Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 23 juin 2015

Escapade en Vendée fin

Bon alors voilà, pour conclure avec la Vendée voici une petite série de photos réalisées depuis mon affût Dacia, au bord d'une petite prairie inondée qui accueillait 4 couples d'échasses et 3 couples de vanneaux. Ce jour-là, j'ai fait du vent violent permanent un allié. En effet, les oiseaux s'envolaient régulièrement pour houspiller tous les prédateurs qui passaient à proximité, rapaces, hérons, mouettes, corvidés... Puis ils revenaient se poser dans leur petite marre. En décollant et en revenant se poser, ils étaient toujours à contre vent, du coup ils se déplaçaient tout doucement et étaient presque en lévitation dans les airs, du coup j'arrivais à les cadrer à peu près et à les photographier. J'y suis resté à peu près 1 jour et demi, il faut être patient car parfois il ne se passe rien pendant 2 heures, et c'est au moment ou l'on s'endort qu'on loupe une jolie séquence !

Tout d'abord, 2 petites digiscopies prises à 100 mètres de mon site d'affût de la fameuse Echasse blanche, l'oiseau qui a les plus longues pattes proportionnellement au reste du corps. Impressionnant n'est-ce pas ?

IMG_4126camraw_copie.jpg
IMG_4147camraw_copie.jpg
Maintenant voici mon petit spot miraculeux:

IMG_4165.jpg
_D2_6481camraw.jpg
_D2_6306camraw.jpg
_D2_6296camraw.jpg
_D2_6337.jpg
Celle-ci est un poil floue, dommage j'aime bien !

_D2_6383camraw.jpg
Une foulque s'approche trop près des poussins de ce vanneau cachés dans l'herbe au bord de l'eau...

_D2_6442camraw.jpg
Même si souvent, le vanneau et l'échasse houspillent ensemble les prédateurs potentiels qui passent, le vanneau n'aime pas que l'échasse s'approche trop près de ses poussins !

_D2_6626camraw.jpg
Une autre parfaitement maitrisée...

_D2_6624.jpg
Même les échasses entre elles ne se supportent pas vraiment !

_D2_6732camraw.jpg
Encore une autre parfaitement maitrisée...

_D2_6752camraw.jpg
Quelques vanneaux:

_D2_6486camraw.jpg

_D2_6608camraw.jpg
_D2_6573camraw.jpg
Pourquoi l’échasse a-t-elle de si grandes pattes ? Et bien pour pouvoir marcher sans se mouiller même quand il y a 15 cm d'eau !

_D2_6854camraw.jpg
Parfois, les échasses s'accouplent, mais toujours trop loin ou à l'abri des objectifs indiscrets... L'accouplement se termine toujours par un petit câlin très bref:

_D2_7176camraw.jpg
_D2_7179camraw.jpg
Ce couple avait un peu plus d'avance et couvait déjà les œufs posés dans un nid rudimentaire:

_D2_6779camraw.jpg
Et voici les dernières images un peu plus abouties qui me plaisent bien !

_D2_6470camraw.jpg
_D2_6510camraw.jpg
_D2_6541camraw.jpg
_D2_6533camraw.jpg
_D2_6669camraw.jpg
Ce fut vraiment sympa de fréquenter un peu la Vendée. Quand je vois le nombre de belles photos que j'ai pu faire en seulement quelques jours... Autour de chez moi je reste parfois plusieurs mois sans faire la moindre photo intéressante. Mais même si la nature n'est pas autant "fournie" dans ma région, les prospections sont toujours un plaisir, et il est toujours plus plaisant de faire une jolie photo d'un petit rougegorge discret et farouche à côté de chez moi plutôt qu'une jolie photo d'une gorgebleue, aussi belle soit-elle, qui a déjà été photographiée par 150 personnes rien que ce printemps !

dimanche 7 octobre 2012

Le bonheur est dans le labour

Après un long passage sans la moindre photo, voilà qu'enfin ça se décoince un peu !
Hier matin, le soleil brille et le temps est magnifique. Je pars en voiture sans savoir ou je vais. En effet, en ce moment, je n'ai pas de "coin photo" de repéré, et ma ballade de mercredi matin au bord du Rhône ne m'a pas permis de repérer le moindre site intéressant. Je pars en vadrouille dans la campagne environnante, en visitant des zones potentiellement intéressantes. Au début, mauvaise surprise, le vent se lève et souffle vite très fort. En général, dans ces conditions, les oiseaux ne se montrent pas trop. Ceci ne manque pas de me faire râler. Pour une fois qu'il y a du soleil, il y a le vent qui vient tout foutre en l'air (sauf les oiseaux...).

Après une prospection qui ne donne rien, je prend le chemin du retour en passant par la campagne. Et là, je repère un labour qui semble attirer pas mal d'oiseaux, et quelques belles grives draines s'y tiennent pour chercher à manger. Au sol, le vent a moins d'impact et ne dérange pas. La parcelle concernée n'est autre que celle dans laquelle je me plaçais ce printemps pour tenter de photographier les pies-grièches écorcheurs. J'emprunte le chemin qui permet de s'approcher du labour sans avoir à descendre de la voiture. J'arrive lentement sur place, en ne faisant pratiquement pas décoller d'oiseaux. Je prépare le digiscope et c'est partit !

IMG_1125.jpg
Résultat, en 2h30 d'attente, j'arrive à faire quelques photos des grives draines, et également des petits pipit farlouses qui viennent s'inviter:

La Grive draine:

IMG_1062.jpg
IMG_1026.jpg
IMG_1049.jpg

Le Pipit farlouse:

IMG_1085.jpg
IMG_1109.jpg
IMG_1112.jpg
IMG_1104.jpg

et ma petite préférée (essayer de composer une image avec de la vulgaire terre pas belle n'est pas chose facile !):

IMG_1092.jpg
A un moment, une chose inédite se passe: un Rougequeue noir vient utiliser le toit de mon Express comme poste d'affût ! Il y restera 5 minutes. Impossible de faire une photo bien sur. Je n'ai pu qu'écouter les bruits que la tôle du toit faisait sous ses petites pattes...

IMG_1079.jpg
J'ai passé un bon moment, ça fait du bien de refaire quelques photos sympathiques. J'ai pu observer d'autres oiseaux intéressants, notamment le Tarier des prés, le Rougequeue à front blanc, le Faucon hobereau et la Bergeronnette printanière qui n'a pas voulu venir assez près de la voiture.
En rentrant, je devais passer à la casse pour acheter un étrier de frein pour mon Express. Résultat, il était trop tard ! Je vais devoir rouler encore un peu avec un frein grippé, c'est la faute des grives...