Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - prédation

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 11 avril 2012

Une observation... royale !

Hier après-midi, alors que je rentre tranquillement chez moi, juste avant d'entrer dans mon village, j'aperçois un gros truc marron au milieu d'un champ. Je me demande ce que c'est, ça a la taille d'un renard mais c'est très foncé. Je m'arrête au bord de la route, je jette un coup d'oeil aux jumelles depuis la voiture, et là, non c'est pas possible ! Mais si, un Aigle royal ! Heureusement j'ai le reflex avec moi:

_MG_2658.jpg

Voir un tel oiseau en plaine, certes au pied de la montagne, ne m'est encore jamais arrivé. Et à 500 mètres de chez moi c'est encore plus incroyable. Je descend en marche arrière en roue libre jusqu'à avoir une vue dégagée. Il est très loin mais je fais quand même quelques photos que je présente ici fortement recadrées. Il mange quelque-chose.

_MG_2669.jpg
_MG_2677.jpg

Alors que je le vise depuis bien 5 minutes, j'enlève le reflex de la portière quelques secondes pour me relaxer. Et là, bien entendu, l'aigle suit la grande loi de la photographie animalière et décolle pile au moment ou je ne suis pas prêt. Son envol est laborieux, alourdi par son repas il peine à prendre de la hauteur. Le temps de caler le reflex il est déjà trop tard, en plus je m'aperçois que je ne suis pas dans le bon mode d'autofocus, bref aucune photo n'est montrable...
Après son départ, un milan noir arrive de suite sur la proie pour prendre le relai. Il redécolle rapidement. Curieux, je vais voir ce qu'il avait attrapé. Le malheureux élu est un lièvre ! L'aigle a nettoyé avec soin tout l'avant de l'animal, et a même décortiqué une patte. L'arrière, intacte, sera pour les milans, les corneilles ou le renard !

IMG_0599.jpg

dimanche 24 avril 2011

Tout est bien qui finit mal

Il y a quelques jours, je décide d’aller retrouver mon couple de cincles. En ce moment, ils doivent être en train de nourrir leurs poussins au nid. Je compte commencer à tenter des photos des oiseaux en vol. En effet, leur trajectoire est prévisible, et mes essais la dernière fois m’ont permis de m’assurer que la lumière est suffisante pour atteindre une vitesse de 1/4000 sans trop pousser les iso, ce qui doit suffire. Je prends le matériel et je m’aventure le long de la rivière avec mes bottes. Le débit de la rivière est faible, cette fois je n’ai pas de risque de remplir une botte en faisant un pas de travers…

Arrivé à 50 mètres du nid, je jette un coup d’œil pour voir si les oiseaux sont là. Rien à l’horizon, ce qui est une bonne nouvelle, je vais pouvoir rejoindre mon point d’affût. Mais arrivé au niveau du nid, tous mes espoirs s’effondrent brutalement ! Je pensais avoir tout prévu pour réussir mes photos, mais en fait j’avais oublié une éventualité : la prédation du nid !!! Le joli nid des cincles, un cocon de mousse accroché à la verticale d’un mur, a été éventré ! En regardant autour, je retrouve 3 pattes de poussins de cincles. Pour faire une photo, je n’ai que le 400 mm, car je me suis allégé au maximum pour un affût prévu au milieu de l’eau. Du coup, j’essaie de me reculer pour faire une photo du désastre :

IMG_6855crop.jpg

On voit, en haut de la photo, une mouche gracieusement posée sur une patte de poussin… :

IMG_6855.jpg

Je suis très déçu pour mon couple de cincles qui a complètement déserté, et également pour moi qui espérais de belles images de cette petite famille…

Du coup, je décide l’après-midi de prospecter la rivière à la recherche d’un autre couple, sans trop y croire car cette année, la population de cincles semble peu développée, alors qu’il y a 2 ans il y en avait partout. Au final, je trouve une portion de rivière éclairée par une belle lumière filtrée par la canopée des arbres qui la bordent.

IMG_2308der.jpg
Malheureusement, pas de cincles à l’horizon. Je ne trouve pas mon bonheur sur 3 km de rivière au décor assez « sauvage ». Par contre, en arrivant au niveau de la zone industrielle ou la rivière est bétonnée, bordée de ponts et de routes fréquentées, je trouve un cincle qui collecte de la nourriture pour ses petits. C’est toujours comme ça, les oiseaux préfèrent vivre près de l’homme plutôt que dans une belle nature bien sauvage…

Pour moi, peu de motivation pour suivre un couple au milieu du bruit des camions et des voitures…

mercredi 2 juin 2010

A la recherche du Pouillot siffleur

Lundi, je me suis rendu dans mon bois préféré dans le but de tenter de photographier le petit Pouillot siffleur. Cet oiseau est assez rare et surtout localisé chez nous, alors c’est une chance de pouvoir le rencontrer. A peine suis-je rentré dans le bois que le chant magnifique d’un individu se fait entendre pas loin. Je connais bien cet oiseau et je sais qu’il n’est pas craintif. On peut l’approcher, surtout qu’il passe son temps à tourner en rond sur son petit territoire en sous bois. Il chante sans arrêt et change régulièrement de perchoir sans jamais partir bien loin. J’avais déjà réalisé quelques photos de cet oiseau en digiscopie, mais le manque de lumière avait rendu la tâche très délicate. Aujourd’hui, armé de mon reflex, je veux essayer de faire mieux. A 800 iso et à l’aide du trépied, j’obtiens juste assez de vitesse (environ 1/50) pour espérer des photos nettes.

IMG_1636.jpg

Mais cet oiseau à beau se laisser approcher, il est tellement petit qu’il faudrait une distance de 4 mètres maxi pour faire un beau portrait avec mon 400mm. Chose pratiquement impossible, étant donné que l’oiseau ne se perche pratiquement jamais à moins de 3 mètre de haut. Sur cette photo non recadrée prise à 6,5 mètres, une distance déjà dure à atteindre, il n’est pas bien gros !

IMG_1860.jpg

Alors que je photographie ce pouillot, un Autour des palombes fait 2 passages au dessus de ma tête, et se pose même sur une branche à 20 mètres de moi. J’aperçois sa tête entre 2 feuilles mais il repart avant que je ne puisse le cadrer…
Comme je l’ai dit plus haut, le chant du pouillot siffleur est très joli. C’est marrant de le voir pousser sa chansonnette car durant la dernière phase du chant, son corps vibre à fond, ce qui est visible sur certaines photos grâce à la faible vitesse utilisée :

IMG_1977.jpg
IMG_1858.jpg

Alors que cela fait presque 2 heures que je poursuis ma cible, tout à coup, un gros claquement, des cris d’alarme à fond sur ma droite, qu’est ce qui se passe ??? Un rapide coup d’œil et je vois l’Autour qui repart sans doute avec quelque chose, poursuivit par un merle ! Au même moment je vois un truc tomber de haut jusque par terre. Je m’approche et je trouve un jeune merle !

IMG_2002.jpg

Le rescapé est tombé du nid qui était bien à 6 mètres de haut ! Papa merle s’approche de lui et donc de moi en alarmant, alors je m’éloigne en espérant que le jeune va bien et que ses parents continueront à le nourrir, même si ses chances de survie au sol sont probablement limitées…
Au final, en plus d’une scène exceptionnelle de prédation d’Autour des palombes, j’ai pu faire quelques photos sympathique du Pouillot siffleur, la prochaine fois il faut que j’essaie d’enregistrer son chant car il est vraiment superbe et de plus très puissant.

IMG_1822.jpg
IMG_1685.jpg
IMG_2026.jpg