Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - digiscopie

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 mars 2017

Le fantome apparaît

Pour changer un peu du Tichodrome, mais pour rester dans les oiseaux prestigieux, histoire que le niveau de ma production reste toujours au top (ben quoi ?), voici une petite série sur le fantôme des roselières, celui que l’on ne voit jamais, qui vit discrètement, qui se confond avec les roseaux : le Butor étoilé.

Nous sommes un samedi après midi au sud du Lac du Bourget. Le temps est pourri, ciel gris, un vent d’enfer à découper les cornes des bœufs au couteau (c’est bien ça l’expression non ?). Pour passer le temps, je me rends à l’observatoire de Buttet, accessible uniquement par certaines personnes VIP membres de la FRAPNA et de la LPO. L’avantage, c’est qu’on y est bien tranquille. Donc j’arrive, je mets un coup de Zeiss à l’horizon, pas un canard en vue, rien, le désert complet. Pas étonnant vu le vent. Après 10 minutes, je me demande ce que je fais là. Je pense déjà à partir, et voilà que le miracle se produit : un butor se pointe au pied de l’observatoire ! Par contre, le 2ème miracle, celui qui consiste à faire apparaitre par magie mon 7D avec le 500mm devant moi n’arrive pas. Faut dire que le sac photo est resté dans le Pays de Gex. Je n’étais pas sensé faire de la photo ce week-end !

Heureusement, j’ai quand même la longue-vue, elle, je la prend presque tout le temps, c’est un instrument d’observation indispensable. Du coup, je descends discrètement au gabion situé sous l’observatoire, et tout doucement, j’arrive à entrer, à installer le digiscope et à lever une vitre me permettant d’avoir une vue directe sur ce magnifique butor qui se tient à 10 mètres sans bouger. Je m’aperçois vite de ce que je craignais : non seulement le butor est trop près et ne rentre pas entier dans la cadre même en baissant la focale à 1000 mm, le minimum, mais en plus, la lumière est vraiment insuffisante. Je suis obligé de prendre des photos au retardateur, et encore, le vent qui entre par l’ouverture fait vibrer ma longue-vue et rend beaucoup de photos floues. De plus, l’autofocus se laisse souvent berner par tous les roseaux situés sur tous les plan des images. Mais bon, en 1h30, j’enchaine les photos, j’ai presque honte de dire que j’en ai pris 520 ! Le tout avec mes 2 vieilles batteries que je n’avais pas rechargées depuis le mois d’octobre ! Mais fallait bien ça, une fois triées, il en reste une petite trentaine qui soient nettes et intéressantes à la fois…

Au début, le butor reste un peu en retrait dans les roseaux :

IMG_5545.jpg
IMG_5556.jpg
Puis au bout d’un moment, il s’approche lentement du bord pour pêcher. Là, un micro-rayon de soleil surgit, me permettant d’atteindre une vitesse record de 1/200s à 200 iso !

IMG_5587.jpg
Mais ça ne dure que quelques secondes.
Comme on ne verra pas beaucoup les pattes de l’oiseau dans les photos qui suivent, je vous mes montre correctement ici :

IMG_5632.jpg
L’oiseau reste immobile mais déplace sa tête de temps en temps, un coup à droite, un coup à gauche. Il faut bien viser parfois pour ne pas trop avoir d’obstacles devant la tête, surtout qu’avec le retardateur, il bouge toujours la tête avant que les photos ne soient prises…

IMG_5639.jpg
Et quand il se met à pêcher, ben c’est trop rapide…

IMG_5701camraw.jpg
Lorsque le Butor pêche, il tend le coup, trempe le bout de son bec dans l’eau et attend. J’en ai quand même une de bonne de ce moment !

IMG_5713.jpg
Même si celle-ci aurait été meilleure si la mise au point avait été bonne…

IMG_6014.jpg
Bon allez, une petite série de portraits nets :

IMG_5717.jpg
IMG_5761.jpg
IMG_5840.jpg
IMG_5860.jpg
Là, il vient d’attraper un petit poisson juste pincé dans le bout du bec. En plus c’est net ! Oui bon c’est vrai, y a comme un petit truc devant l’œil de l’oiseau qui gâche la photo…

IMG_5879.jpg
Vous avez vu ? Sur celle-ci il rentre entier, cool !

IMG_5884.jpg
Bon, y a toujours 1 ou 2 vieux roseaux devant, mais bon y a pas beaucoup de photos qui y échappent. Des fois y a aussi un vieux déchet en bonus, une vieille cartouche ? bon faut voir le côté positif, ça reste plus discret que la vieille bouteille de Fanta qui flotte pas loin de là.

IMG_5904.jpg
Oups, celle-ci est floue, dommage j’aime beaucoup la posture.

IMG_5917.jpg
A un moment, mon matériel bouge tellement que je foire tout. Faut dire que mon pied est déployé à fond et qu’il n’est pas stable, vu que mon autre pied, beaucoup plus solide, est réservé au matériel reflex. Alors vous allez me dire, pourquoi n’ais-je pas 2 pieds stables ? Et bien en fait j’en ai 2 maintenant, vu que j’ai décidé de m’offrir un pied en carbone pour le 500mm. J’ai un peu hésité, quand on voit le prix ça fait cher pour gagner 900 g (environ 1 euro par gramme…) Et pourquoi je vous raconte ça ? Et bien parce que le matin même du jour de ces photos, mon nouveau pied est arrivé au relais colis, dans le pays de Gex, à 90km. Du coup je n’ai pas pu le récupérer pour le week-end. A 1 jour près j’aurais eu un trépied bien stable pour le butor. Et dire que ça fait des années que j’hésite à commander un pied en carbone… sans commentaires !
Du coup pour palier au problème, je ramène discrètement une table pour poser mon pied replié dessus. La table étant bancale, je dois régler les pieds, mais après, c’est bien mieux !

IMG_6030.jpg
Bon, sur la photo, je fais semblant de prendre une photo, vu que l’appareil n’est plus sur la longue-vue, vu que c’est lui qui me prend en photo…
Et hop, encore une avec l’oiseau entier et son plumage en boule. Bon, une fois de plus, y a un roseau qui gène un peu.

IMG_5965.jpg
En fait, là il gène encore plus, vu qu’il aplatit tout le côté de l’oiseau…

IMG_5974.jpg
On se débarrasse du roseau de gauche et un autre à droite prend le relai :

IMG_5998.jpg
Là il se voit moins mais il est toujours là…

IMG_6018.jpg
L’oiseau finit par s’enfoncer dans les roseaux.

IMG_6029.jpg
La lumière baisse de plus en plus, il n’y a plus rien à faire. Le butor fait demi-tour et revient ! Mais j’ai même plus envie de le voir. C’est la première fois que je quitte un lieu alors qu’un butor est à 12 mètres de moi !

Moralité : si j’avais eu mon 7D mark2 avec le 500mm, j’aurais tout défoncé (enfin façon de parler…), mais si je ne faisais pas de digiscopie avec ma Zeiss, je n’aurais même pas pu faire la moindre image de ce moment si rare que j’ai espéré pendant de nombreuses années. Donc je ne m’en sors pas si mal !

samedi 10 décembre 2016

La Bécassine qui Râle

Voici la suite des images de Corse. Donc pendant que Madame Martin pêcheur se donnait en spectacle, d’autres oiseaux se sont montrés. Le premier a été le Busard des roseaux, qui s’est posé pile sur le perchoir qui était devant les maisons. Dommage. Bon allez, une petite bombe et y aura plus de problème pour les futures photos…

IMG_5172camraw.jpg
Le passage du Busard a réveillé les oiseaux, c’est juste après que ça a commencé à bouger. Il y a eu la belle Aigrette garzette, qui est venue très près de l’observatoire, trop près même… et trop rapide pour mon digiscope. Elle n’a pas voulu faire de pause pour me laisser le temps de cadrer…

IMG_5177.jpg
Puis beaucoup plus prestigieux, voilà qu’un beau et discret râle d’eau se montre. Je tente de le suivre, mais lui non plus ne fait pas de pause pour mon digiscope. La première image sauve les meubles, même si elle est un poil floue vue de près mais vraiment un poil :

IMG_5413camraw.jpg
Après, le râle décide de garder l’anonymat, impossible de faire autre chose que ça… :

IMG_5415camraw.jpg
IMG_5417camraw.jpg
IMG_5418camraw.jpg
IMG_5420camraw.jpg
Et puis après avoir repéré des Bécassines des marais assez loin, voilà qu’un individu sort de nulle part non loin de nous. Bon, c’est difficile à repérer une bécassine, et les photos le montrent bien, c’est un peu fouillis mais c’est comme ça, et ce sont presque mes premières photos de cette belle espèce, hormis ma photo vendéenne qui trône dans ma galerie depuis presque 10 ans...

IMG_5189camraw.jpg
IMG_5254camraw.jpg
IMG_5264camraw.jpg
IMG_5272camraw2.jpg

dimanche 27 novembre 2016

Martin le pêcheur Corse

Bon alors voilà, après vous avoir montré les photos de J-R le paysan, voici les photos de Martin le pêcheur Corse. Je vous rassure, cette fois il ne s’agit pas d’un copain qui fait des plus jolies photos que moi ! J’ai juste pris un Martin pêcheur en photo en Corse…

Pourquoi en Corse ? A la base j’y suis allé pour faire un petit déménagement pour les parents d’un copain ornitho. Et du coup, comme il fallait prévoir de se mettre au rythme de travail corse, on a prévu 5 jours pour faire ce petit déménagement, ce qui nous a laissé pas mal de temps pour se balader. Je suis parti uniquement avec le matériel d’observation, jumelles et longue-vue Zeiss, et bien sur au cas où le petit Canon S95 pour digiscoper. Et ce fût une bonne idée ! J’étais tellement parti pour faire des photos que je n’avais même pas rechargé les batteries du Canon. Finalement les 2 étaient pleines, je ne sais même pas comment ce miracle est arrivé…

Nous avons visité un petit coin de paradis, l’étang de Tanchiccia à l’embouchure du Taravo. Le Conseil Général est en train d’y aménager des observatoires qui permettent de pénétrer dans un étang encerclé par une immense roselière. La zone est encore interdite d’accès, mais les travaux sont presque terminés, et nous somme allé y faire un tour quand même.

L’un des observatoires s’est avéré bien sympathique. Une Martine pêcheuse avait l’habitude de se percher très régulièrement sur un roseau un peu caché de l’observatoire. J’ai d’abord réussi à voir son reflet dans l’eau, puis en me collant sur le bord droit de l’observatoire, j’ai vu qu’on pouvait l’apercevoir derrière la végétation. Premières tentatives de digiscopies :

P1170249.jpg
IMG_5185camraw.jpg
IMG_5205camraw.jpg

Pas terrible. Y a toujours un truc devant ! Y a que les photographes pros qui arrivent à faire des images super artistiques avec des trucs flous en premier plan. Chez moi ça ne fonctionne pas…
Comme il y a du vent, la végétation bouge et du coup je prends des rafales de photos, en me disant qu’à un moment y en aura peut-être une de prise sans le moindre brin de végétation devant l’oiseau. Mais bon, comme le mode rafale sur le canon s95 plafonne à 1 image/s (mode rafale corse…), ça ne fait pas beaucoup de photos et en plus y a toujours un truc devant, même quand Martine nous montre son plus beau profil :

IMG_5300camraw.jpg
Martine fait mouche à chaque plongeon, mais elle n’attrape que des tous petits poissons qu’elle gobe en 1 seconde. Pas le temps d’espérer réussir une photo.

IMG_5235camraw.jpg
IMG_5380camraw.jpg

Plus tard, je vois qu’en reculant et en passant par une autre ouverture, j’ai plus de chances d’avoir une vue dégagée. Par contre, fini de trépied, il faut tenir la longue-vue à la main sur le rebord de l’observatoire, à moitié dans le vide !

Avec tout ça, voici une rafale :

IMG_5385camraw.jpg
IMG_5386camraw3.jpg
IMG_5387camraw.jpg
IMG_5388camraw.jpg
IMG_5389camraw.jpg

Dommage pour la dernière… Bon, y a un truc à chaque fois devant. Enfin presque, la 2ème est bonne, à ras la tête, enfin !!! En plus le soleil décline et la lumière est vraiment top. C’est probablement ma meilleure photo, parmi 200 prises en 2h30.

Pendant ce temps, comme nous étions seuls dans l’observatoire et très discrets, nous avons eu la chance d’observer 2 autres oiseaux sympas. J’ai pu faire quelques photos à peu près correctes. A suivre…

PS : Je rappelle que toutes les photos de ce post, y compris celles qui sont réussies, ne sont pas l’œuvre de J-R !

dimanche 3 juillet 2016

La belle Rousse......rolle

Un jour, je décide de sortir le vélo, histoire de faire un peu de sport, et par la même occasion de prendre des petites routes pour éventuellement trouver des jolis coins à prospecter pour les oiseaux. A un moment, je m’arrête au niveau du canal de Luçon. Le coin semble sympa, pas mal de milieux différents réunis au même endroit : canal, friche, roselière, prairie, 2 grandes fermes… Et très vite, j’entends une huppe chanter. Un rapide coup d’œil et je l’observe posée sur un vieux portail rouillé bien en vue. Je me dis que je vais revenir plus tard avec mes jumelles pour voir si la belle huppe a des petites habitudes qui pourraient me permettre de faire des photos.

Au final, vous vous en doutez vu qu’il n'y a aucune huppe ci-dessous, pas moyen de faire la moindre photo. Mais en passant du temps dans ce petit coin, je m'aperçois qu’il est vraiment intéressant. Je compte en tout 24 espèces d’oiseaux différents dans un rayon de 100 mètres, la 24ème étant quand même un Circaête Jean-le-Blanc qui est venu me survoler le dernier jour. Ce rapace est un chasseur de reptiles. Pourtant je n’étais pas vraiment en train de lézarder, et même si je suis grand et très fin, je ne ressemble pas des masses à une couleuvre…

Enfin bref, au final, je me consacre un matin à la discrète Rousserolle effarvatte que je défie avec le digiscope. Sur ce coup là, l’avantage de la digiscopie est double. Déjà, la rousserolle est plutôt timide et il est difficile de l’approcher. Une grosse focale est la bienvenue. Et surtout, la digiscopie permet de faire la mise au point au milieu des roseaux, là ou le reflex ne peut rien faire. La raison est simple, l’autofocus du compact en digiscopie n’a qu’une toute petite marge de manœuvre, et une fois que l'on a fait la pré-mise au point manuelle sur l’oiseau, le compact ne peut faire la netteté presque que sur lui, ou alors sur les tiges de roseaux très proches. Au final, le taux de photos nettes est très correct, en tout cas bien meilleur qu’avec une mise au point totalement manuelle.

Je commence tôt le matin, et au début la lumière est tellement chaude que la roselière semble s’embraser :

IMG_4695camraw.jpg
Ah oui, y a quand même un détail un peu gênant : avec tous ces roseaux, difficile d’avoir un oiseau à peu près dégagé… Surtout avec le petit vent qui se lève, ça bouge sans arrêt ! J’arrive quand même à faire celle-ci :

IMG_4709camraw_1.jpg
C’est quand même galère, j’ai beau approcher doucement d’un oiseau qui chante, celui-ci, même s'il semble se sentir en sécurité au milieu de sa roselière, a tendance à se déplacer plus loin avant que je n’arrive assez près.

IMG_5038camraw.jpg
Pas de camouflage ici, je préfère être bien libre de mes mouvements afin de pouvoir me déplacer sur les 3 ou 4 rousserolles qui chantent par intermittence, et je veux aussi y voir bien clair car elles ne sont pas toujours faciles à repérer même avec des Zeiss Victory SF qui déchirent…

30 minutes plus tard, la belle lumière chaude a disparu, mais le soleil est toujours là :

IMG_4729camraw.jpg
IMG_4805camraw.jpg
Quand il n’y a pas de roseau devant la tête de l’oiseau, il y a forcément l’ombre du roseau pile devant l’œil !

IMG_4831camraw.jpg
Mais avec un petit effort de la rousserolle, ça passe !

IMG_4832camraw.jpg
Et quand le beau Bruant des roseaux se pointe, ben c’est le même problème…

IMG_4939.jpg
Là, c’est la seule photo de la matinée ou l’oiseau est parfaitement dégagé des roseaux. Bon, c’est aussi la seule photo ou l’oiseau est de dos, forcément !

IMG_4950camraw.jpg
Et dès qu’il se retourne, y a à nouveau des roseaux devant, forcément !

IMG_4953camraw.jpg
IMG_4978camraw.jpg

Et voici la dernière séquence. Y a d’abord la première ou l’oiseau est bien placé mais encore avec l’ombre du roseau devant l’œil :

IMG_4990camraw.jpg
Et puis les autres où enfin l’ombre se déplace !

IMG_4991camraw.jpg
IMG_4998camraw.jpg
Après environ 3 heures, la lumière devient un peu dure et les oiseaux ne chantent presque plus, alors je remballe.

mercredi 23 mars 2016

Période calme

Ces derniers temps ont été très calmes niveau photos. Comme souvent, il y a une période creuse durant laquelle je ne trouve rien à mettre en boite. Et oui, lorsqu'on n'habite pas en Camargue, en Vendée ou dans la Brenne, c'est pas tous les jours facile!

Mais ce n'est pas pour autant que je suis resté sans rien faire. J'ai fait plusieurs sorties d'observation avec mes Zeiss Victory SF autour du cou, vraiment excellentes ces jumelles. Ce qui me fait peur, c'est qu'une fois qu'on y est habitué, je pense qu'on ne peut plus jamais s'équiper avec du matériel moins haut de gamme, dans lequel on verra tous les petits défauts optiques qu'on a plus dans les SF et dont on s'accommodait très bien avant d'avoir des SF. Vous suivez ?...

J'ai aussi passé plusieurs soirées a affûter les mammifères, enfin en théorie. En pratique je n'ai rien affûté du tout, mais bon pour savoir qu'il n'allait rien se passer du tout dans ce pré fallait bien y aller. J'y suis même allé 4 fois pour être sur, on n'est jamais trop prudent !

Pour me consoler, J-R m'a amené voir de nuit les 30 cerfs qui sortent à la ferme des bois tous les soirs. On y est allé avec son tracteur aux phares mal réglés, en plein phares ça porte à 3 mètres. Par contre à 3 mètres on y voit super bien ! Du coup après avoir fait le tour du champ rien à l'horizon (qui je vous le rappelle porte à 3 mètres), et puis d'un coup, 3 biches juste devant nous ! On a failli rouler dessus avant de les voir, heureusement que J-R a de bons reflexes... Bon y en avait pas 30 mais c'était quand même sympa.

Après tout ce blabla voici quand même une digiscopie d'un Tarier pâtre faite depuis la voiture en rentrant d'une sortie, longue-vue en appui sur la portière sans trépied:

IMG_4664dpp_copie.jpg
Et puis je suis quand même allé rendre visite aux tichodromes pour la première fois et la dernière de la saison. Comme chaque année en mars, le couple de Grands corbeaux est en train de nidifier dans la falaise et il n'est plus possible d'affûter les tichodromes sans perturber la reproduction des corvidés. J'ai quand même observé 2 titis sur la falaise, avec un plumage nuptial bien avancé, et j'ai aussi profité d'un passage d'un grand corbeau qui venait me demander de partir pour lui tirer le portrait au 500mm:

_D2_0234.jpg
Voilà, rien d'autre pour le moment, et rien en vue. On verra les semaines qui viennent si la nature nous réserve une petite surprise !

- page 1 de 14