Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 12 avril 2015

Visite chez les vautours fauves de Rémuzat

J'ai profité, il y a maintenant 1 mois, d'une semaine de congés improvisée pour aller rendre visite durant 3 jours aux vautours de Rémuzat. Situé dans la Drome provençale, ce petit village accueille une population de vautours, constituée à la base d'oiseaux issus d'un programme de réintroduction qui a débuté en 1996. J'avais eu l'occasion de réaliser un stage en 2003 à l'association "Vautours en Baronnies" qui est à l'origine de cet ambitieux programme. Depuis, la population de vautours a beaucoup grandi, et cet endroit, qui était inconnu des photographes animaliers, est devenu un "spot" pour faire de belles images de vautours. J'aime retourner de temps en temps dans ce petit coin de la Drome, car le paysage est magnifique, reposant, et on peut observer de nombreux rapaces et quelques oiseaux provençaux. Depuis que je suis équipé en matériel reflex, j'essaie de photographier les vautours, mais bizarrement à chaque fois que fréquente le site les vautours volent très peu. Et cette fois, en bien.... ça a encore été le cas. Mais en y passant un maximum de temps et en profitant du passage de chaque oiseaux, il y a eu quand même de quoi se régaler.

5h30 du matin, je pars de Chambéry. C'est parti pour un rallye de 2h30 en Dacia à 180 à l'heure dans les routes de montagne (faut pas avoir peur...). J'arrive sur place vers 8h, le parking est vide, je peux prendre la seule place à l'ombre. Je prend le matériel, et c'est parti pour une petite marche qui permet de rejoindre la pointe du rocher du Caire. Cette fois, je n'ai pas embarqué le 500mm mais le petit 400 mm, c'est drôle, habitué au 500, j'ai l'impression d'avoir un jouet entre les mains... La dernière fois, j'avais tellement coupé d'ailes aux vautours avec le 500 qu'une plus petite focale plus maniable me parait plus adaptée. Et me connaissant, j'ai quand même bon espoir de couper autant d'ailes que la dernière fois même avec le 400 !

La matinée passe, rien. Je vérifie dans mon guide ornitho, non non le vautour fauve n'est pas migrateur, donc ils devraient être quelque part dans le secteur... 10h30, les premiers vautours apparaissent, au compte goutte...

_D2_2685camraw.jpg
_D2_2694camraw.jpg
Et puis rien... ça valait le coup de se lever à 5h ! Et subitement, un invité inattendu se pointe sous la falaise qui est à mes pieds ! C'est la première fois que je vois un renard ici. Belle observation:

_D2_2726camraw.jpg
Juste après, un autre photographe arrive. Son télé est blanc, ouf c'est un rouge, enfin je veux dire un Canoniste. Car il faut savoir que les jaunes, enfin les Nikonistes, ne fréquentent pas les Canoniste. Je ne sais pas pourquoi mais il y a une rivalité entre les marques, bon c'est toujours pour plaisanter heureusement...
Le photographe en question, Mickaël, vient de l'Ain aussi, cool. On sympathise rapidement, je le rassure en lui disant qu'il n'a rien raté ce matin. En fin de matinée, je décide d'aller faire de l'observation à la longue-vue de l'autre côté du plateau, vers les volières. Mais ce n'est pas productif, il y a beaucoup de vent, et peu d'activité vers les volières et le charnier. J'en profite pour faire une sieste au soleil, en surveillant les alentours d'un oeil, car il parait que les vautours sont devenus depuis quelques années des prédateurs redoutables capables de trucider un cheval en pleine forme... Et le problème c'est que les gens y croient et que les mentalités retournent 100 ans en arrière à l'époque où l'homme a exterminé les vautours...

Plus tard dans l'après-midi, je retourne à la pointe du Rocher du Caire où je retrouve Mickaël et ses parents. Les vautours finissent par voler un peu, et nous laissent l'occasion de faire quelques images, avec une lumière toujours difficile à dompter, qu'il faut utiliser au mieux pour mettre en valeur la silhouette des vautours:

_D2_2783camraw.jpg
_D2_2820camraw.jpg
_D2_2824camraw.jpg
_D2_2835camraw.jpg
_D2_2846camraw.jpg

Cà, c'est ce qui arrive quand il y a plusieurs photographes...:
_D2_2855camraw.jpg
_D2_2861camraw.jpg
_D2_2890camraw.jpg
_D2_2895camraw.jpg
_D2_2933camraw.jpg
_D2_2935camraw.jpg
_D2_2946camraw.jpg
_D2_2955camraw.jpg
Et voici un dernier vautour, n'hésitant pas à ramasser toutes les photos possibles...

IMG_3453_copie.jpg
En cette fin de première journée, le résultat est quand même sympa. Avec mon petit 400mm et ma rotule vidéo, j'arrive plutôt bien à suivre les oiseaux en vol. L'autofocus du 7Dmark2 semble aussi pas mauvais pour suivre les oiseaux, j'ai étonnamment peu de photos floues. Pourvu que ça dure ! Les photos des jours suivant arriveront prochainement.

samedi 27 septembre 2014

Souvenirs du mois d'août

Me revoilà après une longue période sans activité sur le blog, par manque de temps comme souvent. Début septembre j'ai pris 2 semaines de congés, mais j'ai opté pour mon 2ème loisir et je suis parti faire du vélo dans les Pyrénées. Ce n'est pas pour autant que je vais vous inonder de photos de paysages pyrénéens, même si c'était très joli. Le plus dur n'était pas de prendre les photos, mais de monter au sommet des cols en vélo. C'est un peu comme en photo animalière, où le plus dur est d'approcher la bête et non de prendre la photo... mais ça reste quand même vachement plus facile de monter un col en vélo que d'approcher un animal !

J'ai quand même été survolé par un Aigle botté au plateau de Beille, et j'ai assisté, sans mes jumelles malheureusement, à une curée de vautours à une centaine de mètres en contrebas de la route en montant au col du Soulor. J'ai d'ailleurs bien failli offrir un autre repas au vautours l'après-midi même dans ma 2ème montée du Soulor en plein soleil après 100 km déjà parcourus. Mais finalement, j'ai tenu le coup jusqu'au sommet, ils auront du se satisfaire de la 1ère carcasse, sur laquelle d'ailleurs il y avait surement plus a manger que sur moi (il n'y a que le Gypaète, mangeur d'os, qui se serait régalé avec moi...).

Bref, revenons à la photo animalière. Les seules choses que j'ai à exposer pour le moment, ce sont mes dernières images de chevreuils prises fin août, avant que le territoire ne redevienne celui des écologistes protecteurs de la nature à casquette orange fluo.

Il y a d'abord ce brocard aux jolis bois.

_MG_9944.jpg
Il s'est mis à venir droit sur moi, mais en longeant la bordure du bois dans laquelle j'étais planqué. Du coup, j'avais des branches devant moi et je ne pouvais qu'attendre qu'il se dégage du bord. Et bien entendu, une fois à 15 mètres de moi, il a bondi dans le bois et a disparu. Il a du me sentir car je suis resté parfaitement immobile et silencieux. Dommage...
Il y a aussi eu le soir où une chevrette est sortit avec son petit. Malheureusement, ils sont restés trop loin. Les photos sont pas mal recadrées:

_MG_9972.jpg
A un moment, un invité surprise s'est pointé, repéré par la chevrette !

_MG_9986.jpg
Un autre soir, il y a eu ce brocard qui s'est approché de lui même à 10 mètres de moi avant de me voir. Il m'a donné l'occasion de vérifier avec succès la fiabilité de ma housse antibruit maison dont je vous ai parlé la dernière fois. Aucune réaction au bruit, je pense que j'ai été finalement repéré à la vue.

_MG_0024.jpg
_MG_0067.jpg
_MG_0089.jpg
Les conditions de lumières étaient plus que limite, j'ai éclairci les images que j'ai du sous-exposer pour rester autour de 1/100s à 1600 iso. Vous avez peut-être remarqué sur la dernière image que le beau brocard a un bois cassé. Maintenant, si vous regardez les 2 premières, vous verrez que j'ai géré ça comme un pro pour que cela ne se voie pas !

Et puis finalement, il y a eu le soir ou j'ai entendu passer un renard derrière la haie dans laquelle j'étais planqué. Etant sur qu'il allait traverser dans la trouée, j'ai braqué mon objectif dans cette direction. Le goupil est sorti à l'endroit prévu, mais voilà, j'étais tellement bien camouflé qu'il ne m'a jamais repéré, et du coup je ne l'ai que de dos...

_MG_0098.jpg
Au moins j'aurai réussi cette fois à avoir un renard à 5 mètres de moi au plus près sans être repéré. Un vrai pro je vous dis !
Un peu plus tard, voilà qu'un brocard est sorti du bois de l'autre côté du pré. Puis un peu plus tard, un autre a suivi plus près à ma gauche:

_MG_0107.jpg
Le dernier sorti s'est mis à foncer sur celui qui était au fond. Un vestige du rut ??? Pour la première fois, j'ai observé 2 chevreuils s'affronter, face à face et bois contre bois !

_MG_0118.jpg
Bon, bien entendu, j'aurais préféré que ce soit celui du fond qui fonce sur celui qui était près de moi, comme ça j'aurais été aux premières loges pour les photos. Mais bon tant pis c'est comme ça. Juste après, les 2 brocards ont disparu dans le bois. Un peu après, l'un d'eux est ressorti et a traversé le pré comme s' il avait pris un bon coup sur la tête. Sans doute le perdant !...

_MG_0125.jpg
_MG_0126.jpg
_MG_0128.jpg
Je vais essayer de me remettre aux oiseaux désormais histoire de revenir dans le thème principal de mon site, mais il va falloir trouver le temps et les bons endroit, vu que de plus en plus de coins sympas sont détruits, comme le regretté verger de la chevêche et sa haie, qui rassurez vous sont devenus un joli champ de mais !

dimanche 27 juillet 2014

Face à face avec le goupil

Comme introduit à la fin de ma précédente histoire, j'ai passé une soirée au bord d'un pré fraichement fauché, à espérer la venue d'un renard. Une heure sur place, rien à l'horizon, la lumière commence à baisser, bref je commence à perdre espoir. Puis subitement, j'aperçois un truc qui bouge tout au bout du pré. Je dirige le 500mm dessus, et c'est bien un renard qui pointe le bout de son museau ! Que dis-je, 2 renards ! Un adulte (male ou femelle, je suis incapable de trancher...) et un jeune !

_MG_9448.jpg
Le jeune, tout fou, se met à muloter, avec succès dès le premier bond.

_MG_9449.jpg
Puis j'observe l'adulte attraper un rongeur et le porter à son jeune, sympa. Puis les 2 animaux , pour une raison encore inexpliquée à ce jour, viennent droit dans ma direction.

_MG_9455.jpg
Et ça continue. Pendant un moment, je suis l'adulte dans le viseur, mais je ne déclenche pas, car je sais que vu la distance qui nous sépare, il entendra le bruit et fuira aussitôt à 300 à l'heure. Puis il s'arrête net à une distance intéressante, et me fixe. Ça y est, je suis repéré, du coup je prend quelques photos avant qu'il ne disparaisse à la David Copperfield. Le bruit des déclenchements attire encore plus son attention.

_MG_9463.jpg
Mais voilà qu'il continue à s'approcher, rejoint par le jeune insouciant qui vient lui faire un bisou !

_MG_9488.jpg
Vous avez remarqué, 3 yeux sur la photo, des brins d'herbe de partout, et pas un seul devant aucun oeil. J'ai embauché une équipe de scientifiques pour tenter d'expliquer ce phénomène étrange. Ce sont les mêmes qui tentent d'expliquer depuis des années pourquoi dans une série de photos, c'est toujours la plus intéressante qui est la moins nette...
Les 2 protagonistes, toujours à ma grande surprise, continuent de s'approcher:

_MG_9500.jpg
_MG_9535.jpg
_MG_9573.jpg
L'adulte, magnifique, prend la pose, et je me permet de descendre de 1000 iso à 400 pour faire des photos encore plus fines, histoire que l'on voit mieux le brin d'herbe plié et coincé dans la joue de l'animal qui vient un peu gâcher la photo...:

_MG_9590camraw.jpg
Il y a aussi la version avec la queue du jeune en train de muloter en premier plan...

_MG_9593.jpg
Puis je fais probablement un mini mouvement de trop pour essayer de voir le jeune qui se trouve maintenant à 5 mètres de moi ! L'adulte déguerpi en 2 secondes, mais le jeune continue à muloter à mes pieds. Impossible de faire de bonnes photos tellement il bouge, mais on voit qu'il attrape des proies même si c'est flou...

_MG_9603.jpg
_MG_9597.jpg
Puis enfin je suis repéré. Le jeune goupil fixe l'objectif, et je fais une photo en lui coupant majestueusement les oreilles (collimateur central impérativement sur l'oeil, j'aurai du basculer en "one shot" pour avoir plus de liberté de cadrage, mais bon en 2 secondes difficile ne serais-ce que d'y penser...).

_MG_9629camraw.jpg
Le renard part ensuite quelques mètres plus loin, mais il finit par revenir devant moi, me permettant d'en faire une autre sans couper les oreilles...

_MG_9666.jpg
Puis il repart plus loin dans le pré, mais sera toujours là au moment de mon départ ! Le temps de ranger les tranches de jambon que j'avais amené pour les attirer et je repars bien satisfait. Bon je rigole, vous savez bien que je n'utilise pas d'appât. J'avais même pas amené de jambon. Et puis d'ailleurs j'avais déjà mangé toutes les tranches en attendant que quelque-chose se passe, j'avais trop faim. Du coup si j'en avais pas amené ça n'aurait rien changé... Vous ne comprenez plus rien ? C'est normal, c'est juste pour semer le doute...

Une soirée magique, que je ne suis pas prêt de revivre ni d'oublier !

dimanche 20 juillet 2014

Repérages chez les mammifères

Nous voici arrivé à la saison où les oiseaux se font discrets , et où j'essaie chaque année de consacrer quelques soirées aux mammifères. Le rut du chevreuil approche, donc j'ai commencé à fréquenter les zones habituelles. J-R m'a aussi montré l'endroit ou il y avait plusieurs magnifiques cerfs en velours tous les soirs jusqu'au jour précédent où il m'a montré ce fameux endroit (vous comprendrez donc que je n'ai pu que voir l'endroit... et les jolies photos prises précédemment par J-R !).

De mon côté, c'est à l'endroit ou j'avais réussi a faire quelques photos de chevreuils l'an dernier que j'ai trouvé un peu d'activité assez régulière, même si comme d'habitude elle a lieu un peu tard, lorsque la lumière devient limite pour faire des photos avec mon matériel reflex. Le premier soir, alors que j'approche, je remarque un beau brocard en train de brouter au milieu du pré. Je retourne à la voiture à 50 mètres de là pour prendre le 500mm (je ne voulais pas m'encombrer avec...). De retour, alors qu'il n'a pas pu me voir ni m'entendre, il a pourtant disparu. Mais une belle biche a fait son apparition de l'autre côté !
Je m'approche le long du pré à l'abri de son regard, puis je me décale pour avoir un angle de tir dégagé. Malheureusement elle ne fait que s'éloigner en broutant et reste presque uniquement de dos.

_MG_9301.jpg

Puis un renard sort du bois juste à côté d'elle et en face de moi! Bien entendu, 2 secondes plus tard, je suis repéré et le renard repart. La Biche, elle, en observant le renard, se retourne et finit par me repérer également... Elle s'en va tranquillement mais surement.

_MG_9295.jpg
_MG_9315.jpg
En me relevant, je m'aperçois qu'un chevreuil était sorti dans le pré à ma droite. Oups, raté. Je suis repéré de suite.

Je suis retourné 2 soirs me poser en affût dans le pré. La première fois, j'ai eu la visite d'une chevrette, que j'ai pu photographier à distance raisonnable:

_MG_9350.jpg
_MG_9416.jpg
Le second soir, une chevrette, peut-être bien la même, est sortie dans le même coin.

_MG_9440.jpg
Alors que j'attendais qu'elle veuille bien s'approcher un peu, voilà que j'entend soudain un aboiement de chevreuil juste derrière moi ! Un autre animal s'apprêtait à sortir dans le pré, mais malheureusement son chemin passait à quelques mètres de moi. J'ai été repéré, senti peut-être, où alors à cause d'un mouvement de ma part. Bref, il s'est mis a alerter tout le secteur du danger, et la chevrette qui commençait à s'approcher un peu à mis les voiles...

Lors de ma sortie suivante, un pré intéressant avait été fauché dans la journée. Du coup, je me suis décidé une fois de plus à aller m'y planquer pour espérer la sortie d'un renard. Et alors que j'ai l'habitude de les faire fuir à 300 mètres même en étant à l'affût camouflé dans une haie, cette fois j'ai eu un coup de chance auquel je ne croyais plus depuis un moment ! A suivre prochainement...

dimanche 15 juin 2014

La famille renards

Au mois de mai (comme souvent j’ai pas mal de retard…), J-R a trouvé un terrier de renards occupé par 6 petits. Un petit coin sympa pour faire des photos. Par manque de temps, je n’ai eu que 3 occasions de faire des affûts. Je n’avais jamais côtoyé de renardeaux. En restant discret, ceux-ci se sont montrés peu craintifs et peu regardants vis-à-vis de moi. Lors de ma première tentative, je suis resté caché dans la haie qui se trouve dans le prolongement du terrier, assez loin pour être sur de ne pas déranger. J’étais en contre-jour, mais difficile de faire autrement. J’ai pu faire cette photo :

_MG_8631camraw.jpg
Un peu plus tard, la mère s’est pointée et m’a repérée directement à plus de 100 mètres. Du coup elle n’est pas venue au terrier. Moi je suis rapidement repartit, car en plus un orage arrivait en plein sur moi. Ce serait dommage de mouiller le 500mm, il peut encore servir…
La fois suivante, je me suis planqué au bout de la haie en face pour avoir le soleil dans le dos. Le problème est qu’on se retrouve encore plus loin du terrier. Mais le vagabondage d’un renardeau dans ma direction m’a permis de faire des photos.
En approche :

_MG_8715.jpg
Et voilà qu’au moment où je décide de faire une belle photo d’une tige de blé, voici que ce satané renardeau s’arrête pile derrière. En plus l’autofocus au lieu de faire la mise au point sur la belle tige de blé focalise sur le renardeau, du coup mon blé est flou et le renard gâche mon arrière plan. Incroyable !... (oui en fait faut comprendre autre chose que ce que j’ai écrit, je pense que vous aviez deviné…)

_MG_8744camraw1.jpg
_MG_8747.jpg
_MG_8746camraw2.jpg


Après le renardeau passe dans les herbes juste à côté de moi avant de disparaitre.
Pour mon dernier affût, je me suis remis le long de haie comme pour la première fois, mais plus près et cette fois le matin, avec une lumière et un vent bien orientés. J’ai du attendre 2 heures et les lumières dures avec vagues de chaleur pour voir apparaitre les premiers renardeaux. Voici quelques photos nettes (je vous passe toutes les floues de mon formidable matériel…)

_MG_8773camraw.jpg
_MG_8788.jpg
_MG_8822.jpg
_MG_8895.jpg
_MG_8873.jpg
_MG_8927.jpg
_MG_8943.jpg
A un moment un adulte s’est pointé à 30 mètres ! Je n’ai pas osé bouger. Puis je l’ai cadré progressivement, j’ai pris 2 ou 3 photos, une par une, par peur qu’il entende le bruit. Par chance je n’ai pas été repéré :

_MG_8911.jpg
Et puis quelques secondes plus tard, là j’ai été repéré d’un coup, alors que je ne bougeais plus et que je ne prenais plus de photos. Le renard est parti comme un boulet de canon, comme d’hab quoi…
Seul J-R a le secret pour se retrouver à 5 mètres des renards sans être repéré, sans camouflage bien sur. Bon j’aurais pu mettre ses photos à la place des miennes ici, ça aurait été mieux, mais bon je ne voudrais pas qu’il prenne la grosse tête…

- page 2 de 5 -