Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - chevreuil

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 20 octobre 2017

Encore un été à poil

Comme tous les étés, j’ai essayé de consacrer quelques soirées à guetter les bêtes à poil. Même en sachant que ça ne sert pas à grand-chose, vu que quand je ramène une photo de renard à 50 mètres, J-R en à 3 à 10 mètres avec 10 mulots dans la gueule, et que quand je prends une chevrette en photo, J-R de son côté filme un accouplement pendant le rut…

Mais bon, pas de quoi me décourager. Ma première sortie a été motivée par la fauche de ma parcelle fétiche, celle ou j’ai réalisé mes plus belles photos de renard et ma plus jolie photo de chevreuil. Même que J-R n’en a pas de meilleures ! Enfin si mais pas prises ici, et toc !
Après un peu d’attente, ça y est, un renard sort du bois ! Il m’offre une seule occasion de photo. Celle-ci aurait pu être bien plus belle, si ce satané goupil avait pris la pause dans la raie de lumière situé 1 mètres plus en avant, où dans celle située 1 mètre en arrière. Mais non, il n’a pas bougé et est repartit en restant dans l’ombre, sans ne plus jamais se rapprocher de moi.

_D2_7507camraw.jpg
La fois suivante, je tente de voir des chevreuils dans une parcelle non fauchée qui offre de jolies plantes à brouter. Un peu après mon arrivée, bingo, une chevrette déboule à 30 mètres de moi, et se rapproche sans me repérer !

_D2_7579camraw.jpg
Là, on a une chevrette à 20 mètres qui mène sa petite vie sans se soucier du photographe. Le mode silencieux du 7D mark2, comme à son habitude, fait des miracles. Le bruit n’est pas détecté par la bête :

_D2_7587camraw.jpg
Maintenant, on a une chevrette à 15 mètres qui n’a toujours pas repéré le photographe. Je suis vraiment un pro de la discrétion :

_D2_7608camraw.jpg
Oups ! Je crois que j’ai parlé trop vite. Là, c’est une chevrette qui a subitement repéré le photographe… en même temps c’est elle qui est venue trop près…

_D2_7618camraw.jpg
Là, c’est une chevrette qui a toujours repéré le photographe, mais qui a une mouche dans l’œil :

_D2_7616camraw.jpg
Et puis voilà, la chevrette panique, part à grand bons, mais comme d’habitude, elle ne peut s’empêcher à un moment de s’arrêter pour me regarder à nouveau. Curieux ces chevreuils ! Tant mieux, comme ça j’arrive à l’avoir en entier dans le cadre :

_D2_7637camraw.jpg
Et puis voilà. Le lendemain, encouragé par cette belle rencontre, je retourne sur place. Le hic, c’est que de loin, je repère dans les jumelles un brocard qui est déjà en train de gambader dans le pré. Obligé d’attendre qu’il parte pour m’approcher doucement et rejoindre mon point d’affût. Une fois en place, voilà que le brocard sort à nouveau ! Cool ! Il traverse une zone où la végétation est très haute et le camoufle. Moi, je l’attends à la sortie, prêt à déclencher. Clic, une photo :

_D2_7639camraw.jpg
Et en fait, ce sera la seule. Juste après, il me repère direct et s’en va sans faire de pause cette fois. Pas très curieux celui-là. J’espère que si ça vivacité m’a empêché de faire d’autres photos, elle lui servira à échapper aux ingénieurs de chez Orange qui sont en train de sévir partout en ce moment.

Les soirs suivant, plus rien, à part un renard qui est passé devant moi, mais dans les herbes beaucoup trop hautes :

_D2_7642camraw.jpg
Après avoir passé quelques soirées bredouille, je retourne du côté de ma parcelle fétiche. Les soirées ne sont pas très animées. Un soir, en rentrant à la voiture, j’effarouche un renard qui sortait dans le champ. Dommage pour J-R qui était juste à côté du renard en question. Il s’est demandé sur le coup ce qui avait bien pu l’effrayer aussi brutalement ! Du coup cette fois il n’a pas fait la photo qui tue, et c’est grâce à moi !

Sinon, un soir, alors que je pliais le matériel car la lumière devenait insuffisante, une chevrette est sortie avec son petit. J’ai bien tenté quelques photos à 3200 iso, mais je n’ai rien eu d’exceptionnel. Les 2 sont partis l’un après l’autre en passant à quelques dizaines de mètres à ma droite. Mais au moins cette fois, je n’ai pas été repéré…

_D2_7654camraw.jpg
_D2_7673camraw.jpg
_D2_7702camraw.jpg

mardi 6 octobre 2015

C’est un petit pas pour le brocard…

Mais ce n’est pas une grande image pour le photographe…
Tout commence l’autre soir alors que je me place à l’affût dans le pré ou le fameux cerf est sensé éventuellement peut-être si tout va bien se montrer… Bon, le temps passe, rien à l’horizon, hormis la folle qui lit le journal dans sa fourgonnette garée dans le pré plus haut. Je vous expliquerais bien qui est cette folle, mais moi-même je n'en sais rien, je sais juste que j’ai échappé au pire car quand il fait beau elle se met à poil sur le toit de sa voiture au milieu des champs… Moi je n’ai pas vu ça, peut-être que J-R à pris des photos cet été, en tout cas il ne me les a pas montré !

Bon revenons au sujet. La lumière commence à décliner. Et puis voilà un joli brocard qui apparait à ma gauche ! Enfin, quelque-chose bouge…

_D2_8068.jpg
Le Chevreuil s’avance un peu puis s’arrête net : il semble avoir repéré quelque-chose droit devant lui. Ses oreilles et son regard sont figés…

_D2_8073.jpg
Normalement je n’y suis pour rien, puisqu’il ne m’a même pas regardé. Ou alors il a senti mon odeur et il a cru que ça venait d’un autre endroit… Toujours est-il qu’il décide de prendre la poudre d’escampette, en passant juste devant moi. La lumière est limite, je reste à 1600 iso, j’aurais peut-être du tenter 3200, enfin bon trop tard le brocard bondit en passant de ma gauche à ma droite, et durant ce temps j’essaie de le suivre en prenant des photos avec la rafale silencieuse à 4 images/seconde. Photos floues bien entendu à cause du manque de lumière !
Celle-ci est presque nette, dommage…

_D2_8089.jpg
Celle-là est bien floue, dommage aussi :

_D2_8094camraw.jpg
Et la plus belle séquence, 4 photos prises dans la même seconde : ça commence avec LA photo, je veux dire par là que la tête est nette, et c’est la seule. Bon j’ai un peu d’avance sur le suivi du brocard, mais la patte n’est pas coupée c’est déjà ça…

_D2_8095.jpg
Ensuite, le brocard prépare son saut :

_D2_8096camraw.jpg
Et c’est là qu’il fait son petit pas ! Je prends un peu de retard sur le suivi, surpris par ce bond en avant ! Une belle photo ratée, floue et mal cadrée, gros dommage !

_D2_8097camraw.jpg
L’atterrissage, et voilà.

_D2_8098camraw.jpg
L’animal s’arrête pour jeter un dernier coup d’œil au bord du bois, puis il disparait dans ce dernier. Moi à cet instant j’ai encore l’espoir d’avoir saisi le bond correctement, mais après vérification ce n’est pas tout à fait ça. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois, peut-être dans 5 ans…

J'ai aussi effectué quelques prospections "oiseaux", va bien falloir s'y remettre quand même ! Mais je n'ai rien trouvé d'intéressant. Faut dire que le week-end on tombe vite sur le gang des casquettes oranges dans les coins qui pouvaient être intéressants s'ils n'avaient pas été là....
Et puis il y a bien eu un joli face à face avec un groupe de roitelets dans un épicéa à 4 mètres, mais j'étais au boulot et donc sans appareil photo. Dommage, je n'ai jamais réussi à saisir le plus petit oiseau d'Europe qui ce jour-là se donnait en spectacle devant moi à découvert ! Mon index frétillait dans le vide, cherchant désespérément un déclencheur...

lundi 21 septembre 2015

Un vrai pro...

Je reviens tout juste de 2 semaines de vacances vélo dans les Alpes du sud. Pas d'appareil photo cette fois, séjour sportif, 700 kms de vélo et pas moins de 16000 mètres de dénivelé, dont la fameuse cime de la Bonette, la route la plus haute d'Europe à 2802 mètres. Enfin il parait qu'il y a une route plus haute en Andalousie, ça ne m'étonne pas les espagnols font toujours mieux que nous, surtout en vélo ! En tout cas là-haut ça caille en septembre, pas plus de 3 degrés. Bon je ne vais pas vous exposer de photos de moi avec mon vélo devant la pancarte des cols, tous les cyclistes font ça et j'aime pas faire comme tout le monde ! En plus y a pas grand monde là-haut à part des motards allemands, c'est pas facile de demander une photo...

IMG_4519_copie.jpg
C'est là-haut ? Mais c'est encore vachement loin ! Si j'aurais su....
Et puis en fait on y arrive ! Merci au camping car qui m'a pris en stop quand j'étais écroulé au milieu de la route... ça va je plaisante !

IMG_4515_copie.jpg
J'ai quand même réussi à crever de l'arrière en haut du col d'Agnel à 2744 mètres, et le plus marrant dans l'histoire c'est quand je me suis aperçu que mes 2 chambres à air de rechange étaient percées également !Parait que même neuves elles peuvent s'abimer avec le temps, cool. Du coup je remercie le cycliste qui a bien voulu me donner son unique chambre de rechange, sans quoi je serais mort gelé au milieu des marmottes qui traversaient la route devant moi en criant pour m'encourager (ou peut-être pas...). J'ai du coup moi aussi fait ma BA, en rentrant samedi en voiture, en prenant un cycliste qui avait éclaté son pneu dans le col de la Cayolle. Je l'ai amené à un magasin de cycles pour qu'il puisse acheter un nouveau pneu, et c'est là que j'ai remarqué que j'avais une crevaison lente sur ma Dacia (la fameuse loi des séries...), un clou de tapissier planté sur le côté ! Ce doit être un reste d'un sabotage de course cycliste, c'est arrivé plusieurs fois que des crétins balancent ces clous dans les cols pendant le Tour de France.

Enfin bref, même si on me dit souvent que je suis un drôle d'oiseau je m'éloigne quand même du thème de mon site en parlant de mes exploits à la noix. J'en profite quand même pour faire un petit coucou à Franck et Marie du Camping de Puget -Théniers, qui ont réussi, surtout la pétillante Marie j'avoue, à me motiver pour la marche le temps d'une journée (petite journée quand même, faut pas exagérer !). Parce que marcher, à la base, pour moi, c'est avoir mal aux pieds, glisser dans la descente et avancer à 2 à l'heure... enfin un peu plus vite quand on glisse...

Bon alors voilà, revenons à nos moutons. D'ailleurs y en a beaucoup dans le Mercantour, mais que fais le loup ??? Oups, j'espère que les bergers ne vont pas lire ça...

Oui alors j'ai appelé ce post "un vrai pro", mais en fait c'était pas pour me vanter de mes exploits en vélo, c'était rapport à ce qui va suivre...
J-R me dit qu'il y a un énorme cerf, sortant de nulle part, qui fréquente notre principal coin à photos. Du coup, hier soir, je dépoussière le sac photo et c'est parti pour un petit affût. Je m'installe, j'allume l'appareil, après j'allume l'appareil... je l'ai déjà dit non ? Ah oui en fait il est déjà allumé, mais la batterie est vide alors ça marche pas. Bref, un vrai pro ! Du coup, 2 options: soit je reste sans batterie juste pour observer et le cerf va se pointer dans 5 minutes devant moi, soit je vais chercher ma 2ème batterie dans la voiture (en espérant qu'avant de partir en vacances, j'avais été encore assez intelligent pour la charger...) et je ne verrai rien de la soirée.

Je décide d'aller chercher ma 2ème batterie. Et du coup c'est un autre scénario qui se passe. Le temps de revenir, une chevrette et ses 2 petits sont sortis ! C'est malin. Petit à petit, j'arrive quand même miraculeusement à rejoindre mon poste sans être repéré, en progressant quand aucun des 3 chevreuils ne lève la tête (pas facile !).

Au final, les animaux ne se sont pas approché. J'ai eu du mal à réunir la petite famille sur une même photo, il faut dire qu'avec le 500 mm le champ de vision est quand même restreint !

_D2_8029.jpg
_D2_8053.jpg
Pas de cerf ce soir. J-R, de son côté semblait photographier les voitures qui passaient sur la voie rapide, mais en fait il avait un renard qui chassait dans l'herbe. Heureusement qu'il m'a montré ses photos pour le prouver, je commençais à croire qu'il devenait fou !

samedi 22 août 2015

Ah bon c'était le rut ?

Cette année, j'ai pas mal loupé la période du rut du Chevreuil. J'ai eu trop peu de temps à y consacrer. Un soir, c'est en longeant un pré (celui ou j'ai réalisé mes dernières images du goupil) en voiture que je repère un joli brocard. Je rejoins en voiture une haie me permettant ensuite de m'approcher à pied sans être vu. Le brocard, lui, repère de suite le passage de la voiture, mais il ne part pas. J'arrive donc à m'approcher à cette distance, après impossible d'aller plus loin sans être à découvert.

_D2_7929.jpg
Et puis voilà que le brocard se met à avancer droit sur moi. Je reste immobile, accroupi sous mon filet, mais je suis subitement repéré. Oups ! Le temps de faire quelques images, le chevreuil m'observe puis part à fond la caisse.

_D2_7939.jpg
Le reste de la soirée, mon affût dans un autre pré ne donne rien. Quelques jours plus tard, je me pose en affût au bord d'un autre pré. Un beau brocard finit par sortir à ma gauche. J'essaie de le cadrer lentement, mais plus je tourne le matériel à gauche, plus il se déplace à gauche. Il finit par traverser la haie pour ressortir dans mon dos. Loupé, dommage il n'était pas loin. Je me lève et me rend discrètement de l'autre côté de la haie. Je le vois s'éloigner, puis 2 prés plus loin, il semble s'arrêter et commence à manger. Je m'approche sans être vu, mais arrivé dans le bon pré, plus rien à l'horizon...

Du coup, je décide de retourner à l'emplacement où j'étais au début. Je me retourne et là, dans une petite trouée de la haie, je vois passer un autre chevreuil à environ 10 mètres de mon poste d'affût précédent. GRRRRRR....... Le temps de rejoindre le pré, il n'est plus là. Je me réinstalle, puis un 3ème chevreuil sort dans le pré mais tout au fond. Il se rapproche petit à petit, j'attends mais la lumière devient limite.

_D2_7952.jpg
Puis alors qu'il commence à arriver à une distance raisonnable, d'un coup il saute dans le bois à droite. Encore loupé ! Je décide de partir, mais voilà qu'il réapparait, poursuivi par ou poursuivant un autre brocard ! J'essaie de faire des photos à 3200 iso, mais une seule, la 1ère, sort correcte niveau netteté.

_D2_7959.jpg
_D2_7963.jpg
Le brocard dominant revient pour traverser le pré, l'occasion de tester des photos à 3200 iso. Résultat plus que correct cette fois !

_D2_7966v2.jpg
_D2_7966v2crop.jpg
Et puis alors que je remonte vers la voiture pour rentrer, j'aperçois une biche et son petit dans le pré où le 1er brocard avait disparu ! Je m'approche à couvert, mais je suis repéré tout de suite par la biche. Elles sont vraiment plus attentives que les chevreuils !

_D2_7994.jpg
Derrière, c'est la voie rapide, magnifique décor ! Je tente un autre cadrage pour éliminer l'arrière plan peu valorisant, mais il y a vraiment peu de lumière, je dois opérer en mise au point manuelle et sans trembler. La photo n'est pas tout à fait nette:

_D2_8000v2.jpg
Et une dernière avec le petit et un beau lampadaire, encore moins nette, dommage.

_D2_8016.jpg
Au final, cette dernière soirée fut riche en observations et également en occasion de photos loupées, mais il y a bien pire, souvent on ne voit rien du tout de la soirée !

dimanche 16 août 2015

Toujours aussi peu rusé

Après mes dernières photos, mes quelques soirées d'affût n'ont presque rien donné. Ma seule photo qui a permis de dérouiller le 7D est cette photo de chevrette planquée dans un mélange de soja et de tournesol. J'ai quand même réussi à l'approcher pour faire cette photo, puis à me re-éloigner sans me faire repérer. Avec 10 kg de matos photo encombrant je suis plutôt fier de moi !

_D2_7816camraw.jpg
Et puis un autre soir, après un affût sans rien voir, je rentre à la voiture, je démarre et après avoir fait 10 mètres, je repère un petit renard dans les herbes hautes à 30 mètres de la voiture. Incroyable, il n'a pas réagi à mes claquements de portière. J'arrête le moteur, je commence à réfléchir à quoi faire mais voilà qu'il vient m'apporter la réponse: "ne bouge pas c'est moi qui vient"!. A la portière de la voiture, je suis sa progression dans le viseur. Bon, ça commence bien, un brin d'herbe devant l'oeil...

_D2_7824.jpg
_D2_7830.jpg
Là, ça devient sérieux. Presque plus de brin d'herbe !

_D2_7835.jpg
Et puis d'un coup, un bond sur ma droite et voilà qu'il croque un campagnol ! Dommage on ne voit rien. Enfin si, toujours le brin d'herbe devant l'oeil...

_D2_7848.jpg
_D2_7854.jpg
Et puis les problèmes commencent: bien viser pour éviter de couper une partie de l'animal...

_D2_7883camraw.jpg
_D2_7895camraw2.jpg
Et puis aussi éviter ces satanés brins d'herbe !

_D2_7906.jpg
Après, la question d'essayer de ne pas couper l'animal sur la photo ne se pose plus...

_D2_7912.jpg
_D2_7923.jpg
Après une petite pose devant la voiture, le jeune renard traverse le chemin juste devant la voiture puis s'enfonce tranquillement dans le tournesol, sans avoir eu conscience du danger. J'espère qu'il apprendra à fuir l'homme comme la peste avant de se faire massacrer !
Moi je suis bien content d'avoir encore pu faire une jolie série de photos, même à 1600 iso le résultat me plait beaucoup.

- page 1 de 6