Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le brocard trop curieux

Suite de mes affûts aux mammifères: la fois suivante, 3 jours plus tard, je décide de m'installer dans une parcelle où j'ai eu pas mal de chance avec les chevreuils les années précédentes. Pour s'y rendre, on empreinte un chemin très boueux pleins de roseaux. Au milieu de ce chemin, je dérange 2 biches (ou 3, je ne sais plus...) qui étaient couchées dans les roseaux. Super, ça commence bien. Bon, elles partent sans hurler, c'est déjà ça, elles n'ont pas prévenu tout le bois de mon arrivée. Je m'installe et j'attends. Rien, jusqu'au passage d'un beau chevreuil qui vient droit sur moi !

Je le vise, mais il repère directement le mouvement de mon matériel. Dommage, pourtant il n'avait pas l'air très attentif. Du coup il identifie un truc bizarre mais continue sa progression pour disparaitre sur ma droite. J'ai te temps de faire des photos durant sa progression vers moi, mais elles sont toutes floues, on dirait que le 7D mark 2 n'arrive pas à suivre un chevreuil a allure réduite car c'est toujours l'arrière du corps qui est net sur les photos alors que mon suivi à moi sur ce coup est exemplaire (faut bien que je me fasse des compliments de temps en temps!). Résultat, les seules photos nettes sont parmi celles que j'ai pris lors de ses pauses destinées à me regarder pour essayer d'identifier le danger:

_D2_7291camraw.jpg
_D2_7299camraw.jpg
Le brocard n'a pas réagi du tout au bruit des déclenchements, nouveau test réussi pour le mode silencieux du 7D mark2. Y a au moins un truc qui fonctionne bien !

Après quelques minutes, voilà que le brocard se met à aboyer comme un fou dans mon dos ! Une fois rentré dans le bois, il s'est approché de moi par derrière sans faire un bruit, peut-être poussé par sa curiosité qui rappelons-le est un vilain défaut ! Il a du me sentir, ça y est je suis repéré. Une fois l'animal éloigné mais toujours en train de gueuler pour bien prévenir tout le monde, je m'en vais, faisant fuir au passage une nouvelle biche encore cachée dans les roseaux le long du chemin! Décidément il faudra trouver un autre accès pour cette parcelle !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet