Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Garrot à oeil d or

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 23 janvier 2011

Garrot, 2ème épisode

J’ai effectué une nouvelle matinée d’affût, toujours au cœur de mon roncier au bout de la digue pour tenter de photographier le magnifique garrot à œil d’or. En 4 heures de temps, j’ai eu la visite de plusieurs garrots à distance raisonnable, mais je me suis heurté une fois de plus à la difficulté de gérer correctement l’exposition des photos. De plus, les oiseaux ont pris un malin plaisir à fréquenter les parties du lac ou pour moi, la lumière est latérale voire en contre jour, ce qui complique encore les choses. J’ai loupé pas mal de photos mais heureusement j’en ai réussi quelques-une également !

IMG_0306.jpg
IMG_0365v2.jpg
IMG_0428.jpg
IMG_0386v2.jpg
IMG_0394.jpg
IMG_0472.jpg
IMG_0473.jpg

Cet affût a été aussi l’occasion de tester mon nouveau canon powershot S95 en digiscopie, et cet appareil est vraiment bon. Je n’ai pas encore d’adaptateur spécifique mais ça va venir. Pour cet affût, j’ai utilisé mon « bras universel», pas très pratique mais utile quand même !
Cette fois je n’ai pas fait décoller le moindre oiseau, que ce soit en arrivant ou en partant. J’ai juste invité 3 garrots à s’éloigner tranquillement du bord avant de descendre au pied de la digue pour m’installer. Ils n’ont pas eu l’air de m’en vouloir !

mardi 18 janvier 2011

Objectif Garrot

Depuis le début de l’hiver, et comme chaque année, une petite troupe de garrots à œil d’or s’est installée sur le Lac du Bourget pour passer l’hiver. Ce canard est un hivernant rare et localisé en France, et a la particularité d’être particulièrement beau, surtout le mâle d’ailleurs, comme souvent chez les canards. Les oiseaux semblent pêcher régulièrement près du bord, du coup je n’ai pas pu résister à l’envie de tenter un affût depuis le bout de la digue du port pour tenter de réaliser enfin des photos de cet oiseau.

J’arrive le matin, et je m’aventure au bout de la digue, avec précaution car les canards, nombreux en hiver à cet endroit, n’ont pas l’habitude de voir des gens marcher à cet endroit. Trois garrots sont là, je réduis ma vitesse d’approche pour leur laisser le temps de prendre leur distance tranquillement sans paniquer et s’envoler. Un fois arrivé au bout de la digue, il y a un endroit au pied des gros cailloux qui semble bien convenir pour me poser, à un détail près. Je ne savais pas qu’un gros roncier pouvait pousser au bout d’une digue en pierres… Du coup je me bats avec quelques ronces pour me faire difficilement une petite place.
J’installe le trépied comme je peux à cheval sur les pierres, et je fais de même pour moi. Je ne regrette pas d’avoir prévu mon petit coussin d’appoint, car les pierres ne sont pas très plates… J’ai prévu de digiscope pour les photos, car les oiseaux ne s’approcheront certainement pas beaucoup du bord.

Une fois en place, l’attente commence. La surface de l’eau est très agitée, ce qui va compliquer la tâche pour les photos. De plus, je me demande si je ne vais pas finir par me prendre quelques gerbes d’eau sur les pieds… on verra bien !

DSCF5947.jpg

Deux garrots viennent trainer à 70 mètres, c’est un peu trop loin. Il faut attendre dans l’espoir qu’ils se rapprochent.

DSCF5838.jpg

Après 1h30 d’attente, alors qu’un ou deux oiseaux semblaient se méfier de mon camouflage, un mâle moins craintif sort de nulle part et vient pêcher à une distance raisonnable. Il enchaine des plongeons dans l’eau qui durent environ 20 secondes. Pendant ce temps, il faut surveiller la surface de l’eau car on ne sait jamais ou il va ressortir. Dés qu’il apparait, il faut cadrer rapidement. J’arrive à faire en moyenne 2 photos entre chaque plongeon. Mais il y a une difficulté avec cet oiseau : étant à la fois blanc et très sombre, l’exposition est impossible à gérer, et mon fuji étant dépourvu de mode manuel, je suis obligé de lui faire confiance. Mais sur beaucoup de photos les blancs sont surexposés, une chose qu’il faut absolument éviter.

DSCF5890.jpg
Les résultats sont assez aléatoires, mais au final, j’ai réussi quelques photos, en utilisant quand même des focales de l’ordre de 1300-1500 mm !

DSCF5903.jpg
DSCF5942.jpg
DSCF5954.jpg

En fin de matinée, je décide de quitter les lieux quand aucun oiseau ne se trouve près de moi. Malheureusement, et bizarrement, les 2 garrots qui se trouvaient à presque 150 mètres décollent. Oups, jusqu’à cet instant ça s’était bien passé, dommage…

Pour la prochaine fois, il faudra je pense améliorer mon camouflage au bout de la digue car j’ai senti une méfiance notable des oiseaux à mon égard, hormis pour le mâle qui a fait mon bonheur durant cette matinée.