aperçois en regardant mes dernières photos du mâle que les vagues de chaleur sont devenues trop prononcées et que toutes mes photos sont ratées. Un coup d’œil dans la longue-vue confirme qu’il n’est plus possible de faire des photos, alors je me retire discrètement avec mes seules bonnes photos de pie-grièches de l’année.

IMG_3783.jpg
IMG_3808.jpg
IMG_3825.jpg

mercredi 18 mai 2011

La surprise du hibou

L'autre jour, mon copain paysan fait une superbe découverte. Alerté par des cris puissants sortant de la haie de sapins qui longe la petite route à côté de sa ferme, il a découvert une famille de hiboux moyen-duc. 3 jeunes sont sortis du nid, le 4ème, lui, y est encore. Vers 20h, les jeunes se mettent à pousser des cris, ce qui permet de les localiser approximativement dans les sapins. En cherchant bien, on finit par les trouver. Mais les observer à découvert reste difficile, les petits marmots ne se montrent qu'une fois la nuit tombée ! Le premier soir, j'ai pu faire cette photo d'un jeune avec le reflex du propriétaire des lieux:

IMG_0868.jpg
Le 2ème soir, j'ai eu une bonne occasion de photo. Seul problème, quand j'ai voulu mettre en place mon digiscope, je me suis aperçu que je n'avais pas remis la carte mémoire dans le canon... ça faisait longtemps que je n'avais pas fait ce coup-là ! Dans mon sac photo, j'avais à peu près tout, sauf une carte SD de rechange, qui en ce moment est dans mon piège photo que j'utilise pour filmer les blaireaux... Résultat, je monte mon ancien fuji sur la longue-vue, mais comme cet appareil ne dépasse pas les 1/4 de seconde en vitesse, je n'ai pu faire qu'une photo trop sombre et bruitée. Mais en petit, avec une bonne retouche, elle passe très bien :

DSCF6336.jpg
Le 3ème soir, j'ai pensé à remettre la carte dans le canon. Un jeune viendra se poser une seule fois à découvert, mais à 2 secondes près, je n'aurais pas le temps de faire la photo.
A la nuit tombée, le couple surgit de nulle part. Impossible de les observer plus tôt, on dirait qu'ils passent la journée loin des jeunes, ce qui est plutôt étrange.

IMG_2685.jpg
L'un des parent vient nous survoler, nous indiquant qu'il est probablement temps de laisser leur journée, ou plutôt leur nuit, commencer. Notre présence implique en effet certainement un dérangement qu'il faut modérer pour les parents, même si le hibou moyen-duc est d’ordinaire peu craintif envers l'homme. La présence de jeunes change souvent le comportement des oiseaux !