Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - roseaux

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 mars 2017

Le fantome apparaît

Pour changer un peu du Tichodrome, mais pour rester dans les oiseaux prestigieux, histoire que le niveau de ma production reste toujours au top (ben quoi ?), voici une petite série sur le fantôme des roselières, celui que l’on ne voit jamais, qui vit discrètement, qui se confond avec les roseaux : le Butor étoilé.

Nous sommes un samedi après midi au sud du Lac du Bourget. Le temps est pourri, ciel gris, un vent d’enfer à découper les cornes des bœufs au couteau (c’est bien ça l’expression non ?). Pour passer le temps, je me rends à l’observatoire de Buttet, accessible uniquement par certaines personnes VIP membres de la FRAPNA et de la LPO. L’avantage, c’est qu’on y est bien tranquille. Donc j’arrive, je mets un coup de Zeiss à l’horizon, pas un canard en vue, rien, le désert complet. Pas étonnant vu le vent. Après 10 minutes, je me demande ce que je fais là. Je pense déjà à partir, et voilà que le miracle se produit : un butor se pointe au pied de l’observatoire ! Par contre, le 2ème miracle, celui qui consiste à faire apparaitre par magie mon 7D avec le 500mm devant moi n’arrive pas. Faut dire que le sac photo est resté dans le Pays de Gex. Je n’étais pas sensé faire de la photo ce week-end !

Heureusement, j’ai quand même la longue-vue, elle, je la prend presque tout le temps, c’est un instrument d’observation indispensable. Du coup, je descends discrètement au gabion situé sous l’observatoire, et tout doucement, j’arrive à entrer, à installer le digiscope et à lever une vitre me permettant d’avoir une vue directe sur ce magnifique butor qui se tient à 10 mètres sans bouger. Je m’aperçois vite de ce que je craignais : non seulement le butor est trop près et ne rentre pas entier dans la cadre même en baissant la focale à 1000 mm, le minimum, mais en plus, la lumière est vraiment insuffisante. Je suis obligé de prendre des photos au retardateur, et encore, le vent qui entre par l’ouverture fait vibrer ma longue-vue et rend beaucoup de photos floues. De plus, l’autofocus se laisse souvent berner par tous les roseaux situés sur tous les plan des images. Mais bon, en 1h30, j’enchaine les photos, j’ai presque honte de dire que j’en ai pris 520 ! Le tout avec mes 2 vieilles batteries que je n’avais pas rechargées depuis le mois d’octobre ! Mais fallait bien ça, une fois triées, il en reste une petite trentaine qui soient nettes et intéressantes à la fois…

Au début, le butor reste un peu en retrait dans les roseaux :

IMG_5545.jpg
IMG_5556.jpg
Puis au bout d’un moment, il s’approche lentement du bord pour pêcher. Là, un micro-rayon de soleil surgit, me permettant d’atteindre une vitesse record de 1/200s à 200 iso !

IMG_5587.jpg
Mais ça ne dure que quelques secondes.
Comme on ne verra pas beaucoup les pattes de l’oiseau dans les photos qui suivent, je vous mes montre correctement ici :

IMG_5632.jpg
L’oiseau reste immobile mais déplace sa tête de temps en temps, un coup à droite, un coup à gauche. Il faut bien viser parfois pour ne pas trop avoir d’obstacles devant la tête, surtout qu’avec le retardateur, il bouge toujours la tête avant que les photos ne soient prises…

IMG_5639.jpg
Et quand il se met à pêcher, ben c’est trop rapide…

IMG_5701camraw.jpg
Lorsque le Butor pêche, il tend le coup, trempe le bout de son bec dans l’eau et attend. J’en ai quand même une de bonne de ce moment !

IMG_5713.jpg
Même si celle-ci aurait été meilleure si la mise au point avait été bonne…

IMG_6014.jpg
Bon allez, une petite série de portraits nets :

IMG_5717.jpg
IMG_5761.jpg
IMG_5840.jpg
IMG_5860.jpg
Là, il vient d’attraper un petit poisson juste pincé dans le bout du bec. En plus c’est net ! Oui bon c’est vrai, y a comme un petit truc devant l’œil de l’oiseau qui gâche la photo…

IMG_5879.jpg
Vous avez vu ? Sur celle-ci il rentre entier, cool !

IMG_5884.jpg
Bon, y a toujours 1 ou 2 vieux roseaux devant, mais bon y a pas beaucoup de photos qui y échappent. Des fois y a aussi un vieux déchet en bonus, une vieille cartouche ? bon faut voir le côté positif, ça reste plus discret que la vieille bouteille de Fanta qui flotte pas loin de là.

IMG_5904.jpg
Oups, celle-ci est floue, dommage j’aime beaucoup la posture.

IMG_5917.jpg
A un moment, mon matériel bouge tellement que je foire tout. Faut dire que mon pied est déployé à fond et qu’il n’est pas stable, vu que mon autre pied, beaucoup plus solide, est réservé au matériel reflex. Alors vous allez me dire, pourquoi n’ais-je pas 2 pieds stables ? Et bien en fait j’en ai 2 maintenant, vu que j’ai décidé de m’offrir un pied en carbone pour le 500mm. J’ai un peu hésité, quand on voit le prix ça fait cher pour gagner 900 g (environ 1 euro par gramme…) Et pourquoi je vous raconte ça ? Et bien parce que le matin même du jour de ces photos, mon nouveau pied est arrivé au relais colis, dans le pays de Gex, à 90km. Du coup je n’ai pas pu le récupérer pour le week-end. A 1 jour près j’aurais eu un trépied bien stable pour le butor. Et dire que ça fait des années que j’hésite à commander un pied en carbone… sans commentaires !
Du coup pour palier au problème, je ramène discrètement une table pour poser mon pied replié dessus. La table étant bancale, je dois régler les pieds, mais après, c’est bien mieux !

IMG_6030.jpg
Bon, sur la photo, je fais semblant de prendre une photo, vu que l’appareil n’est plus sur la longue-vue, vu que c’est lui qui me prend en photo…
Et hop, encore une avec l’oiseau entier et son plumage en boule. Bon, une fois de plus, y a un roseau qui gène un peu.

IMG_5965.jpg
En fait, là il gène encore plus, vu qu’il aplatit tout le côté de l’oiseau…

IMG_5974.jpg
On se débarrasse du roseau de gauche et un autre à droite prend le relai :

IMG_5998.jpg
Là il se voit moins mais il est toujours là…

IMG_6018.jpg
L’oiseau finit par s’enfoncer dans les roseaux.

IMG_6029.jpg
La lumière baisse de plus en plus, il n’y a plus rien à faire. Le butor fait demi-tour et revient ! Mais j’ai même plus envie de le voir. C’est la première fois que je quitte un lieu alors qu’un butor est à 12 mètres de moi !

Moralité : si j’avais eu mon 7D mark2 avec le 500mm, j’aurais tout défoncé (enfin façon de parler…), mais si je ne faisais pas de digiscopie avec ma Zeiss, je n’aurais même pas pu faire la moindre image de ce moment si rare que j’ai espéré pendant de nombreuses années. Donc je ne m’en sors pas si mal !

samedi 23 janvier 2010

La surprise des bruants des roseaux

Cela fait longtemps que je cherche sans succès des oiseaux à photographier. L'autre jour un groupe de bruants des roseaux m'a fait une belle surprise, alors que je ne cherchais pas du tout à faire des photos (c'est souvent le cas...).

Lors d'une sortie au bord du Lac du Bourget, par temps froid et sous un paysage enneigé, j'ai repéré depuis un observatoire un groupe de nettes rousses dont une femelle portait une marque nasale. Une marque nasale est une bague fixée sur le bec des canards sur laquelle un code est inscrit. Ceci permet d'identifier à distance des individus préalablements capturés et ainsi de suivre un peu leurs déplacements. Malheureusement l'oiseau était trop loin et ma Super Zeiss ne suffisait pas pour lire le code. J'ai alors décidé de me rendre dans un espace public pour avoir une meilleure proximité avec l'oiseau. Ce fût une bonne idée car j'ai fini par lire le code de l'oiseau malgré une distance toujours limite.

En retournant à la voiture, je m'arrête net devant une bande de roseaux située au bord d'un chemin de promenade: 2 bruants des roseaux se nourrissent sur les phragmites. Je sors le fuji F30 du sac et le fixe sur la longue-vue, et je m'approche à environ 25 mètres des oiseaux. Ils ne partent pas et j'arrive à faire quelques photos.

br1

Je tente de m'approcher plus, lentement, accroupi dans la neige, sous le regard de quelques promeneurs qui, une fois de plus, doivent se demander ce que je fais. Mais de toute façon le photographe naturaliste est destiné à passer pour un extraterrestre aux yeux des gens. Au début, on se sent gêné, et puis après on s'habitue... Très vite je remarque que les oiseaux se montrent insensibles à mon approche, occupés à trouver à manger dans ce froid inhabituel. Ceci est très rare, les photos d'oiseaux à l'approche sont en général impossible à faire. Il est fort possible que la détresse alimentaire fasse que les oiseaux se préoccupent moins des "prédateurs" qu'en temps normal. Celà ne veut pas dire pour autant que ma présence ne les stresse pas. Je reste alors raisonnable avec la distance d'approche, environ 8 mètres et c'est le top en digiscopie.

Pour les premières tentatives de photos, j'ai beaucoup de mal à cadrer les oiseaux. Le soleil sur l'écran de l'apn m'empêche de voir l'image correctement. D'habitude je suis sous un filet de camouflage qui fait de l'ombre et le problème ne se pose pas, mais là c'est une situation particulière. De plus, je n'ai aucun repère dans les roseaux pour trouver les oiseaux, et dès que j'en cadre un, il saute sur une autre tige. Ce comportement est typique, les oiseaux se sentent visés par l'objectif et se déplacent toujours au mauvais moment !

br2

Finalement, j'arrive à faire quelques photos durant les courts instants où les oiseaux ne sont pas au milieu des tiges de roseaux qui rendent l'environnement très encombré, peu propice à une belle image. La neige créant une belle ambiance d'hiver, je me doute que le résultat peut être vraiment beau alors je m'applique et j'insiste, même si les promeneurs en passant font régulièrement fuir les oiseaux (involontairement, bien sûr, mais c'est toujours un peu énervant pour le photographe...). Voici 2 images parmi mes préférées, vous en retrouverez d'autres rapidement dans la galerie !

br3

br4

En tout, je passe environ 1 heure en compagnie de ces bruants, avant que la lumière ne commence à baisser et que je commence à grelotter... Moralité, une fois de plus c'est près de l'homme que je fais des belles photos d'oiseaux, et non dans une zone bien sauvage. Je dis une fois de plus car c'est bizarrement souvent le cas !

Et pour en revenir à la Nette rousse, la lecture du code m'a permis d'apprendre que l'oiseau en question à été bagué dans la Loire en 2008, puis que l'hiver suivant il a été vu en Allemagne, avant de revenir au printemps 2009 dans la Loire. Cet hiver il aura donc choisi de fréquenter le Lac du Bourget.