La tête dans le brouillard

Un matin, le ciel est bleu, lumière magnifique. Je pars pour le bord du Rhône, en espérant que le soleil brille jusqu’en bas. Manque de chance, il y a juste une petite couche de brouillard bien épaisse au dessus de l’eau !

Comme la couche est fine, je me dit qu’il va peut-être se dissiper dans la matinée. Je décide donc de quand même m’installer au bord de l’eau. L’attente commence, pour l’instant, rien à l’horizon. Il faut dire que l’horizon se situe à environ 50m de moi…

Trente minutes passent, puis tout à coup, je suis réveillé par des gros bruits d’éclaboussures dans l’eau quelque part devant moi. Je regarde, je cherche, je ne vois rien. Puis je commence à discerner des ombres sombres au loin dans le brouillard. Au départ, je pense à un groupe de cygnes qui vient de se poser, mais très vite je comprend que c’est autre chose. Je vise avec le 500mm ces ombres qui se rapprochent, mais impossible de voir quoi que ce soit. C’est la première fois que cette situation m’arrive: Comme ces formes sont à peine perceptibles, l’autofocus ne les trouve pas, et moi non plus, car comme elles sont défocalisées, elles sont totalement invisibles. J’ai beau tourner ma bague de mise au point dans tous les sens en visant droit sur les formes sombres, rien n’apparait, je ne trouve pas la netteté et je ne vois que ça:

Et puis à force que ça se rapproche, ça sort petit à petit du brouillard et je les trouve enfin ! Il s’agit de 2 biches et d’un jeune cerf qui traversent l’étang devant moi !

Comme les animaux sont trop près, je ne peux pas avoir les 2 biches entières sur l’image, donc je me concentre sur le daguet qui suit un peu derrière.

Ils se rapprochent, puis finissent par arriver à moins de 30 mètres de moi. Et bien entendu, ils finissent par flairer le danger grâce à leur odorat qui ne les trahi jamais, mais qui me trahi toujours ! Je vous livre les photos sans retouches, pour que vous vous rendiez compte de la bouillasse du moment. On n’y voit rien du tout !

Petite discussion… “Dis, Raymond, t’as remarqué aussi cette odeur bizarre? Oui oui Josiane, je crois qu’il faut qu’on aille voir ailleurs avant de finir dans le congélateur d’un ingénieur de chez Orange”.

Du coup, les 3 compères repartent d’où ils sont venus:

Au moment ou l’autofocus perd le point, voici à quoi ressemble l’image dans le viseur:

Vous comprenez mieux maintenant ce que je vous ai expliqué au début…

Il ne se passera rien d’autre cette fois, et ce brouillard à la Vincent Munier ne se dissipera pas du tout.

Une autre fois, lors d’un autre affût au même endroit, ce sont 2 biches qui sont venues au bord de l’eau dans mon dos. Je n’ai pas bougé car de toute façon je ne pouvais pas faire de photos, mais celle de tête est venue à 2 mètres de moi avant de me repérer et de repartir. Un autre grand moment !

Pour finir, voici la dernière photo de Tac. Depuis cette photo, plus aucune nouvelle des 2 écureuils !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.