Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - prairie

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 28 juillet 2012

Des renards....de loin

Lorsqu’on attend un mammifère, renard ou chevreuil par exemple, à l’affût au bord d’un pré, après un peu d’attente, notre cerveau, ou en tout cas au moins le mien, devient fou. Chaque touffe d’herbe à l’horizon se transforme en renard, juste le temps de vérifier aux jumelles que ce n’est qu’une touffe d’herbe immobile. Les arbustes dans la haie d’en face prennent la silhouette d’un chevreuil, la petite motte de terre se transforme en lièvre… bref, on voit des animaux partout. Ici, j’ai photographié une tête de chevreuil. Je vous rassure, moi non plus je ne vois rien sur cette photo minable, mais ce soir là, rien à faire, je voyais à cet endroit à l’œil nu une tête de chevreuil sans arrêt…

_MG_4091.jpg

En apprenant la fauche d’une grande parcelle de prairie dans une zone à renards, je suis allé récemment passer la soirée à espérer rencontrer le goupil avec mon reflex. Arrivé sur place, rien à l’horizon. Mais la parcelle est sur une petite colline, peut-être qu’un renard se cache au fond derrière. Je monte progressivement cette colline en scrutant d’éventuels renards derrière celle-ci. Arrivé au somment, rien en vue. Je fais 20 mètres de plus, juste pour vérifier que le petit bout de prairie dans le creux à droite est désert aussi. Et là, bien sur, je tombe sur un renard ! Mais comme j’arrive trop vite, persuadé qu’il n’y a rien dans ce dernier secteur, je suis repéré de suite. Super, ça fait 20 minutes que je fais super attention en avançant, et c’est juste au moment ou je relâche mes efforts que le renard apparait ! Celui-ci me fixe mais ne part pas. Je me retire lentement et me pose à l’affût au bord d’un bosquet plus loin, en espérant qu’il finisse par venir dans le secteur. Le temps passe, rien n’apparait. Je décide de retenter une approche, si toutefois il est toujours là. Mais là encore, je suis vu avant de voir, et le renard, qui était à 30 mètres de moi, part beaucoup plus loin… Il reste dans mon champ de vision, et je fais une modeste photo :

_MG_4100.jpg

Le renard repart tranquillement. Une fois hors de ma vue, je contourne la colline pour me placer sur sa possible trajectoire. Et tout à coup, un gros bruit, et là !!!! un animal sort de la haie devant moi… Super !

_MG_4113.jpg

Une jolie fausse joie… Il s’agit d’un mouton qui s’est échappé de son parc depuis plusieurs mois, et qui ne veut pas y retourner. Il a du bien devenir sauvage, car même sans bouger, le bruit du déclenchement finit par le faire fuir…Mais au moins j’aurais photographié un mammifère à 10 mètres, c’est déjà ça…
Un peu plus tard, un renard apparait en bas de le prairie :

_MG_4116.jpg

Mais un autre renard, que je n’avais pas vu, le fait fuir :

_MG_4117.jpg

Ce dernier repart aussi à perte de vue. Je décide juste avant le coucher du soleil de retourner voir si le renard du début est toujours dans le secteur, car ce n’est pas l’un des deux que je viens de voir. Mais une nouvelle fois, il est derrière une bosse et me voit avant que je ne le repère. Il part plus loin puis s’arrête pour me regarder. Je reste sur place, il se couche au sol et ne bouge plus.

_MG_4120.jpg
Au bout de 5 minutes, il décampe brusquement. Bizarre me dis-je… Je décide de partir. Je me relève et me retourne, et là, devinez quoi ??? Et oui, un autre renard se tenait à 20 mètres dans mon dos ! Bien sur il décampe de suite, alors qu’il ne m’avait apparemment pas repéré avant ! Et c’est là que je comprends que c’est lui qui a fait fuir le renard que je regardais juste avant…
Je ne crois pas qu’il existe un concours de la photo de renard la plus lointaine, dommage car j’aurais toutes mes chances ! Pour la prochaine fois, je bricolerai des rétroviseurs pour ma casquette, histoire de surveiller de qui se passe derrière moi…

dimanche 15 juillet 2012

Vilain renard, j'y étais presque !

L’été avance, les oiseaux se sont calmés, et j’ai décidé, motivé par J-R, alias Jean-Robert, mon professeur en matière de photographie de renards (il y a encore quelques mois je ne pensais pas écrire ça un jour !...), de retenter des affûts au goupil dans le pré fraichement fauché, celui ou j’ai passé le plus de temps à attendre des mammifères (qui sont rarement à l’heure d’ailleurs…). Parait que dès qu’un pré est fauché, tous les renards du quartier déboulent pour y chercher les campagnols. Moi j’ai du attendre cette année avant de voir mon premier renard dans un pré fraichement fauché. Bon alors c’est peut-être vrai finalement cette légende rurale…

Une famille de renards a effectivement élu domicile près du pré, et vient s’y montrer régulièrement. Le premier soir, je descends en voiture jusqu’à la prairie (je sais c’est plus écologique à pied, mais même si j’étais bien fatigué par ma virée en vélo, c’était surtout pour rester à l’abri des moustiques). Alors que je n’ai rien repéré, voici qu’une fois la haie franchie par la trouée, un renard se tient juste à gauche à 50 mètres ! Et alors que je déboule sans précautions avec ma voiture, il ne réagit même pas et continue à chasser. C’est impensable, sachant que d’habitude, quand je m’arrête au bord d’une route pour observer un renard à 300 mètres, celui-ci se tape un sprint non stop jusqu’à ce qu’il y ait une montagne complète entre nous deux…
Cette fois, c’est peut-être l’inexpérience de la bête qui me rend service et me permet de faire quelques photos, certes très basiques, ce de bel animal. Les photos sont bien sur beaucoup recadrées, il était trop loin…

_MG_4033.jpg
_MG_4038.jpg
_MG_4041.jpg
_MG_4048.jpg

Le renard partira tranquillement au gré de sa chasse. Le soir suivant, aucun renard n’apparaîtra. Le coup d’après, alors que je sors, à pied cette fois, au bord du pré, voici qu’un renard sort 30 mètres à ma gauche, 2 secondes après moi ! Je m’accroupi de suite, je déploie le trépied et je vise ce joli cadeau. Il s’éloigne un peu, puis se retourne vers moi, et se met à renifler intensément. Il est vrai que le vent souffle bien fort, et bien sur, amène mon odeur pile sur lui (le contraire serait incompatible avec la loi de la photographie animalière qui est très stricte). Le temps de faire 3 ou 4 photos et adieu le renard…

_MG_4077.jpg
_MG_4081.jpg

Le soir suivant, j’arrive dans le pré, aucun renard à l’horizon. Je fais 5 mètres en direction de mon point d’affût, et voilà 3 jeunes renards qui déboulent à l’autre bout du pré ! Encore une parfaite synchronisation, et quelques photos faites en étant juste accroupi au milieu de l’herbe. Les renards repartent dans le bois, mais je ne pense pas avoir été repéré. Je me poste en affût et j’attends qu’ils veuillent bien ressortir.

_MG_4090.jpg
_MG_4089.jpg

Une heure passe, je surveille à ma droite et à ma gauche les 2 endroits d’où les renards devraient sortir. A travers le tissu de camouflage, la vision n’est pas très bonne et ça fatigue. Je ferme les yeux une minutes pour me reposer, et puis bien sur vous devinez la suite, vous allez dire que tout ceci est romancé et que j’exagère, mais ce n’est même pas le cas, tout est vrai et raconté sans déformation, j’y peux rien moi, le destin fait bien les choses et c’est tout ! Alors voilà, quand j’ouvre les yeux, un renard est sorti par l’endroit précis que je surveillais à gauche depuis 1 heure, et il est à moins de 10 mètres de moi. Le problème, c’est que mon reflex sur son pied vise droit devant, et si je le tourne, le mouvement va surement le faire partir. Mais pas de panique, s’il continue tout droit, il va passer pile devant l’objectif à 5 mètres. Il se rapproche, j’ai l’œil dans le viseur et j’attends qu’une jolie tache rousse apparaisse. Mais rien n’arrive, et ce renard de malheur décide de dévier à 90° et de venir droit sur moi ! Il finit à moins de 3 mètres, juste à gauche, et me regarde. Mon cœur tape à fond, c’est la première fois qu’une telle chose m’arrive ! Les secondes passent et l’animal renifle de plus en plus sans bouger. Je me dis qu’il va bientôt déguerpir, et je décide de tenter de tourner lentement l’objectif dans sa direction. Mais au premier mouvement, David Copperfield qui ne devait pas être très loin réalise son nouveau tour de magie et fait disparaitre mon renard en 2 secondes. Bluffant, il est vraiment très fort !

Conclusion, quand on est bête au point de vouloir photographier un renard à moins de 3 mètres avec un matériel photographique dont la mise au point minimale est à 3,5 mètres, on ne récolte qu’un résultat aussi nul que la tentative !

Cependant, j’ai quand même réalisé mes premières photos de renard, c’est pas mal. Mais si je veux atteindre le niveau de mon professeur J.R., j’ai encore du travail. Je ne peux pas vous donner un lien vers ses photos, mais va bien falloir qu’il ouvre un site avec la collection qu’il a maintenant…

jeudi 3 mai 2012

La traversée du désert

Non non, je ne suis pas parti dans le Sahara pour photographier les oiseaux migrateurs de passage, c’est juste le désert photographique pour moi en ce moment. J’ai mis ça sur le dos du mauvais temps au début, mais maintenant que des journées sont meilleures ça ne change pas. Entre les repérages qui ne donnent rien, les affûts qui foirent tout le temps, les animaux qui n’arrivent jamais comme il faut et quand il faut, c’est un peu la misère. J’ai passé beaucoup de soirées à attendre les mammifères, en particulier le renard, sans succès. Mais le plus beau loupé mérite quand même d’être raconté ! :

IMG_0614.jpg

Alors voilà, après plusieurs jours de mauvais temps, un soir il fait beau, et je décide d’aller faire un affût dans ma prairie préférée. Je prends le raccourci qui passe devant la ferme de mon copain J-R, et comme je l’aperçois, je m’arrête. Il vient avec moi, mais le temps de discuter le temps est pas mal passé. Nous arrivons sur le site, et là, 2 jolis lièvres sont en train de se promener à 5 mètres de mon point d’affût, donc à l’endroit où j’étais sensé être si je ne m’étais pas arrêté !!! Dommage, mais ce n’est que le début. Il n’y a rien d’autre dans le pré, et nous décidons d’aller accrocher mon piège photo pas loin avant de retourner au bord de la prairie. Une fois que c’est fait, nous arrivons au bord de la prairie, et là, devinez quoi ? 3 chevreuils sont en plein milieu, au soleil, magnifiques ! Je crois que c’est la première fois de l’année que je vois des chevreuils sortir avant le coucher du soleil. Je progresse lentement pour avoir une vue dégagée sans me faire repérer. Puis subitement, je fais fuir les 2 lièvres qui étaient toujours là mais cachés dans les herbes hautes ! Résultat, en partant ils alertent les chevreuils qui font de même. J’ai juste le temps de prendre une photo de loin, durant la « pause » habituelle que font les chevreuils lors de leur fuite. Encore raté !

_MG_2735.jpg

Plus tard, J-R voit 3 biches partir droit sur la prairie, et pourtant je ne verrai rien passer… Et pour bien terminer, un peu plus tard, j’entends des bruits le long de haie dans laquelle je suis planqué. Je pense que c’est J-R qui vient vers moi. En en fait c’est le renard qui est à 30 mètres de moi ! Seul problème, J-R venait bien vers moi mais était un peu plus loin, et sans le vouloir il a fait fuir le renard qui est parti comme une fusée Ariane dans le bois de l’autre côté, sans attendre la fin du compte à rebours. Bref, ce soir là nous avions tout servi sur un plateau et pas une photo correcte au final. La misère !

Je ne vous raconterai pas les autres soirées qui n’ont rien à envier à certaines phases de celle-ci, mais à chaque fois on dirait que tout est fait pour que je loupe toutes mes photos. Ici une jolie biche, qui a été attirée par J-R (car si moi je fais fuir tous mes sujets, J-R attire tous les animaux de la forêt partout ou il passe…) mais un peu trop tard, d’où une photo floue vue de près, même si avec une bidouille elle parait ici bien nette.

_MG_2815.jpg

Il y a aussi le renard, qui se décide enfin à passer (aussi attiré par J-R), mais pile à l’autre bout de la prairie, il ne pouvait pas être plus loin…

_MG_2826.jpg

Avec les oiseaux c’est la même chose. Je pense qu’on m’a jeté un sort, tout disparait dès que j’arrive…

Il ne reste plus qu’à me faire exorciser, afin de recommencer à faire de belles images. J’espère que ça viendra bientôt, car je recommence à photographier n’importe quoi, signe que je suis sérieusement en manque…

samedi 13 août 2011

Lumière sur le Brocard !

Après avoir passé un peu de temps très tôt le matin sans voir le moindre animal dans la campagne environnante, j’étais assez découragé, surtout qu’en général j’ai du mal à me lever plus tôt qu’il ne le faut… Mais Jean-Robert m’a remotivé en me disant qu’à chacune de ses visites, il voyait des animaux, même à 10 heures du matin ! Et il avait des photos comme preuve, heureusement sinon je ne l’aurais pas cru…

Du coup, j’ai décidé de passer plus de temps dans un endroit bien défini sur ses conseils, plutôt le soir. Lundi, je tente de me poster en affût au bord d’un champ de tournesol, avec un vent favorable. Dans le secteur, il est sensé y avoir plusieurs chevreuils dont 2 mâles, une femelle et 2 faons, ainsi qu’une biche avec son petit, un renard et des lièvres. C’est parti pour un peu d’attente, et rien ne se passe. Quand tout a coup, alors que j’étais distrait, un brocard déboule en face de moi et traverse le champ. J’ai tout juste le temps de faire quelques photos, mais ayant réglé mon reflex sur 200 iso, tout est flou. Il faut dire que je m’attendais à voir des animaux se balader tranquillement, pas se taper un sprint… La seule image correcte est celle-ci, mais de près ça manque de netteté :

IMG_8672.jpg

Ensuite, plus rien. Mais c’est déjà pas mal, j’ai vu un chevreuil à une distance raisonnable, ce qui est déjà difficile !
J’en profite pour faire une photo de tournesol au coucher du soleil.

IMG_8679.jpg

2 jours plus tard, avec une belle lumière, je reviens sur les lieux. Cette fois le vent est bon pour que je me poste devant la belle prairie fleurie. Après 30 minutes d’attente, rien en vue. Ah si, subitement, au fond à gauche, quelque-chose apparait ! Ah, c’est juste Jean-Robert qui vient me rejoindre…
Je sors de mon filet et nous nous plaçons au bord du bois pour discuter et observer. Et 30 minutes plus tard, je pense halluciner. Mais non, il y a bien une tête de brocard qui nous observe au fond du pré dans l’ombre ! A vous de le situer…

IMG_8734.jpg

Il s’agit du fameux brocard dont m’a parlé Jean-Ro, celui qui a des bois interminables ! Et voilà que Monsieur bondit droit sur nous !!!

IMG_8737.jpg

Je le suis dans le viseur. Tout à coup il arrive au soleil, et devient sublime :

IMG_8745.jpg
IMG_8750.jpg
IMG_8757.jpg

Je continue à prendre des photos. Oups, c’est dur de maintenir la mise au point sur la tête de la bête…

IMG_8762.jpg

Mais je me reprends, et le brocard commence à rentrer difficilement dans le cadre !

IMG_8763.jpg
IMG_8767.jpg

Il nous observe quelques secondes, puis sans doute intrigué par les bruits du reflex, il repart en bondissant et disparait dans le bois.

IMG_8770.jpg
IMG_8787.jpg

Quel moment magique ! J’entends Jean-Ro juste à côté de moi qui me dit : « et moi qui n’ai pas pris l’appareil photo ! »… Pour une fois, cette phrase ne sort pas de ma bouche, ça fait plaisir...