Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - voiture

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 23 avril 2018

Les chardonnerets voilés

Le printemps arrive, et l’autre jour, je suis retourné dans le bois aux pics mar pour voir si des fois les oiseaux allaient nidifier dans le même trou que l’an passé. C’est plus fréquent chez le pic mar que chez l’épeiche, alors tous les espoirs sont permis. Je retrouve mon tronc d’arbre, je m’installe assez loin, histoire de ne pas perturber les oiseaux si l’envie leur prend de venir sur le tronc, et j’observe avec les Zeiss Victory SF (toujours aussi formidables ces jumelles), accroupi au sol. Pour vous rappeler où se trouve ce petit coin, c’est au beau milieu d’un bois, loin de tout sentier, au milieu de nulle part, là ou normalement on ne devrait jamais croiser personne, hormis un chevreuil, un renard ou un sanglier. Mais voilà, comme d’habitude, l’improbable arrive : un couple de joggers, qui court en plein milieu des branches mortes (très astucieux pour essayer de se tordre une cheville, et je sais de quoi je parle, je m’en suis mis une en vrac au boulot y a une semaine…), vient droit sur moi. Le mec est devant, il passe à 2 mètres de moi sans me voir, et comme si ça ne suffisait pas, il s’arrête pile à mon niveau, et se retourne pour voir si sa femme suit toujours. L’histoire ne dit pas s’il essayait de la semer pour enfin s’en débarrasser, mais si c’était le cas il ne courrait pas assez vite. Du coup, sa femme le rejoint, il me voit enfin. Bon, je dis bonjour, et puis ils repartent toujours en plein milieu des arbres.

Bref, cette anecdote étant passé, durant 45 minutes, j’observe avec plaisir un pic mar qui vient se poser sur le tronc de l’an dernier quelques secondes. Un peu plus tard, j’observe le couple sur les arbres juste à côté. C’est plutôt bon signe tout ça, mais il est encore un peu tôt. Du coup, je repars à la voiture, en évitant de passer devant les 2 pièges photos appartenant aux gardes faune suisses que j’avais repérés en arrivant avec mon œil d’expert. Je repars en voiture, et comme d’habitude, je fais demi-tour sur le parking au-dessus du bois. Et au moment où je tourne sur le parking, voilà qu’une nuée de chardonnerets s’envole à gauche ! Ils étaient posés juste là, dans une boue dégueu, je ne sais pourquoi. Du coup, comme j’avais pris le sac photo au cas où, je gare ma voiture sur le parking et j’attends, des fois qu’ils reviennent se poser. Et 10 minutes plus tard, les oiseaux reviennent comme espéré pour manger je ne sais quoi !

_D2_9955camraw.jpg
IMG_6382.jpg
Ils sont posés dans la zone entourée en rouge. Mais ne les cherchez pas non plus, bien sur, il n'y en avait pas au moment ou j'ai pris la photo, parce que quand ils sont là, j'ai l'oeil dans le viseur du 7D et je ne m'amuse pas à faire des photos du making-of !
Je m’applique alors à faire quelques photos, même si le décor est franchement limite.

_D2_0012camraw.jpg
Mais j’ai un problème : j’ai le soleil couchant en face de moi, et les chardonnerets sont dans l’ombre. Et je vois un voile tout pas beau dans le viseur, je n’avais jamais eu ça avant. Je pense après coup que le soleil est venu taper sur une partie de la lentille de l’objectif, malgré le pare-soleil. Du coup, toutes mes photos sont voilées sur la partie droite, plus ou moins, mais souvent assez pour être gâchées Ça doit être ça qu'on appelle le "flare" chez les pros.

_D2_0182_test_sans_2.jpg
Du coup, je me suis amusé avec photoshop pour essayer de supprimer ce voile, à coup de filtres de fusions de contraste, tons clairs, teinte et saturation appliqués en dégradé de la gauche vers la droite, et voilà le résultat :

_D2_0182_test_avec_25.jpg
Si ça c’est pas du travail de pro !
Une autre, avec retouche un peu moins prononcée:

_D2_0110-test1.jpg

Les chardonnerets ont la bougeotte, ils ne restent pas longtemps en place. Oups !

_D2_0268camraw.jpg
_D2_0264camraw.jpg

Et quand le chardonneret se pose plus à droite, là où il n’y a enfin plus de voile et une lumière plutôt jolie, et bien le décor est encore plus présent et plus moche. Oui oui, ce sont bien des coquilles de moules, pourtant on est à 500 km de la mer… Qui a bien eu l’idée de balancer ça ici ?

_D2_0310camraw.jpg

Le lendemain matin, je retourne sur place, des fois que les oiseaux soient toujours là. En arrivant, rien en vue. J’attends un moment, puis enfin, 3 chardonnerets se pointent. Mais ils redécollent tout de suite, pas le temps de faire des photos. L’un d’eux se pose un peu plus loin, j’ai juste le temps de le viser et de faire une jolie photo, pas tout à fait nette mais presque.

_D2_0319camraw.jpg
C’est que les chardonnerets ont la bougeotte, ils ne restent pas longtemps en place. Je l’ai déjà dit non ???

_D2_0326camraw.jpg
Autre petite surprise, une jolie petite mésange bleue, qui est venue explorer un trou dans un vieux tronc au bord du parking. Elle clôture cette aventure !

_D2_0362camraw.jpg
_D2_0393camraw.jpg
_D2_0399camraw.jpg

samedi 16 décembre 2017

L'hiver est là

Ça y est, l’hiver est là. Après un petit temps mort, j’ai dépoussiéré mon matériel photo avec l’arrivée du froid et des premiers flocons. Cette année, les pommiers d’ornement sont bien fournis, l’occasion d’aller voir les merles et autres oiseaux venant se remplir la panse. Après quelques heures sur place sur 2 jours, je suis heureux de mettre à l’honneur…. Un moineau domestique ! Ben quoi, moi je l’aime bien cette photo !

_D2_8259camraw.jpg
Le fidèle Merle noir à pas mal joué avec mes nerfs, mais j’ai fini par l’avoir :

_D2_8150camraw_1.jpg

La petit mésange bleue s’est bien montrée également :

_D2_8126camraw.jpg
_D2_8232camraw.jpg
Et enfin sa majesté le Grosbec, toujours dans le pommier d’à côté, celui qui a des pommes moins grosses et moins rouges. Sans doute plus faciles à croquer pour lui. Par contre pour les photos, c’est un environnement assez encombré et pas très esthétique. Dommage.

_D2_8200camraw.jpg
En rentrant, petit passage en voiture devant un groupe de Pinsons des arbres. J’arrête la voiture au bord de la route en espérant que des oiseaux viennent se poser pas très loin. Rien ne se passe, et puis au bout de 5 minutes, alors qu’il se met à neiger, je m’aperçois qu’un pinson que je n’avais pas vu est posé tout près de moi sur une branche. Je le cadre lentement et fait quelques photos depuis la voiture. Mais je trouve que je manque encore de proximité. Alors je tente le coup, je démarre la voiture, je fais une manœuvre lente et j’arrive à me rapprocher encore plus sans le faire partir. Miracle ! Me voilà donc prêt à faire quelques photos, mais l’autofocus est totalement dans les choux. Dès qu’il neige c’est la misère à chaque fois. Alors je fait la mise au point manuellement avec l’écran et la loupe, tranquilou, et voilà le résultat :

_D2_8565camraw.jpg
_D2_8560camraw.jpg

samedi 5 août 2017

En mai, va au marais suite

Voici la suite des images du mois de mai dans le marais poitevin. Le lendemain matin, je me suis rendu dans l’autre site où les gorgebleues sont normalement bien présentes et où on est assez tranquille. Mais cette année, comme sur l’autre site, j’ai trouvé très peu d’oiseaux et en plus des oiseaux peu actifs. Du coup, pas de photos de la belle, juste une petite photo de la petite fauvette grisette, toujours présentes mais impossible à photographier, et de l’hypolaïs polyglotte, une autre petite fauvette jaune dans un environnement qui lui va bien je trouve :

_D2_2949camraw.jpg
_D2_2956camraw.jpg
L’après midi, le soleil est miraculeusement resté présent. J’ai pu retourner près de la flaque d’eau magique sur le parking de la pointe de l’Aiguillon, en fin d’après midi, car plus tôt, une photographe que j’avais croisé 2 jours avant avait pris la place. Cette fois je n’ai pas été le seul à remarquer le potentiel de ce petit spot…

_D2_3014camraw.jpg
_D2_3039camraw.jpg
_D2_3042camraw.jpg
_D2_3077camraw.jpg
_D2_3087camraw.jpg
_D2_3125camraw.jpg
_D2_3213camraw_1.jpg
_D2_3260camraw.jpg
_D2_3297camraw.jpg
_D2_3302camraw.jpg

mardi 20 décembre 2016

Complètement givré

Bon alors vous venez de lire « complètement givré », et du coup vous vous dites ça y est, il se lance dans son autobiographie !
C’est loupé, ce sera pour plus tard. Non, en fait, dans le Pays de Gex, on n’a pas vu un rayon de soleil depuis plus de 3 semaines dans la plaine, la faute à notre Stratus national, cette sorte de bouillasse créée par le Lac Léman qui crée un air humide qui reste coincé à cause des montagnes environnantes. Il y a une semaine, comme il faisait bien froid, il y avait du givre de partout. C’était l’occasion de partir en quête d’un oiseau à photographier dans ce beau décor !

Le problème, c’est que depuis pas mal de temps, dans le Pays de Gex, c’est mort de chez mort. A part quelques rougegorges, rien à l’horizon. Après avoir fait quelques kilomètres, je tombe sur un Faucon crécerelle. Normalement, il aurait du décoller à l’approche de la voiture, mais comme souvent, les oiseaux se montrent moins farouches quand il y a du brouillard. J’ai largement le temps de le prendre en photo :

_D2_5717camraw.jpg
Bon, ce n’est pas du Vincent Munier, de toute façon y a que quand c’est lui qui prend la photo que c’est magnifique. Un peu plus loin, hop, un petit rougegorge pointe le bout de son bec. Mais il a décidé de garder l’anonymat, rien à faire. Faut dire que le rougegorge est un oiseau timide.

_D2_5731camraw.jpg
Un peu plus loin, encore un rougegorge. Celui-ci aussi a décidé de garder l’anonymat, mais de façon un peu plus vulgaire !

_D2_5747camraw.jpg
_D2_5749camraw.jpg
En route, je croise un peu partout des ingénieurs de chez Orange. Avec le brouillard, y a des endroits ou on n’y voit pas à plus de 50 mètres. J’aimerai bien savoir comment ils font pour exécuter leur mission de protection de la nature sans voir ce qu’il y a devant eux… Si quelqu’un peut m’expliquer…

Un peu plus loin encore, voilà qu’un rougegorge (original non ?) se pose sur une jolie branche bien dégagée à ma droite. Je stoppe la voiture net, je baisse la vitre côté passager, je chope le 7D, et je prend une jolie photo. Enfin j’essaie, car le petit rougegorge, malgré son gilet orange, est assez loin et l’autofocus du 7D ne le voit pas. Alors bouton de mise au point manuelle, liveview, loupe, mise au point, le tout en 5 secondes comme un pro, et clac !

_D2_5787camraw.jpg
Oui je sais, c’est bizarre comme photo, mais ce petit côté épuré et minimaliste, moi j’adore !
Après, je décide d’essayer d’approcher le rougegorge à pied le long de sa haie pour faire d’autres photos, mais je ne m’en sort qu’avec celle-ci. Il a bien rusé pour éviter l’objectif : tu m’attends à droite de la haie ? Et bien je chasse à gauche. Tu passes à gauche ? Du coup je retourne à droite…

_D2_5807camraw.jpg

Je reprends la voiture, et après avoir croisé un joli Milan royal que je n’arrive pas à photographier, je fais demi-tour à l’entrée d’un chemin. Et là, je fais décoller un oiseau très original : un rougegorge ! Il se perche juste à côté, et j’ai le temps de dégainer le 7D pour le photographier. Cool !

_D2_5847camraw.jpg
Après, plus rien d’intéressant. Mais bon, je n’en espérais déjà pas autant.

mercredi 18 mai 2016

La star du camping

Bon alors comme promis, voici le compte rendu de mon séjour en Brenne de fin avril. Euh, s'il vous plait, rappelez moi de ne plus jamais aller dans la Brenne au mois d'avril... Bon il parait que c'était exceptionnellement calme cette année, mais quand même. Y avait de quoi faire déprimer un imbécile heureux. Et je ne dis pas ça parce que j'ai déprimé...
Franchement, après avoir vu 3 hérons pourprés et 2 bihoreaux, quelques limicoles, ben y avait plus grand chose à voir. Que des étangs remplis d'eau et stériles en oiseaux, j'ai eu beau faire des kilomètres et des kilomètres en voiture, je n'ai pas trouvé de petits trésors. Du coup, le matériel photo n'est pas vraiment sorti, et même l'ornithologue que je suis a été assez frustré. Rien avoir avec le printemps 2007 ou avec mon cher ami Jean-Charles, nous avions trouvé de jolis petits coins hors des sentiers battus et réalisés quelques beaux affûts productifs. Finalement on avait été bon cette année là, même si on débutait.

Bon, du coup, le 5ème jour, je décide de tracer en Vendée dans le marais Poitevin, en espérant trouver mieux. Mais heureusement, avant, une petite bête m'a quand même permis de sortir de 500mm. Quand je suis arrivé au camping de Rosnay le premier jour, je suis allé tout au fond, là où il n'y avait personne le long du petit bois. J'ai compris pourquoi il n'y avait personne: le sol était gorgé d'eau. Impossible de planter une tente, et apparemment y a un camping car qui a tenté le coup mais vu les traces il a du se rendre compte un peu tard que ça n'allait pas le faire. Bien fait pour lui, ça lui apprendra a rouler à 70 sur les nationales en faisant ch... tout le monde et d'accélérer à 110 dès qu'il y a un bout de 2 voies pour qu'on ne puisse pas le doubler!!! Pour moi, pas de problème, ma Dacia, qui roule quand même à plus de 70, et qui sert de tente et d'affût ne s'enlise pas. Du coup, je choisi instinctivement l'emplacement le plus près du troglodyte qui est en train de chanter au bord du bois.

Les premiers jours, pas de nouvelles du troglo. Mais voilà que le 4ème jour, quand je décide de partir le lendemain pour la Vendée, Monsieur troglo est pris d'une envie régulière de venir fouiner dans le lierre qui recouvre un tronc d'arbre de mon emplacement. Je repère sa petite habitude et je le guette depuis la voiture. Assez timide mais pas farouche, il a du mal à se montrer.

_D2_0667camraw.jpg
Il n'y a pas un brin de lumière, difficile de faire de bonnes photos, mais je suis tellement content de sortir mon matériel que j'insiste. Je rapproche même la voiture du tronc pour que le minuscule troglo soit un peu plus gros sur les photos.

_D2_0393camraw.jpg
_D2_0434camraw.jpg
_D2_0527camraw.jpg
_D2_0535camraw.jpg

Plutôt confortable comme affût: allongé sur mon lit dans ma voiture, je n'ai qu'à me redresser quand l'oiseau arrive et j'ai le matériel tout près devant moi...

IMG_4666camraw_copie.jpg
Et puis à un moment, le troglo sort du lierre et se met à la verticale sur le tronc. Et je loupe ma plus jolie photo ! Je vous jure, au moment ou j'ai déclenché, l'oiseau avait le corps bien aligné avec le tronc, posture magnifique, mais voilà, il a tourné la tête pendant le mouvement du miroir et bien sur ça a pris la photo quelque centièmes de secondes trop tard. Résultat, la tête est un peu tournée du mauvais côté et hors de la zone de netteté. Grrrrrrr...

_D2_0561camraw.jpg
Je me console avec d'autres photos prises juste après qui sont pas mal, mais l'oiseau ne se détache pas du tronc comme sur la première:

_D2_0570camraw.jpg
_D2_0571camraw1.jpg
Et quand Monsieur pousse la chansonnette, c'est pile à l'endroit du tronc ou y a des branches devant... Tout le reste du tronc est dégagé bien sur...

_D2_0587camraw.jpg
Puis une heure passe et le petit troglo ne revient plus. Je range le matériel pour partir prospecter la Brenne. Et voilà qu'il revient pile une fois que tout est rangé ! Donc je ressors le 500mm, et comme la portière passager est ouverte, je m'appuie dessus pour faire des photos. Au final aucune photo intéressante. Par contre, en retirant mon 500mm, voilà que je touche ma portière avec la grosse vis qui sert à verrouiller le pare soleil. Une petit coup d'oeil, et voilà j'ai fait de jolies petites rayures sur la peinture ! Quand on sait que 3 semaines avant, ma Dacia est passée à la carrosserie et que cette portière a été débosselée et repeinte, c'est encore plus drôle ! Enfin pour vous pas pour moi...

Bon, pour terminer, le lendemain, dernière matinée au camping, voilà que Monsieur Troglodyte revient et m'offre à nouveau des occasions de photos, certes avec très peu de lumière encore une fois. D'après les exifs des photos il était 7h30, bizarre, je ne me rappelle pas trop mais normalement à cette heure là je dors, et c'est pas un troglodyte, même avec son chant hyper puissant, qui peut me réveiller... Du coup je viens de vérifier et mon boitier est encore à l'heure d'hiver, c'est pour ça, il était 8h30, là c'est déjà plus crédible...
Au final, je trouve que ça valait le coup de faire cette dernière série avant de partir vers de nouveaux horizons en Vendée.

_D2_0611camraw.jpg
_D2_0682.jpg
_D2_0729camraw.jpg
En allant payer le camping, pas assez de liquide. Et comme on est dans un bled perdu, le distributeur le plus proche est à 15 km. Du coup, je décide d'y aller en vélo, ça fera une sortie par la même occasion. Et voilà que je tombe sur un groupe de 6 biches, alors que je n'ai pas vu un seul mammifère, même le soir, en 5 jours. Le temps de les mettre en panique avec ma belle silhouette humaine de grand sportif, de les voir faire des bonds énormes de plusieurs mètres pour sauter la route, le fossé et la clôture, voilà que se termine ma dernière observation sympathique de la Brenne.

- page 1 de 7