Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Butor étoilé

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 mars 2017

Le fantome apparaît

Pour changer un peu du Tichodrome, mais pour rester dans les oiseaux prestigieux, histoire que le niveau de ma production reste toujours au top (ben quoi ?), voici une petite série sur le fantôme des roselières, celui que l’on ne voit jamais, qui vit discrètement, qui se confond avec les roseaux : le Butor étoilé.

Nous sommes un samedi après midi au sud du Lac du Bourget. Le temps est pourri, ciel gris, un vent d’enfer à découper les cornes des bœufs au couteau (c’est bien ça l’expression non ?). Pour passer le temps, je me rends à l’observatoire de Buttet, accessible uniquement par certaines personnes VIP membres de la FRAPNA et de la LPO. L’avantage, c’est qu’on y est bien tranquille. Donc j’arrive, je mets un coup de Zeiss à l’horizon, pas un canard en vue, rien, le désert complet. Pas étonnant vu le vent. Après 10 minutes, je me demande ce que je fais là. Je pense déjà à partir, et voilà que le miracle se produit : un butor se pointe au pied de l’observatoire ! Par contre, le 2ème miracle, celui qui consiste à faire apparaitre par magie mon 7D avec le 500mm devant moi n’arrive pas. Faut dire que le sac photo est resté dans le Pays de Gex. Je n’étais pas sensé faire de la photo ce week-end !

Heureusement, j’ai quand même la longue-vue, elle, je la prend presque tout le temps, c’est un instrument d’observation indispensable. Du coup, je descends discrètement au gabion situé sous l’observatoire, et tout doucement, j’arrive à entrer, à installer le digiscope et à lever une vitre me permettant d’avoir une vue directe sur ce magnifique butor qui se tient à 10 mètres sans bouger. Je m’aperçois vite de ce que je craignais : non seulement le butor est trop près et ne rentre pas entier dans la cadre même en baissant la focale à 1000 mm, le minimum, mais en plus, la lumière est vraiment insuffisante. Je suis obligé de prendre des photos au retardateur, et encore, le vent qui entre par l’ouverture fait vibrer ma longue-vue et rend beaucoup de photos floues. De plus, l’autofocus se laisse souvent berner par tous les roseaux situés sur tous les plan des images. Mais bon, en 1h30, j’enchaine les photos, j’ai presque honte de dire que j’en ai pris 520 ! Le tout avec mes 2 vieilles batteries que je n’avais pas rechargées depuis le mois d’octobre ! Mais fallait bien ça, une fois triées, il en reste une petite trentaine qui soient nettes et intéressantes à la fois…

Au début, le butor reste un peu en retrait dans les roseaux :

IMG_5545.jpg
IMG_5556.jpg
Puis au bout d’un moment, il s’approche lentement du bord pour pêcher. Là, un micro-rayon de soleil surgit, me permettant d’atteindre une vitesse record de 1/200s à 200 iso !

IMG_5587.jpg
Mais ça ne dure que quelques secondes.
Comme on ne verra pas beaucoup les pattes de l’oiseau dans les photos qui suivent, je vous mes montre correctement ici :

IMG_5632.jpg
L’oiseau reste immobile mais déplace sa tête de temps en temps, un coup à droite, un coup à gauche. Il faut bien viser parfois pour ne pas trop avoir d’obstacles devant la tête, surtout qu’avec le retardateur, il bouge toujours la tête avant que les photos ne soient prises…

IMG_5639.jpg
Et quand il se met à pêcher, ben c’est trop rapide…

IMG_5701camraw.jpg
Lorsque le Butor pêche, il tend le coup, trempe le bout de son bec dans l’eau et attend. J’en ai quand même une de bonne de ce moment !

IMG_5713.jpg
Même si celle-ci aurait été meilleure si la mise au point avait été bonne…

IMG_6014.jpg
Bon allez, une petite série de portraits nets :

IMG_5717.jpg
IMG_5761.jpg
IMG_5840.jpg
IMG_5860.jpg
Là, il vient d’attraper un petit poisson juste pincé dans le bout du bec. En plus c’est net ! Oui bon c’est vrai, y a comme un petit truc devant l’œil de l’oiseau qui gâche la photo…

IMG_5879.jpg
Vous avez vu ? Sur celle-ci il rentre entier, cool !

IMG_5884.jpg
Bon, y a toujours 1 ou 2 vieux roseaux devant, mais bon y a pas beaucoup de photos qui y échappent. Des fois y a aussi un vieux déchet en bonus, une vieille cartouche ? bon faut voir le côté positif, ça reste plus discret que la vieille bouteille de Fanta qui flotte pas loin de là.

IMG_5904.jpg
Oups, celle-ci est floue, dommage j’aime beaucoup la posture.

IMG_5917.jpg
A un moment, mon matériel bouge tellement que je foire tout. Faut dire que mon pied est déployé à fond et qu’il n’est pas stable, vu que mon autre pied, beaucoup plus solide, est réservé au matériel reflex. Alors vous allez me dire, pourquoi n’ais-je pas 2 pieds stables ? Et bien en fait j’en ai 2 maintenant, vu que j’ai décidé de m’offrir un pied en carbone pour le 500mm. J’ai un peu hésité, quand on voit le prix ça fait cher pour gagner 900 g (environ 1 euro par gramme…) Et pourquoi je vous raconte ça ? Et bien parce que le matin même du jour de ces photos, mon nouveau pied est arrivé au relais colis, dans le pays de Gex, à 90km. Du coup je n’ai pas pu le récupérer pour le week-end. A 1 jour près j’aurais eu un trépied bien stable pour le butor. Et dire que ça fait des années que j’hésite à commander un pied en carbone… sans commentaires !
Du coup pour palier au problème, je ramène discrètement une table pour poser mon pied replié dessus. La table étant bancale, je dois régler les pieds, mais après, c’est bien mieux !

IMG_6030.jpg
Bon, sur la photo, je fais semblant de prendre une photo, vu que l’appareil n’est plus sur la longue-vue, vu que c’est lui qui me prend en photo…
Et hop, encore une avec l’oiseau entier et son plumage en boule. Bon, une fois de plus, y a un roseau qui gène un peu.

IMG_5965.jpg
En fait, là il gène encore plus, vu qu’il aplatit tout le côté de l’oiseau…

IMG_5974.jpg
On se débarrasse du roseau de gauche et un autre à droite prend le relai :

IMG_5998.jpg
Là il se voit moins mais il est toujours là…

IMG_6018.jpg
L’oiseau finit par s’enfoncer dans les roseaux.

IMG_6029.jpg
La lumière baisse de plus en plus, il n’y a plus rien à faire. Le butor fait demi-tour et revient ! Mais j’ai même plus envie de le voir. C’est la première fois que je quitte un lieu alors qu’un butor est à 12 mètres de moi !

Moralité : si j’avais eu mon 7D mark2 avec le 500mm, j’aurais tout défoncé (enfin façon de parler…), mais si je ne faisais pas de digiscopie avec ma Zeiss, je n’aurais même pas pu faire la moindre image de ce moment si rare que j’ai espéré pendant de nombreuses années. Donc je ne m’en sors pas si mal !

samedi 29 décembre 2012

A la recherche du Butor étoilé

L’autre jour, je profite d’un rare soleil pour aller faire un tour dans un observatoire au bord du lac du Bourget. L’hiver est la bonne saison pour espérer voir apparaitre le Butor étoilé, véritable fantôme des roselières. Le Butor est un héron qui vit dans la végétation, et son mimétisme est tel qu’il peut se trouver juste devant vous sans que vous puissiez le repérer. Je ne me souviens plus de mes dernières observations de Butor mais elles commencent à dater. Je m’étais lassé de passer des heures et des heures sur place tous les jours sans jamais voir la bête, alors qu’en discutant avec d’autres ornithologues j’apprenais que la plupart d’entre eux, en passant 2 heures sur place seulement une fois dans l’hiver, avaient eu le loisir d’observer un butor pendant 1h30 à 10 mètres de l’observatoire avec une lumière magnifique…

Arrivé sur place, il y a pas mal de canards en vue, dont un canard pilet, joli oiseau rare dans la région. Je scrute les roseaux, pas de butor. J’essaie de photographier le canard pilet pour passer le temps, sans espérer bien sur faire la photo du siècle.

IMG_1230.jpg
IMG_1257.jpg
Régulièrement, je scrute les roseaux aux jumelles, mais rien. Puis après 1 heure sur place, une belle Grande Aigrette arrive en vol pour se poser devant l’observatoire. Et là, devinez... Et oui, elle fait peur à un butor qui décolle d’une toute petite touffe de roseaux à 15 mètres de moi ! Je l’avais regardé cette touffe, et plusieurs fois, je n’avais rien vu ! Je me suis encore fait avoir. En plus avant j’avais l’excuse d’avoir des jumelles moyennes, mais là j’ai mes nouvelles Zeiss Conquest HD, je n’ai plus d’excuse. Je crois que je vais les revendre pour en acheter des moins bonnes, histoire de pouvoir à nouveau cacher mon incompétence et rejetant la faute sur le matériel optique…

Mais tout n’est pas perdu, puisque le butor replonge dans un massif de roseaux 5 mètres plus à gauche. Je tente de le voir, mais impossible, c’est trop dense. La Grande Aigrette, elle, est tout près et dans un contre-jour magnifique. Je décide de tenter de la cadrer avec la longue-vue. Mais pour en rajouter une couche, elle décolle au moment précis ou je la cadre. J’ai beau être bien en retrait et dans l’obscurité de l’observatoire, elle a vu que je la visais et a réagit comme souvent en partant. Bon ça c’était la première couche qu’elle a rajouté. La 2ème, c’est en faisant redécoller le butor, qui avait déjà fait 20 mètres sur la gauche sans que je détecte le moindre mouvement ! Décidément !

IMG_1287.jpg

La grande Aigrette se repose plus loin, près de l’endroit ou le butor a atterrit, mais ce dernier ne réapparaitra jamais. Loupé !

Je finis l’après-midi avec 1 ou 2 photos très basique du joli Harle bière, un gros canard mangeur de poissons au look assez sympa.

IMG_1281.jpg
IMG_1268.jpg

dimanche 17 octobre 2010

J’ai vu le Butor …. trop tard !

Ce week-end, le temps pourri continue. Il ne faut pas espérer voir un rayon de soleil. Je vais faire un tour dans un observatoire au bord du Lac du Bourget avec ma longue-vue, histoire de faire quelques observations. Une grande aigrette chasse juste devant. Avec le plus grand soin, je m’approche de la petite ouverture qui se situe devant elle et j’essaie de prendre quelques photos en digiscopie. Difficile avec ce temps gris. J’essaie de mettre en valeur son grand cou et sa tête bizarre, car elle est tellement proche qu’elle ne rentre pas dans le cadre…
Au final, le résultat est plutôt sympa !

DSCF5144.jpg
DSCF5146.jpg
DSCF5149.jpg

La belle blanche finit par s’éloigner. A ce moment, je déplace mon trépied et tout à coup je m’arrête net : juste devant l’observatoire, dans la première touffe de roseaux, à tout juste 10 mètres de moi, je repère du coin de l’œil un truc bizarre, qui ressemble étrangement au plumage d’un dos de butor étoilé… Bingo, c’est un butor, mais en faisant un mouvement devant l’ouverture de l’observatoire je me fais repérer et l’oiseau, comme à son habitude, s’éloigne tranquillement pour disparaitre dans les roseaux… Quelle occasion ratée ! J’étais tellement concentré sur ma grande aigrette que je n’ai pas repéré le butor, qui de toute façon est toujours d’une discrétion extrême. Je reste 1 heure à attendre, et l’oiseau finit par effectuer un court vol pour passer dans la roselière plus à gauche. J’ai juste le temps de faire une mauvaise photo avant qu’il ne disparaisse à nouveau. C’est ma première observation de la saison, et j’espère qu’il y en aura d’autres !

DSCF5151.jpg