Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - observatoire

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 décembre 2012

A la recherche du Butor étoilé

L’autre jour, je profite d’un rare soleil pour aller faire un tour dans un observatoire au bord du lac du Bourget. L’hiver est la bonne saison pour espérer voir apparaitre le Butor étoilé, véritable fantôme des roselières. Le Butor est un héron qui vit dans la végétation, et son mimétisme est tel qu’il peut se trouver juste devant vous sans que vous puissiez le repérer. Je ne me souviens plus de mes dernières observations de Butor mais elles commencent à dater. Je m’étais lassé de passer des heures et des heures sur place tous les jours sans jamais voir la bête, alors qu’en discutant avec d’autres ornithologues j’apprenais que la plupart d’entre eux, en passant 2 heures sur place seulement une fois dans l’hiver, avaient eu le loisir d’observer un butor pendant 1h30 à 10 mètres de l’observatoire avec une lumière magnifique…

Arrivé sur place, il y a pas mal de canards en vue, dont un canard pilet, joli oiseau rare dans la région. Je scrute les roseaux, pas de butor. J’essaie de photographier le canard pilet pour passer le temps, sans espérer bien sur faire la photo du siècle.

IMG_1230.jpg
IMG_1257.jpg
Régulièrement, je scrute les roseaux aux jumelles, mais rien. Puis après 1 heure sur place, une belle Grande Aigrette arrive en vol pour se poser devant l’observatoire. Et là, devinez... Et oui, elle fait peur à un butor qui décolle d’une toute petite touffe de roseaux à 15 mètres de moi ! Je l’avais regardé cette touffe, et plusieurs fois, je n’avais rien vu ! Je me suis encore fait avoir. En plus avant j’avais l’excuse d’avoir des jumelles moyennes, mais là j’ai mes nouvelles Zeiss Conquest HD, je n’ai plus d’excuse. Je crois que je vais les revendre pour en acheter des moins bonnes, histoire de pouvoir à nouveau cacher mon incompétence et rejetant la faute sur le matériel optique…

Mais tout n’est pas perdu, puisque le butor replonge dans un massif de roseaux 5 mètres plus à gauche. Je tente de le voir, mais impossible, c’est trop dense. La Grande Aigrette, elle, est tout près et dans un contre-jour magnifique. Je décide de tenter de la cadrer avec la longue-vue. Mais pour en rajouter une couche, elle décolle au moment précis ou je la cadre. J’ai beau être bien en retrait et dans l’obscurité de l’observatoire, elle a vu que je la visais et a réagit comme souvent en partant. Bon ça c’était la première couche qu’elle a rajouté. La 2ème, c’est en faisant redécoller le butor, qui avait déjà fait 20 mètres sur la gauche sans que je détecte le moindre mouvement ! Décidément !

IMG_1287.jpg

La grande Aigrette se repose plus loin, près de l’endroit ou le butor a atterrit, mais ce dernier ne réapparaitra jamais. Loupé !

Je finis l’après-midi avec 1 ou 2 photos très basique du joli Harle bière, un gros canard mangeur de poissons au look assez sympa.

IMG_1281.jpg
IMG_1268.jpg

dimanche 18 septembre 2011

Le vol du hobereau

Hier après-midi, après une bonne pluie, le soleil se pointe et me donne envie de faire un tour au bord du lac. Je me rends dans un petit observatoire que j’aime bien. Arrivé sur place, pas beaucoup d’oiseaux, mais des libellules. J’essaie alors de les photographier en vol. C’est toujours aussi difficile !

IMG_0011.jpg

Soudain, voilà 2 faucons hobereaux qui se pointent. Ce sont de redoutables prédateurs pour les grosses libellules, ils les attrapent en vol lors d’acrobaties à pleine vitesse, puis les dévorent toujours en volant, en allant chercher les morceaux avec le bec dans les pattes. Les photos suivantes sont très recadrées, c’est pour l’aspect documentaire…

IMG_0067.jpg
IMG_0093.jpg
IMG_0101.jpg

Les oiseaux passent de temps en temps assez près de moi, mais impossible de les suivre de façon assez précise. L’autofocus ne réagit pas, mais je ne lui en veux pas trop vu mon manque de précision dans le suivi…
Je décide de débrayer la mise au point, de la régler à environ 20 mètres et de suivre un oiseau jusqu’à ce qu’il passe à la bonne distance pour déclencher une rafale. Bonne idée, car l’oiseau fonce droit sur moi. Manque de chance, même si la 2ème semble bonne, l’oiseau est encore un peu derrière la zone de netteté, et il est déjà passé devant sur la suivante, malgré la vitesse de la rafale. Il faut dire que l’oiseau vole bien à 70 km/h !

IMG_0120.jpg
IMG_0121.jpg
IMG_0122.jpg

La fois suivante est la bonne ! Une photo est prise au bon moment !

IMG_0131.jpg
IMG_0132.jpg

Cette photo me plait beaucoup. Il s’agit d’un jeune oiseau, il semble foncer droit sur moi ! Même pas peur…

lundi 8 novembre 2010

Une surprise de taille !

Une petite virée dans un observatoire au bord du Lac du Bourget il y a quelques jours m'a réservée une belle surprise. En arrivant, c'est tout d'abord une grande aigrette qui se tient devant l'observatoire.

DSCF5257.jpg

Puis au gré de sa pêche, elle s'éloigne et disparait. A ce moment, un râle d'eau sort d'un touffe de roseaux juste devant moi ! Il est complètement à découvert, à moins de 10 mètres. Mais à peine le temps de diriger la longue-vue sur lui qu'il traverse en courant littéralement sur l'eau la zone à découvert pour aller se planquer plus loin. Dommage, ça aurait fait une très belle photo. Mais tout de suite après, je repère un autre petit oiseau qui bouge au bord d'une touffe de roseaux. Un coup de jumelles.... mais oui c'est bien une Marouette poussin ! Un petit oiseau de la famille des rallidés qui est très rare ici. C'est de plus un oiseau très discret, quelle chance de pouvoir l'observer ainsi !

C'est alors que démarre une séance digiscopique difficile... La petite bête à beau venir près de moi, elle bouge vraiment sans arrêt, et ses mouvements de la tête dans tous les sens ne donne que des photos floues. Mais après 2 heures passées en sa compagnie, j'arrive à faire quelques rares photos acceptables:

DSCF5283.jpg
DSCF5300.jpg
DSCF5293.jpg
DSCF5264.jpg
Maintenant un petit bêtisier quand même, pour montrer quand même que c'est dur... J'ai l'embarras du choix en voyant mes photos mais je me limite à quelques exemples...
Il y a les photos ou la belle se refuse à tourner la tête du bon côté...

DSCF5282.jpg
Il y a la photo d'action, mais ou la tête est floue (pas très visible ici) et la gorge brûlée par la lumière (pourtant j'étais en sous-expo -1):

DSCF5284.jpg
Il y a les photos avec un brin de végétation flou devant l'oiseau:

DSCF5279.jpg

et enfin la photo ratée mais marrante:

DSCF5303.jpg

dimanche 17 octobre 2010

J’ai vu le Butor …. trop tard !

Ce week-end, le temps pourri continue. Il ne faut pas espérer voir un rayon de soleil. Je vais faire un tour dans un observatoire au bord du Lac du Bourget avec ma longue-vue, histoire de faire quelques observations. Une grande aigrette chasse juste devant. Avec le plus grand soin, je m’approche de la petite ouverture qui se situe devant elle et j’essaie de prendre quelques photos en digiscopie. Difficile avec ce temps gris. J’essaie de mettre en valeur son grand cou et sa tête bizarre, car elle est tellement proche qu’elle ne rentre pas dans le cadre…
Au final, le résultat est plutôt sympa !

DSCF5144.jpg
DSCF5146.jpg
DSCF5149.jpg

La belle blanche finit par s’éloigner. A ce moment, je déplace mon trépied et tout à coup je m’arrête net : juste devant l’observatoire, dans la première touffe de roseaux, à tout juste 10 mètres de moi, je repère du coin de l’œil un truc bizarre, qui ressemble étrangement au plumage d’un dos de butor étoilé… Bingo, c’est un butor, mais en faisant un mouvement devant l’ouverture de l’observatoire je me fais repérer et l’oiseau, comme à son habitude, s’éloigne tranquillement pour disparaitre dans les roseaux… Quelle occasion ratée ! J’étais tellement concentré sur ma grande aigrette que je n’ai pas repéré le butor, qui de toute façon est toujours d’une discrétion extrême. Je reste 1 heure à attendre, et l’oiseau finit par effectuer un court vol pour passer dans la roselière plus à gauche. J’ai juste le temps de faire une mauvaise photo avant qu’il ne disparaisse à nouveau. C’est ma première observation de la saison, et j’espère qu’il y en aura d’autres !

DSCF5151.jpg

lundi 6 septembre 2010

Rencontre au bord du Lac du Bourget

Ce week-end, je suis allé rendre visite au sud du Lac du Bourget. Le matin, temps magnifique, mais peu d’oiseaux à voir depuis l’observatoire principal. Je vais faire un tour dans un petit observatoire secondaire que j’aime bien, mais là aucun oiseau en vue. Les libellules, elles, par contre, passent et repassent sans cesse. Je décide alors d’essayer une nouvelle séance photo de libellules en vol en digiscopie. Cet exercice est des plus difficiles !
Les libellules, régulièrement, effectuent des petits vols stationnaires durant quelques secondes. Il faut alors les surveiller, attendre que l’une d’entre elle effectue un petit vol assez près (dans l’idéal 5 mètres). Ensuite vient une étape délicate : réussir à cadrer la bête très vite. En général elle repart avant que je ne puisse la cadrer. Mais des fois j’ai le temps, il faut alors tout de suite embrayer avec la mise au point, qui se fait en tournant à l’arrache la molette de mise au point très vite jusqu’à ce que la libellule apparaisse à peu près nette sur l’écran de l’appareil. En suite, j’enfonce d’un coup le déclencheur, et je prie pour que l’autofocus de l’appareil ne rame pas trop et fasse la mise au point correctement avant de prendre la photo.
Résultat : ça ne marche presque jamais, et on peut passer facilement à côté d’une très belle photo, comme celle-ci pour laquelle une partie du corps est bien nette mais la tête toute floue !!! Pour la petite histoire la photo est prise à 5 mètres, je ne peux pratiquement pas être plus près de la bête avec mon système digiscopique.

DSCF4977.jpg

L’après-midi, j’avais un rendez-vous important, car avec un responsable Produits Zeiss Sports Optics ! Le but de notre rencontre était de discuter et d’envisager un partenariat. Mon travail avec ma longue-vue Zeiss semble intéresser la marque, que demander de mieux ! Cet après-midi fût l’occasion pour moi d’essayer la toute nouvelle longue vue Zeiss, ainsi que de découvrir le Photoscope de la marque, sorte de longue-vue avec appareil de prise de vue intégré, le tout étant du très haut de gamme. Nous avons eu du mal à faire quelques essais photos, car les foulques, poules d’eau et fuligules ne voulaient pas prendre la pause. De mon côté seul ce fuligule morillon a donné un bon résultat.

DSCF4992.jpg

- page 2 de 3 -