Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - lièvre

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 mai 2012

Le coin des lièvres

L’autre jour, Jean-Robert m’appelle pour me demander pourquoi il n’a plus trop de mes nouvelles. Je lui réponds que j’ai arrêté les mammifères parce que je n’y arrive pas et que je me repenche sur les oiseaux depuis quelques temps. Il me dit que pourtant c’est facile, et qu’il y a un semis où des lièvres se tiennent en permanence. Bon, celle-là je la connais, suffit que j’y aille pour qu’il n’y ait plus rien…
J’y vais quand même, et là, juste pour me faire mentir, il y a effectivement 3 lièvres dans le champ. Mais la vue de la voiture à 100 mètres les fait partir 50 mètres plus loin. Craintifs on dirait !

Je me gare plus loin et je décide de passer par le bois pour les approcher. Le sol est humide, je progresse lentement sans faire de bruit et sans faire craquer de branches, le vent est favorable. J’arrive à l’orée du bois, normalement pile devant les lièvres, et là, je vois qu’ils sont toujours aussi loin ! Pourtant même sans ma boussole je ne me suis pas trompé de direction... On dirait qu’ils reculent au fur et à mesure que j’avance, même si normalement ils n’ont pas du me repérer. Encore un mystère de la nature ! Je me poste au bord du champ, un peu dans le bois, et je décide d’attendre. Les lièvres sont là, peut-être vont-ils se rapprocher…

_MG_3474.jpg

Mais je m’aperçois vite que dès qu’un lièvre bouge, c’est pour s’éloigner un peu plus. Jamais un pas dans ma direction ! Je dois être bien repéré à mon avis…
Puis tout à coup, voilà qu’un individu débarque à ma gauche de nulle part et s’immobilise devant moi ! Super, j’essaie de le prendre en photo mais il y a des herbes devant et l’autofocus n’arrive pas à trouver le lièvre. Pas de panique, je passe en mise au point manuelle, mode liveview, loupe à fond, ce qui permet d’avoir sur l’écran du reflex un gros zoom sur l’image, indispensable pour faire une mise au point à peu près précise. J’arrive à faire quelques photos :

_MG_3498.jpg

Puis je tente de me décaler lentement à droite pour dégager un peu la fenêtre de tir, et j’arrive à en faire une autre sans faire partir le lièvre :

_MG_3511.jpg

Puis aussi subitement qu’il est arrivé, il repart. Avant de partir, j’ai la visite sympathique d’une chevrette au ventre plein qui passe en haut du champ.
Le lendemain, j’aurai moins de chances avec les lièvres, il faudra se satisfaire de photos prises de loin. La chevrette, elle repassera à la même heure mais dans l’autre sens.

_MG_3538.jpg
_MG_3619.jpg

Le premier soir, en repartant à la voiture, je m’arrête net : j’entends de loin des petits cris de poussins de pics épeiche. Un coup d’œil et je repère le nid. Super, Lundi dernier j’en ai cherché 1 toute la matinée sans succès, et là je tombe pile dessus ! Le problème est que l’endroit se prête mal à la photo niveau angle de prise de vue et lumière. Mais il me vient une idée, faire des photos en ombre chinoise (d'ailleurs sommes-nous qu'elles sont bien chinoises ? ). En effet, le tronc a une jolie silhouette, et comme souvent, les pics ont creusé sous une « avancée de toit » naturelle, qui possède même une antenne télé (le grand luxe !) J’arrive durant 2 soirs à faire quelques photos, en dérangeant, il est vrai, un peu les oiseaux au départ, ayant du mal à trouver le bon angle de prise de vue pour avoir un arrière-plan dégagé. Au final je trouve le résultat original, je ne me rappelle pas avoir déjà vu des photos de ce genre ailleurs.

_MG_3854.jpg
_MG_3818.jpg
_MG_3845.jpg

Mon but premier était d’avoir la silhouette des pics au décollage ou à l’atterrissage, mais au final ça n’a pas donné grand-chose, et une cadence de prises de vue à 6,3 images/seconde s’est avérée bien insuffisante…

_MG_3826.jpg
_MG_3959.jpg

mercredi 11 avril 2012

Une observation... royale !

Hier après-midi, alors que je rentre tranquillement chez moi, juste avant d'entrer dans mon village, j'aperçois un gros truc marron au milieu d'un champ. Je me demande ce que c'est, ça a la taille d'un renard mais c'est très foncé. Je m'arrête au bord de la route, je jette un coup d'oeil aux jumelles depuis la voiture, et là, non c'est pas possible ! Mais si, un Aigle royal ! Heureusement j'ai le reflex avec moi:

_MG_2658.jpg

Voir un tel oiseau en plaine, certes au pied de la montagne, ne m'est encore jamais arrivé. Et à 500 mètres de chez moi c'est encore plus incroyable. Je descend en marche arrière en roue libre jusqu'à avoir une vue dégagée. Il est très loin mais je fais quand même quelques photos que je présente ici fortement recadrées. Il mange quelque-chose.

_MG_2669.jpg
_MG_2677.jpg

Alors que je le vise depuis bien 5 minutes, j'enlève le reflex de la portière quelques secondes pour me relaxer. Et là, bien entendu, l'aigle suit la grande loi de la photographie animalière et décolle pile au moment ou je ne suis pas prêt. Son envol est laborieux, alourdi par son repas il peine à prendre de la hauteur. Le temps de caler le reflex il est déjà trop tard, en plus je m'aperçois que je ne suis pas dans le bon mode d'autofocus, bref aucune photo n'est montrable...
Après son départ, un milan noir arrive de suite sur la proie pour prendre le relai. Il redécolle rapidement. Curieux, je vais voir ce qu'il avait attrapé. Le malheureux élu est un lièvre ! L'aigle a nettoyé avec soin tout l'avant de l'animal, et a même décortiqué une patte. L'arrière, intacte, sera pour les milans, les corneilles ou le renard !

IMG_0599.jpg

samedi 13 août 2011

La saison de la Pie-grièche s'achève

Les jeunes Pie-grièches sont maintenant sorties du nid. En général, il n'est alors plus possible de faire des photos. En effet, les parent déplacent systématiquement les jeunes au fur et à mesure que vous tentez de vous en approcher... J'ai fait une brève tentative d'affût qui a confirmé la règle. De plus, les jeunes pie-grièches dès leur sortie du nid se montrent très craintives envers l'homme. Ce caractère doit être inné.

Je suis retourné les voir quand même 2 fois. La première, le mâle nourrissait un jeune planqué dans un roncier en bordure du chemin. J'ai tenté une approche en voiture, qui a presque marché. Le mâle est venu se percher devant la voiture très vite et à continué à chasser, mais il n'a pas osé venir ravitailler son jeune. Néanmoins, cela montre une fois de plus que les oiseaux sont beaucoup moins craintifs envers une voiture qu'envers un photographe en affût camouflé...

IMG_8709.jpg

La seconde fois, j'ai pu observer de loin que tout se passait bien, le mâle étant occupé à nourrir 2 bouches affamées:

IMG_4109.jpg

Et tout ceci sous le regard d'un lièvre, qui au final ne se décidera pas à venir se promener assez près de la voiture... J'ai quand même pu faire une digiscopie de la bête:

IMG_4105camraw.jpg

Le temps est venu de laisser ces beaux oiseaux tranquilles. Je me suis consacré les soirs suivants à chercher les mammifères, et j'ai eu de très bonnes surprises, tout comme un raté mémorable... à suivre tout de suite si j'ai le temps et la patience de rédiger mon petit texte et de préparer les photos...

vendredi 29 juillet 2011

Le chevreuil joue les trouble-fête

Hier matin, le réveil sonne très tôt. Je pars, pas très bien réveillé, à la conquête des bêtes à poil. Les premières prospections ne donnent rien. Puis je me rends dans une petite prairie bien cachée. Un coup d’œil discret dans la parcelle me permet de repérer un lièvre qui n’a pas l’air plus réveillé que moi. Allez, je sors le reflex et je décide de tenter une approche. Si Bertrand y arrive, je peux le faire aussi ! (il se reconnaîtra)

J’avance de 10 mètres tout en étant caché par un arbuste de la haie. Bon, la cible est encore loin, mais je trouve cette photo quand même très sympathique.

IMG_8321.jpg
La suite de la progression s’annonce délicate, car je serai à découvert. Mais je n’ai même pas le temps de me lancer qu’une chevrette sort du tournesol ! Je ne bouge plus et je la suis dans le viseur.

IMG_8336.jpg
Elle se rapproche du lièvre, cool, il y a une jolie photo à faire ! Je mitraille un peu, mais de suite je suis repéré. Bizarre, est-ce l’odeur, le bruit des déclenchements, les mouvements du miroir à travers l’objectif ??? Je n’en sais rien, et je continue à faire des photos.

IMG_8357.jpg
IMG_8372.jpg

La chevrette se met à aboyer, et saute dans tous les sens. Elle fait fuir mon lièvre qui jusque là dormait à moitié. Son réveil fût plus brutal que le mien…

IMG_8373.jpg

Elle fait quelques bons mais jamais dans la bonne direction, puis disparait dans le bois. Moi, j’ai passé un superbe moment, juste déçu, une fois de plus, d’avoir été repéré très vite malgré le professionnalisme dont j’ai fait preuve (ne rigolez pas, je fais ce que je peux…).

IMG_8375.jpg
IMG_8377.jpg

mercredi 11 mai 2011

Le lièvre, le photographe, et....... la joggeuse !

L’autre matin, je rentre bredouille de ma prospection biches. Mais en prenant un virage un peu avant chez moi, voilà que j’aperçois un lièvre qui fait sa toilette dans un labour ! Il est près d’une prairie, je décide de me garer plus loin et de l’approcher par la prairie. L’herbe est haute, le vent est bon, j’ai une chance d’y arriver. Après avoir rampé sur 50 mètres dans l’herbe, j’aperçois le lièvre qui est toujours là. Je fais une première photo :

IMG_7793.jpg

J’avance un peu plus, maintenant je suis à 7-8 mètres du bord de la prairie et j’ai une petite trouée dans l’herbe pour le photographier. Il ne m’a pas repéré et continue sa toilette, cool ! Je vise le bestiau, et là, je décide de changer de mode autofocus et je passe de Aiservo à one shot, afin de pouvoir mieux soigner mon cadrage. Je fais ça sans décoller l’œil du viseur car j’ai appris tous les boutons par cœur. Et là, c’est bizarre, je suis toujours en Aiservo ! Tant pis, je prends une photo, et là, ça ne déclenche pas ! Mince, qu’est ce que j’ai fais ? Je recule l’appareil pour contrôler les paramètres sur l’écran, et clic, ça prend une photo à ce moment. Ca y est j’ai compris, je me suis encore trompé de molette et j’ai mis le retardateur…

IMG_7794.jpg
Pas de panique, je remets les bons réglages, et là, le lièvre décampe alors que j’allais prendre ma photo dans la seconde !!!

IMG_7795.jpg

Il a du finir par me repérer. Et en fait, non, car c’est une joggeuse qui s’est pointée sur la route à ce moment et la fait fuir ! C’est malin, c’était la première fois que j’arrivais à approcher un lièvre avec mon reflex… Je commence à comprendre comment on peut en venir à assassiner une joggeuse de bon matin ! Oups, elle n’est pas terrible cette plaisanterie, mais bon tant pis, je la laisse quand même…

Je me dis toujours que si Canon avait inversé les fonctions des 2 molettes, je ne me tromperais jamais. C’est bizarre non ? Tant qu’ils y sont, ils devraient aussi inverser le sens de rotation des molettes, ça me permettrais, une fois que je me suis aperçu que je me sui trompé de molette, de ne pas me tromper de sens de rotation de la bonne !