Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 15 juillet 2017

En mai, va au marais

Voici la suite de mes images. Je suis toujours bien à la traine, nous sommes maintenant début mai. Après une semaine passée dans les Baronnies avec un temps globalement bien pourri, j’ai décidé de migrer en Vendée dans le marais Poitevin, histoire de voir si le temps pourri de là-bas était plus sympa que celui des Baronnies.

Résultat, de la pluie le premier jour avec un vent pas possible. Rien à faire. Deuxième jour, pas de pluie, cool ! Par contre beaucoup de vent. Je suis allé me promener à la pointe de l’Aiguillon dans le site à Gorgebleues. Pas beaucoup d’activité, bon, tant pis, du coup je me suis rabattu sur les quelques limicoles qui se nourrissaient sur la plage. C’est une bonne occupation, car même si les limicoles peuvent venir très près de nous lorsqu’on est immobile, s’approcher d’eux est plus délicat. Le premier groupe d’oiseaux qui commence à s’approcher de moi est un groupe de bécasseaux sanderling. Première photo d’un oiseau assez près de moi :

_D2_1335camraw.jpg
Première photo… et dernière. Ben oui, juste à ce moment y a le couple de Rosebeefs que j’avais croisé sur le chemin qui se pointe sans précautions et qui fait tout partir. Thank you ! Quoi ? J’ai dis Rosebeef moi ? Alors là ça m’étonnerais car j’aime beaucoup les anglais, même si je comprends rien quand ils parlent leur langue et même si eux comprennent rien à ce que je dis quand je m’efforce d'essayer de leur parler dans leur langue.

Bon, toujours est-il qu’ils ont vu que j’étais accroupi dans le sable avec mon appareil photo et qu’ils sont restés plantés là juste derrière moi en me disant « it’s beautiful !) » Yes, but is was more beautiful quand y avait des oiseaux devant moi. Bon, 10 minutes passent, ils sont toujours là, donc je décide de partir. A peine parti, voilà que les anglais partent aussi. Super, du coup je fais demi tour et j’y retourne. Je finis par tromper la vigilance d’un Tournepierre à collier :

_D2_1510camraw.jpg
Et j’arrive à m’approcher à moins de 10 mètres d’un Gravelot à collier interrompu faisant sa toilette. Le problème, c’est que mes photos ont disparu. C’est vrai en plus, je ne sais pas ce que j’ai foutu mais y a plus rien sur mon pc… Du coup il ne me reste que cette photo d’un couple prise de beaucoup plus loin.

_D2_1359camraw.jpg
La pluie de la veille à rempli la grande flaque d’eau du parking, la fameuse flaque qui, déjà il y a 2 ans, attirait les linottes et les chardonnerets venant se toiletter ou boire un coup. Dès le matin, j’ai remarqué que les oiseaux étaient toujours mystérieusement attirés par cette flaque. Du coup, l’après midi, je me suis garé juste à côté et je me suis fait plaisir !
Il y a eu la Bergeronnette printanière :

_D2_1761camraw.jpg
_D2_2374camraw.jpg
_D2_2425camraw.jpg
Les chardonnerets, venus en nombre :

_D2_1746camraw.jpg
_D2_1903camraw.jpg
_D2_2269camraw.jpg
_D2_2329camraw.jpg
_D2_2339camraw.jpg
_D2_2481camraw.jpg
Les linottes mélodieuses, plus rares cette fois :

_D2_2178camraw.jpg
_D2_2441camraw.jpg
Plus rares, mais quand même assez présentes pour passer devant le chardonneret au moment ou je faisait une jolie photo !

_D2_1801camraw.jpg
Et finalement, la surprise du chef, celui que j’entendais chanter depuis le matin juste à côté, le fameux Bruant proyer, une sorte de très gros moineau très commun en Vendée :

_D2_2098camraw.jpg
_D2_2163camraw.jpg
_D2_2170camraw.jpg
Du coup, la Gorgebleue, ce sera pour un autre jour…ou pas. A suivre !

samedi 1 avril 2017

La fin de la saison de Titi

J’espère que Titi vous a manqué !
Voici quelques images faites en février, lors de mes dernières visites de l’hiver. Je ne sais pas si j’ai vu le même oiseau que les fois d’avant, c’est possible, mais l’oiseau semblait avoir un comportement intermédiaire entre le titi voltigeur et un titi normal. Bizarre.

_D2_7068camraw.jpg
_D2_7069camraw.jpg
J’ai décidé d’essayer une technique pour réussir une photo en vol. Comme Titi avait tendance à décoller souvent, je me suis dit que les fois ou il allait décoller pour se rapprocher de moi, il me suffisait d’avoir la mise au point active non pas sur Titi mais sur les rochers plus à gauche, qui logiquement se trouvait plus en avant que la partie du rocher d’où titi allait décoller, donc avec un peu de chance si vous suivez je pourrais avoir titi dans la zone de netteté du 500mm vu qu’en décollant il allait s’éloigner du rocher d’où il était posé mais se rapprocher de moi donc se trouver dans le même plan de netteté que le rocher plus en avant ou le 7D faisait la mise au point. Voilà, je suis fier de moi, j’ai été très clair dans mon explication, je suis sur que vous avez compris…

Bon en gros, pour résumer, sur cette photo, si titi avait décollé vers la gauche plutôt qu’en bas j’aurais pu réussir une photo… :

_D2_7102camraw.jpg
Pareil sur celle-là :

_D2_7114camraw.jpg
D’ailleurs, ici ma technique à fonctionné, titi est bien net, mais bon la posture n’est pas idéale.
Si vous n’avez pas encore compris, là si il avait décollé vers la gauche ça aurait pu fonctionner aussi :

_D2_7137camraw.jpg
Ah, ben voilà, là il est net, il a décollé dans la bonne direction. Bon, pas top la posture de l’oiseau, je vous l’accorde… :

_D2_7415camraw.jpg
Pour finir, voilà à peu près le but de la manœuvre. Bon, sans l’aile coupée, ça aurait été mieux, et puis c’est aussi un peu flou quand même quand on regarde de près. Tant pis, ce ne sera pas pour cette année…

_D2_7407camraw.jpg
Il faut se consoler avec quelques photos où titi à les pattes bien sur terre, enfin façon de parler bien entendu !

_D2_7272camraw.jpg
Ici, le photographe a vu titi, titi a vu l'insecte passer en vol, et l'autofocus n'a vu ni titi, ni l'insecte, ni le rocher d'ailleurs...

_D2_7334camraw.jpg
_D2_7390camraw.jpg
_D2_7431camraw.jpg
_D2_7501camraw.jpg
_D2_7514camraw.jpg

dimanche 14 août 2016

Le grand trésor du bois

L’an dernier, Jeannot avait décidé de trouver une loge de Pic noir. Il s’était donné 2 semaines ou un truc comme ça. Et bien entendu, c’est le premier jour, au bout d’une heure, qu’il avait trouvé un couple. Top facile ! Moi ça fait 10 ans que je cherche, mais je ne peux pas y passer assez de temps pour espérer trouver un territoire occupé.

Cette année, les oiseaux ont réutilisé le même trou. J’ai pu aller y faire un tour, mais seulement les 3 derniers jours avant et même pendant l'envol des jeunes. J’ai essayé d’en profiter un maximum, tant j’aime le Pic noir. Cet oiseau est vraiment impressionnant par sa taille, ses cris et son comportement.

Je n’ai qu’à m’installer devant la loge, tout est prévu par Jeannot, 90% du travail est déjà effectué. Les 10% restants sont pour moi, ben oui quand même, il faut maintenant attendre, car les pics ne ravitaillent les poussins qu’une fois par heure au mieux. Durant les derniers jours, les ravitaillements s’espacent même encore plus, pour inciter les jeunes à sortir. Il faut attendre parfois 3 heures entre 2 passages d’un parent !

IMG_5092.jpg

IMG_5095.jpg
Autant dire qu’il faut être prêt le moment venu. Le pic noir est d’une discrétion remarquable quand il s’approche de son nid. Impossible de le voir arriver. Il est seulement trahi par le bruit de son vol lorsqu’il arrive à fond la caisse depuis le haut de la montagne. Lorsqu’on entend siffler l’air, il faut se préparer, il ne va pas tarder à arriver de nulle part pour s’accrocher au bord de sa loge !

Le 7D mark2 est aussi mis à rude épreuve. Pas facile de faire la mise au point sur un oiseau noir alors que l’arrière plan, beaucoup plus clair, offre un joli contraste… De plus, la lumière est limite, les 1600 iso sont indispensables. Pas question de monter à 3200 iso, la qualité d’image devient vraiment mauvaise.

_D2_4477camraw.jpg
Oups !

_D2_4606camraw.jpg
C’est mieux ! Ici nous avons la femelle, qu’il n’a qu’une petite bande rouge à l’arrière de la tête. Le mâle, lui, a une crête rouge complète. Chez les pics noirs, même les poussins ont déjà ce caractère distinctif. Cette année, il y a 3 poussins, et 3 mâles.
En parlant du mâle, le voici. Il a quand même plus la classe !

_D2_4556camraw.jpg
_D2_4567camraw.jpg
Cette dernière photo du mâle me plait beaucoup. Le but est toujours d’avoir l’adulte et au moins un jeune qui sort la tête du trou, mais ce n’est pas si facile à obtenir. Il faut qu’aucun des 2 oiseaux ne bouge au moment de la photo, et il faut surtout que leurs têtes soient toutes les 2 alignées dans la zone de netteté qui ne fait que quelques centimètres avec mon 500mm. Celle-ci, par exemple, aurait pu être pas mal, mais on voit de près que la femelle est floue car elle est décalée sur un bord du trou. Pas facile !

_D2_4693camrawe.jpg
_D2_4693camraw.jpg
Photographier les jeunes seuls c’est plus facile, ils peuvent rester 30 minutes au bord du trou a guetter l’arrivée de papa ou maman :

_D2_4711camraw.jpg
_D2_4952camraw.jpg
_D2_5057camraw.jpg

Et hop, on essaie d’attraper un moucheron qui vole du bout de la langue, ça occupe !

_D2_4797camraw.jpg
Par 2, c’est mieux :

_D2_4897camraw.jpg
_D2_4940camraw.jpg
Et par 3 ? Ben Jeannot a vu la scène quelques jours avant, mais apparemment maintenant ils sont trop gros pour que les 3 têtes passent par le trou simultanément…

_D2_4673camraw.jpg
_D2_4816camraw.jpg
_D2_4836camraw.jpg
_D2_4842camrawe.jpg
Au menu, fourmis ! Beurk, c’est vraiment dégueu…

_D2_4842camraw.jpg
2 becs avec la femelle, le tout net, pas mal :

_D2_4995camraw.jpg
Là, le petit essaie d’attraper une mouche qui remonte le long du tronc. Loupé !

_D2_5033camraw.jpg
Quand le soleil inonde enfin le tronc, la seule partie de l’oiseau qui reste désespérément dans l’ombre est… la tête bien sur ! Dommage, le contraire aurait été mieux :

_D2_5045camraw.jpg
Et puis subitement, le 2ème jour, alors que j’essaie de photographier le mâle qui reste à distance, un jeune prend son envol ! Je ne vois rien, trop occupé a faire cette photo pas belle :

_D2_5048camraw.jpg
Le lendemain, il ne reste donc plus que 2 jeunes. Pour les inciter à sortir, les adultes viennent se percher contre le tronc puis repartent tout de suite plus loin.

_D2_5059camraw.jpg
_D2_5061camraw.jpg
Ils crient, ils tambourinent autour de la loge, le spectacle est intense ! Le 2ème jeune s’envole alors que je suis au taquet, mais alors c’est tellement soudain et bref que c’est impossible d’en faire une photo. Voici ma production de cet instant unique :

_D2_5062camraw.jpg
Bon d’accord, ça va trop vite, en plus j’ai cadré trop bas car je pensais qu’il allait tomber un peu, mais en fait non, il s’envole comme un chef et disparait illico dans la forêt. Après plus de nouvelles, plus un cri. L’adulte part derrière lui, et c’est fini. Ce qu’il se passe après restera un mystère…

Le dernier jeune, lui, s’envolera dans la soirée alors que je ne serai plus sur place. Le lendemain matin, tout est fini. Il faudra attendre l’an prochain !

Pour terminer, 2 jolis loupés. Tout d’abord, un cadrage parfait de l’oiseau qui décolle du tronc, mais bon quand y a pas assez de lumière pour figer le mouvement ben y a pas assez de lumière…

_D2_4707camraw.jpg
Et puis plus surprenant, une attaque de buse sur le poussin qui se tenait au bord du trou ! La buse est beaucoup trop lente pour réussir un coup pareil, mais elle a tenté quand même sa chance sous mes yeux.

_D2_4645camraw.jpg
Le cadrage est un peu loupé d’accord, y avait une 2ème buse derrière l’appareil photo… La veille, Jeannot a filmé un autour qui a tenté la même chose. J’ai vu le film, son attaque a lui a été beaucoup plus rapide, mais sans succès également. Faut pas croire qu’on peut s’attaquer comme ça au seigneur de la forêt !

dimanche 24 juillet 2016

Le petit trésor du bois

Il y a 10 ans, j’avais trouvé une loge de pic mar, vraiment par hasard, alors que je me promenais dans un bois justement pour essayer de voir l’espèce. Ce jour là, alors que je traverse le bois, juste devant moi un pic mar déboule et se pose contre un tronc avec une chenille dans le bec. Juste à côté, un trou dans l’arbre. Le tout à 10 mètres de moi juste devant. Après m’être planqué un peu plus loin, je vois le pic revenir rapidement et s’engouffrer dans le trou ! Bingo ! Le problème, c’est qu’à l’époque, je n’avais que la digiscopie pour faire des photos, et dans les sous-bois, ce n’était clairement pas assez lumineux. J’avais pu faire quelques photos avec un déclencheur radio-commandé fabriqué à partir de mon matériel de modélisme. Ceci m’avait permis d’éviter les vibrations, avec une vitesse d’obturation de l’ordre de 1/5s ! Depuis que je possède du meilleur matériel, je rêve de retrouver le Pic mar, mais bon les chances sont infimes.

Nous voici au mois de mai ce printemps. Je reçois un appel de Jean, un retraité heureux qui passe son temps à se promener dans la nature et à filmer tout ce qui bouge. Jeannot à un don incroyable pour trouver des animaux et des situations inimaginables pour tous les naturalistes du Pays de Gex sauf Jeannot…

C’est l’homme qui a filmé un croc de renard en gros plan en pleine nature, après avoir approché la bête qui dormait jusqu’à ce qu’elle se retrouve à ses pieds. C’est aussi l’homme qui a filmé l’intérieur de la bouche d’un ragondin tellement il était près, c’est celui qui a filmé un butor à 2 mètres sans que celui-ci ne bouge d’1 millimètre, et c’est l’homme qu’un jour une chevrette est venue chercher pour l’amener voir son petit faon !

Enfin bref, c’est aussi l’homme qui a trouvé par hasard en allant aux morilles une loge de Pic mar, ce qui constitue un nouvel exploit étant donné la faible densité de cet oiseau. Et comme Jeannot est très sympa et partageur, il m’a fait part de sa trouvaille. J’ai pu y aller seulement une journée, mais j’en ai profité pendant plus de 6 heures. Il faut dire que le décor autour du nid était tellement sympa qu’il fallait absolument faire quelque chose de bien.

Le matin, ça commence moyen : la lumière est plus que limite, à 1600 iso on est sous les 1/100s. Mais bon dans le tas quelques photos sont nettes :

_D2_3200camraw.jpg
_D2_3163camraw.jpg
_D2_3100camraw.jpg
Au départ, les adultes sont un peu gênés par notre présence à Jean et moi, et hésitent avant de venir à la loge. Ils se posent souvent sur une jolie branche située un peu au dessus du trou. J’essaie de faire des photos car le décor est vraiment beau :

_D2_3124camraw.jpg

Joli, non ? Ah oui, vous aussi vous avez remarqué ? Dis voir Jeannot, t’y serait pas pour quelque-chose quant à la présence d’un fil de fer vert qui se promène sur ma photo ?...
Et là, il m’explique qu’en fait il a attaché une branche qui le gênait pour filmer. Bon, du coup il se propose d’aller enlever le fil de fer. Cool, maintenant la belle branche est bien propre ! Le problème, c’est que les oiseaux se sont habitués à notre présence et se posent maintenant directement vers le trou sans passer par la case « jolie branche ». Heureusement, 1 heure plus tard, au moment où Jeannot s’en va un moment, le mâle, à nouveau intrigué par le changement, m’offre une jolie pause :

_D2_3270camraw.jpg
En plus, le ciel s’améliore, il y a plus de lumière diffusée dans le bois qu’au début, on est au 1/250s, ça devient intéressant !
Après une pause repas, je passe l’après midi sur place, seul cette fois. Je vous livre une petite sélection d’images que je trouve plutôt bien jolies !

_D2_3813camraw.jpg
_D2_3816camraw.jpg
La femelle, chez le pic mar, à une calotte rouge moins colorée que le mâle. Chez ce couple, la femelle, ci-dessous, n'était vraiment pas très rouge. J'ai privilégié les photos du mâle.

_D2_3849camraw.jpg

Oups, ça bouge des fois un pic mar !

_D2_3667camraw.jpg
_D2_3540camraw.jpg
_D2_3668camraw.jpg
Le pic mar est le seul à hérisser sa crête rouge de temps en temps. Surement un signe comportemental en rapport avec l'excitation de l'oiseau.
Si si, normalement y a un pic mar bien cadré sur cette photo:...

_D2_4010camraw.jpg
_D2_3929camraw.jpg
_D2_4002camraw.jpg
Enfin, le petit rayon de soleil qui tue juste sur la tête de l'oiseau et sur la jolie branche !

_D2_4037camraw.jpg

Bon, en vol oui mais ça manque quand même un peu de lumière. Ca aurait pu être artistique au moins, mais même pas !

_D2_4096camraw.jpg
_D2_4068camraw.jpg
_D2_4389camraw.jpg
_D2_4328camraw.jpg

La suite, ce sera encore une histoire de pics. Mais pas les mêmes ! Jeannot à fait fort cette fois... à suivre...

mardi 7 juin 2016

La star de la flaque dégueu

Alors voilà la suite de la journée. Je le rappelle pour ceux qui n’ont pas suivi, je passe l’après midi devant une flaque d’eau dans un environnement franchement dégueu.

IMG_4674.jpg
Je tente le coup car j’avais vu auparavant qu’il y avait pas mal de petits oiseaux qui venaient fréquenter cette petite gouille. Je commence par me planquer avec mon filet à un endroit où je suis bien caché. Mais ce n’est pas une bonne idée, car je n’ai que le reflet du ciel sur l’eau, et comme le ciel est blanc, ça provoque un contre jour pas terrible. Une gorgebleue se pointe. Saisie en pleine course !

_D2_1053camraw.jpg
Là on la voit mieux…

_D2_1062.jpg
Elle a un plumage bizarre, c’est un mâle mais qui ressemble à une gorbebleue à miroir roux, une sous-espèce nordique. Mais son plumage nuptial n’est pas terminé, il manque du bleu sous la gorge. Alors je ne sais pas trop…

Une fois la gorgebleue partie, je change de place. Ici je suis plus visible, mais au moins les reflets sur l’eau sont carrément plus intéressants. Bon, après, la difficulté est d’avoir des oiseaux assez près, histoire d’avoir un cadrage suffisamment serré pour qu’on ne voie pas tous les éléments parasites du lieu. Comme par exemple les morceaux de brique rouges et les morceaux de fers à béton, n’est ce pas ?

_D2_1155camraw.jpg
_D2_1322camraw.jpg

Je m’aperçois que les oiseaux sont attirés par des petits vers rouges qui pullulent au bord de l’eau. Et ce sont les bergeronnettes printanières qui se montrent les plus tolérantes envers ma présence. Moi ça me va, c’est plutôt un bel oiseau !

_D2_1097camraw.jpg
En étant patient, quelques oiseaux viennent prospecter assez près de moi, et entre 2 morceaux de brique, j’arrive à faire quelques belles photos. Ce n’est pas évident car la bergeronnette a la bougeotte, elle ne reste pas souvent immobile, alors il faut suivre et croiser les doigts pour ne pas avoir trop de flou de bougé :

_D2_1174camraw.jpg
_D2_1232camraw.jpg
_D2_1477camraw.jpg
_D2_1495camraw.jpg

Au cours de l’après midi, d’autres oiseaux se pointent : Il y a le chardonneret, plutôt craintif et qui décolle dès que je le pointe avec le 500mm, où dès que la première photo est prise. Comme l’an dernier, j’ai l’impression que le bruit du déclenchement il n’aime pas trop. Oups !

_D2_1404camraw.jpg
Jolie photo loupée… De quoi, un morceau de ferraille flou en premier plan ? Non non, c’était juste un gros lombric, rien de plus naturel…
Ce coup là je l’ai eu !

_D2_1462camraw.jpg
Après il y a les linottes, tellement farouches qu’au moindre mouvement de l’objectif elles disparaissent aussi vite qu’elles sont arrivées. Il y a aussi les bruants des roseaux, assez craintifs :

_D2_1450camraw.jpg
La Bergeronnette grise se pointe aussi à un moment :

_D2_1206camraw.jpg
Et bien sur la gorgebleue !

_D2_1151camraw.jpg
Mais c’est vraiment la bergeronnette printanière qui restera la star de cet après-midi :

_D2_1501camraw.jpg
_D2_1522camraw.jpg
_D2_1524camraw.jpg
_D2_1562camraw.jpg
_D2_1569camraw.jpg
_D2_1590camraw.jpg
_D2_1701camraw.jpg
Les jours suivants, il n'y aura presque plus d'oiseaux au bord de la flaque. J'ai bien fait d'en profiter tout de suite !

- page 1 de 19