Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Troglodyte

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 18 mai 2016

La star du camping

Bon alors comme promis, voici le compte rendu de mon séjour en Brenne de fin avril. Euh, s'il vous plait, rappelez moi de ne plus jamais aller dans la Brenne au mois d'avril... Bon il parait que c'était exceptionnellement calme cette année, mais quand même. Y avait de quoi faire déprimer un imbécile heureux. Et je ne dis pas ça parce que j'ai déprimé...
Franchement, après avoir vu 3 hérons pourprés et 2 bihoreaux, quelques limicoles, ben y avait plus grand chose à voir. Que des étangs remplis d'eau et stériles en oiseaux, j'ai eu beau faire des kilomètres et des kilomètres en voiture, je n'ai pas trouvé de petits trésors. Du coup, le matériel photo n'est pas vraiment sorti, et même l'ornithologue que je suis a été assez frustré. Rien avoir avec le printemps 2007 ou avec mon cher ami Jean-Charles, nous avions trouvé de jolis petits coins hors des sentiers battus et réalisés quelques beaux affûts productifs. Finalement on avait été bon cette année là, même si on débutait.

Bon, du coup, le 5ème jour, je décide de tracer en Vendée dans le marais Poitevin, en espérant trouver mieux. Mais heureusement, avant, une petite bête m'a quand même permis de sortir de 500mm. Quand je suis arrivé au camping de Rosnay le premier jour, je suis allé tout au fond, là où il n'y avait personne le long du petit bois. J'ai compris pourquoi il n'y avait personne: le sol était gorgé d'eau. Impossible de planter une tente, et apparemment y a un camping car qui a tenté le coup mais vu les traces il a du se rendre compte un peu tard que ça n'allait pas le faire. Bien fait pour lui, ça lui apprendra a rouler à 70 sur les nationales en faisant ch... tout le monde et d'accélérer à 110 dès qu'il y a un bout de 2 voies pour qu'on ne puisse pas le doubler!!! Pour moi, pas de problème, ma Dacia, qui roule quand même à plus de 70, et qui sert de tente et d'affût ne s'enlise pas. Du coup, je choisi instinctivement l'emplacement le plus près du troglodyte qui est en train de chanter au bord du bois.

Les premiers jours, pas de nouvelles du troglo. Mais voilà que le 4ème jour, quand je décide de partir le lendemain pour la Vendée, Monsieur troglo est pris d'une envie régulière de venir fouiner dans le lierre qui recouvre un tronc d'arbre de mon emplacement. Je repère sa petite habitude et je le guette depuis la voiture. Assez timide mais pas farouche, il a du mal à se montrer.

_D2_0667camraw.jpg
Il n'y a pas un brin de lumière, difficile de faire de bonnes photos, mais je suis tellement content de sortir mon matériel que j'insiste. Je rapproche même la voiture du tronc pour que le minuscule troglo soit un peu plus gros sur les photos.

_D2_0393camraw.jpg
_D2_0434camraw.jpg
_D2_0527camraw.jpg
_D2_0535camraw.jpg

Plutôt confortable comme affût: allongé sur mon lit dans ma voiture, je n'ai qu'à me redresser quand l'oiseau arrive et j'ai le matériel tout près devant moi...

IMG_4666camraw_copie.jpg
Et puis à un moment, le troglo sort du lierre et se met à la verticale sur le tronc. Et je loupe ma plus jolie photo ! Je vous jure, au moment ou j'ai déclenché, l'oiseau avait le corps bien aligné avec le tronc, posture magnifique, mais voilà, il a tourné la tête pendant le mouvement du miroir et bien sur ça a pris la photo quelque centièmes de secondes trop tard. Résultat, la tête est un peu tournée du mauvais côté et hors de la zone de netteté. Grrrrrrr...

_D2_0561camraw.jpg
Je me console avec d'autres photos prises juste après qui sont pas mal, mais l'oiseau ne se détache pas du tronc comme sur la première:

_D2_0570camraw.jpg
_D2_0571camraw1.jpg
Et quand Monsieur pousse la chansonnette, c'est pile à l'endroit du tronc ou y a des branches devant... Tout le reste du tronc est dégagé bien sur...

_D2_0587camraw.jpg
Puis une heure passe et le petit troglo ne revient plus. Je range le matériel pour partir prospecter la Brenne. Et voilà qu'il revient pile une fois que tout est rangé ! Donc je ressors le 500mm, et comme la portière passager est ouverte, je m'appuie dessus pour faire des photos. Au final aucune photo intéressante. Par contre, en retirant mon 500mm, voilà que je touche ma portière avec la grosse vis qui sert à verrouiller le pare soleil. Une petit coup d'oeil, et voilà j'ai fait de jolies petites rayures sur la peinture ! Quand on sait que 3 semaines avant, ma Dacia est passée à la carrosserie et que cette portière a été débosselée et repeinte, c'est encore plus drôle ! Enfin pour vous pas pour moi...

Bon, pour terminer, le lendemain, dernière matinée au camping, voilà que Monsieur Troglodyte revient et m'offre à nouveau des occasions de photos, certes avec très peu de lumière encore une fois. D'après les exifs des photos il était 7h30, bizarre, je ne me rappelle pas trop mais normalement à cette heure là je dors, et c'est pas un troglodyte, même avec son chant hyper puissant, qui peut me réveiller... Du coup je viens de vérifier et mon boitier est encore à l'heure d'hiver, c'est pour ça, il était 8h30, là c'est déjà plus crédible...
Au final, je trouve que ça valait le coup de faire cette dernière série avant de partir vers de nouveaux horizons en Vendée.

_D2_0611camraw.jpg
_D2_0682.jpg
_D2_0729camraw.jpg
En allant payer le camping, pas assez de liquide. Et comme on est dans un bled perdu, le distributeur le plus proche est à 15 km. Du coup, je décide d'y aller en vélo, ça fera une sortie par la même occasion. Et voilà que je tombe sur un groupe de 6 biches, alors que je n'ai pas vu un seul mammifère, même le soir, en 5 jours. Le temps de les mettre en panique avec ma belle silhouette humaine de grand sportif, de les voir faire des bonds énormes de plusieurs mètres pour sauter la route, le fossé et la clôture, voilà que se termine ma dernière observation sympathique de la Brenne.

dimanche 27 novembre 2011

La rivière et ses habitants ailés

J'ai effectué quelques affûts ces derniers temps au bord de la rivière pour tenter de photographier le cincle. Il y a bien 2 ou 3 oiseaux dans le secteur, mais ils exploitent une grande zone pour se nourrir, et leurs lieux de pêche sont difficilement prévisibles. Il se montrent de plus farouches. Bref, pas facile. Pour être le moins visible possible, j'ai opté pour un affût couché, et j'ai choisi un endroit ou normalement, les cincles viennent régulièrement...

IMG_8925.jpg

Lors du premier affût, rien ne se passe pendant 2 heures. Je commence a avoir mal au dos, je décide de me relever 5 minutes pour me détendre. A peine relevé, devinez quoi ? Et oui vous avez deviné (et sinon vous êtes vraiment nul !) ! Un cincle arrive de nulle part et se pose à moins de 10 mètres de mon objectif, devant moi. Je suis pratiquement debout et il ne part même pas. Il commence même à pêcher... A un moment, il passe derrière une pierre et je deviens alors invisible pour lui. J'en profite pour me rallonger et saisir le reflex. J'attends, et au moment ou il réapparait, alors qu'en théorie je suis maintenant à nouveau camouflé, il me repère de suite et part à 400 km en aval... Bien entendu, il ne reviendra pas.

La fois suivante, je vais vous économiser de la lecture, il s'est passé pratiquement la même chose. Pause détente après 1h30 sans rien voir ni en amont ni en aval, puis le cincle vient me narguer au moment ou je me relève. Incroyable ! C'est pas le moment de jouer au Loto on dirait...
Finalement, l'affût se termine bien. J'ai la visite du rougegorge dont je squatte le territoire, et du troglodyte local, ainsi que d'une bergeronnette des ruisseaux. Il y a même un roitelet et 2 mésanges à longue-queue qui viendront se promener dans le petit saule à quelques centimètres au dessus de ma tête ! Personnellement j'adore la photo du troglodyte, c'est juste dommage que sur les 4 photos que j'ai pris de ce petit oiseau, les 2 seules qui montrent une belle attitude sont les 2 qui soient un peu floues vu de près. Mais bon, le contraire m'aurais étonné, ça n'arrive pas souvent !

iMG_0809.jpg
_MG_0754.jpg
_MG_0777.jpg
_MG_0843.jpg

jeudi 15 avril 2010

Le Troglodyte et le Pic vert

Dimanche dernier, pour rester à l’abri du vent, je suis allé faire une promenade dans mon bois préféré. Dans la zone ou j’aime me promener, je suis tombé, pour la 2ème fois, sur un photographe camouflé, qui photographie apparemment les chevreuils, à mois qu’il ne s’intéresse à un autre sujet du coin dont il vaut mieux que je ne parle pas ici…

Du coup moi je suis allé me promener à l’autre bout du bois avec mon reflex, et ce fût bien sympathique. J’ai pu observer des chevreuils, et trouvé un troglodyte en train de ramasser des matériaux pour faire son nid. Le Troglodyte est un tout petit oiseau très mignon et photogénique. Mais il est vraiment difficile à photographier. Il se perche toujours ou on ne l’attend pas, j’ai déjà passé pas mal d’heures à l’attendre sans pouvoir le mettre en boite comme il le mérite. En fait, les seules photos de troglodytes que j’ai pu faire jusqu’à présent l’ont été au hasard de quelques rencontres. Je décide alors d’improviser un petit affût, allongé derrière un arbre couché pas très loin du nid de Monsieur. Lors d’une tournée de chant, il viendra à une distance raisonnable de moi, mais l’autofocus du 50D à vraiment déconné, visiblement il a du mal à faire le point sur le Troglo en sous bois… Voici 2 rescapées, même si la 2ème, de près, n’est pas nette.

IMG_0951.jpg
IMG_0967.jpg

Cette matinée est aussi l’occasion d’observer un Pic mar et d’avoir de forts soupçons concernant un territoire de Pic vert… Voici le Pic mar en train de chercher à manger :

IMG_0980.jpg

L’après midi, je décide d’affûter le Troglodyte en digiscopie pour avoir une meilleure proximité. Dès mon arrivée, je trouve la loge des pics verts, qui est autre que l’arbre sur lequel le Troglodyte prélevait de la mousse le matin même ! Du coup, je me place de façon à pouvoir photographier les 2 espèces, et j’essaie de bien me cacher avec mon filet car le Pic vert est un oiseau très sensible au dérangement. A la sortie, j’ai l’occasion de faire quelques photos du Pic vert avec une mauvaise lumière, et je peux observer le couple. La femelle reste au nid et s’absente de temps en temps. Elle couve peut-être… Le mâle, lui, vient de temps en temps vers la loge mais il n’y rentre pas. J’ai l’impression que ma présence n’y est pas étrangère, il faudra donc que je sois prudent si j’ai le temps d’y retourner pendant le nourrissage des jeunes. Voici la femelle en digiscopie :

DSCF4788.jpg
DSCF4798.jpg

Et un chevreuil surpris en début d’après midi, pris au reflex :

IMG_0978.jpg

Les nids d’oiseaux sont difficiles à trouver, cette journée fut donc productive. Après, il faut se montrer prudent pour ne pas déranger les oiseaux, ce qui demande pas mal d’observation. J’espère avoir le temps d’approfondir les choses !