Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - prospection

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 28 juillet 2011

Des mammifères jamais à l’heure…

J’ai passé 2 soirées ces derniers jours à prospecter autour de chez moi, dont une en compagnie de Jean-Robert, paysan et observateur- photographe de moins en moins amateur de la faune locale. Dès le premier soir, la grande loi de la nature est respectée, celle qui dit que les animaux sortent quand j'atteint une vitesse de 1/30s à 800 iso avec mon couple 50d 400mm f/5,6 (autrement dit quand il n’y a plus assez de lumière pour espérer faire des photos correctes…).

C’est un renard qui pointe le bout de son museau en premier, alors que je fais un petit affût sur un mirador pendant que Jean-Ro repère les environs.

IMG_8164.jpg

Malheureusement, le renard ayant une meilleure vue que Jean-Ro, il ne tarde pas à être dérangé et à déguerpir. Mais non, nous ne l’avons pas dérangé, juste entrainé avant la chasse, comme d’habitude…

IMG_8169.jpg
IMG_8180.jpg

En repartant prospecter plus loin, une belle biche et un chevreuil se tiennent dans une parcelle. La biche n’est pas effrayée par la voiture et j’essaie de faire quelques photos pas trop floues. Dans le tas, 1 ou 2 sont bonnes.

IMG_8220.jpg

Plus loin, nous croisons le chemin de quelques chevreuils, dont 1 que j’essaie de photographier depuis la route. Mais la lumière est trop faible, c’est bruité et un peu flou même si ce n’est pas visible ici, il est un peu trop tard !

IMG_8240.jpg

Le 2ème soir, en arrivant dans la zone intéressante, je tombe directement sur 2 biches en compagnie de leur petit faon ! Je m’arrête au bord de la route, je suis à bien 120 mètres de distance et pourtant, les biches me regardent et commencent à s’éloigner. Du coup, je redémarre aussitôt. Je refais un passage à vitesse normale pour vérifier qu’elles sont toujours là. J’ai tout juste le temps de réfléchir à comment les approcher pour les photographier sans me faire repérer, qu’une voiture s’arrête en warning à leur niveau au bord de la route ! Résultat, les animaux disparaissent dans le bois sans tarder…

Je continue mes prospections. Je croise le chemin d’un renard et d’un brocard que je ne tente pas d’approcher car la configuration des lieux ne s’y prête pas. Puis le paysage s’assombrit, la nuit commence à tomber. Un rideau de brume s’abat sur les prairies, et c’est à ce moment que je repère une chevrette dans la même parcelle que la biche photographiée 2 jours auparavant. J’essaie de faire des photos d’ambiance à la Vincent Munier, au final ça ne donne pas grand-chose.

IMG_8258.jpg

Ensuite il est temps de rentrer. La prochaine fois j’essaierai le matin, c’est peut-être la solution pour avoir assez de lumière pour photographier ces bêtes à poils…

dimanche 24 avril 2011

Tout est bien qui finit mal

Il y a quelques jours, je décide d’aller retrouver mon couple de cincles. En ce moment, ils doivent être en train de nourrir leurs poussins au nid. Je compte commencer à tenter des photos des oiseaux en vol. En effet, leur trajectoire est prévisible, et mes essais la dernière fois m’ont permis de m’assurer que la lumière est suffisante pour atteindre une vitesse de 1/4000 sans trop pousser les iso, ce qui doit suffire. Je prends le matériel et je m’aventure le long de la rivière avec mes bottes. Le débit de la rivière est faible, cette fois je n’ai pas de risque de remplir une botte en faisant un pas de travers…

Arrivé à 50 mètres du nid, je jette un coup d’œil pour voir si les oiseaux sont là. Rien à l’horizon, ce qui est une bonne nouvelle, je vais pouvoir rejoindre mon point d’affût. Mais arrivé au niveau du nid, tous mes espoirs s’effondrent brutalement ! Je pensais avoir tout prévu pour réussir mes photos, mais en fait j’avais oublié une éventualité : la prédation du nid !!! Le joli nid des cincles, un cocon de mousse accroché à la verticale d’un mur, a été éventré ! En regardant autour, je retrouve 3 pattes de poussins de cincles. Pour faire une photo, je n’ai que le 400 mm, car je me suis allégé au maximum pour un affût prévu au milieu de l’eau. Du coup, j’essaie de me reculer pour faire une photo du désastre :

IMG_6855crop.jpg

On voit, en haut de la photo, une mouche gracieusement posée sur une patte de poussin… :

IMG_6855.jpg

Je suis très déçu pour mon couple de cincles qui a complètement déserté, et également pour moi qui espérais de belles images de cette petite famille…

Du coup, je décide l’après-midi de prospecter la rivière à la recherche d’un autre couple, sans trop y croire car cette année, la population de cincles semble peu développée, alors qu’il y a 2 ans il y en avait partout. Au final, je trouve une portion de rivière éclairée par une belle lumière filtrée par la canopée des arbres qui la bordent.

IMG_2308der.jpg
Malheureusement, pas de cincles à l’horizon. Je ne trouve pas mon bonheur sur 3 km de rivière au décor assez « sauvage ». Par contre, en arrivant au niveau de la zone industrielle ou la rivière est bétonnée, bordée de ponts et de routes fréquentées, je trouve un cincle qui collecte de la nourriture pour ses petits. C’est toujours comme ça, les oiseaux préfèrent vivre près de l’homme plutôt que dans une belle nature bien sauvage…

Pour moi, peu de motivation pour suivre un couple au milieu du bruit des camions et des voitures…

dimanche 28 novembre 2010

Rivière désertée, canal habité …

Depuis bien 3 semaines, mon bout de rivière adoré a été déserté par les cincles, les martins-pêcheurs et les bergeronnettes. Ceci était prévisible, car la pluie a transformé la rivière en torrent trouble, ou plus aucune pierre n’émerge de l’eau. Le débit s’est un peu calmé ces derniers jours, mais il en faudra plus pour le retour des cincles (qui reviendront c’est sur tôt ou tard !). Du coup, je me suis retrouvé à nouveau à errer, sans trop savoir ou aller pour observer et photographier des oiseaux. Je me suis promené à droite à gauche, j’ai passé un peu de temps dans les observatoires au sud du Lac du Bourget. Mais globalement, peu d’observations intéressantes.

J’ai néanmoins rendu visite à la tombée de la nuit au couple de hiboux grand-duc qui ne vit pas très loin, et j’ai pu voir un oiseau chanter en falaise, perché sur une branche juste au dessus de son aire. C’est toujours un plaisir d’observer ce magnifique rapace !

Ce matin, j’ai participé à une sortie d’observation des oiseaux organisée par les bénévoles de la FRAPNA Savoie, et à cette occasion, nous avons pu observer pas moins de 3 butors étoilés ! Ce fût un plaisir de montrer ce bel oiseau mystérieux aux participants de la sortie. Ils étaient tous beaucoup trop loin pour espérer de belles photos, mais ce sera peut-être pour plus tard…

Pour cet après-midi, j’avais un programme dans ma tête depuis hier. En effet, hier, je suis allé faire une séance de repérage le long d’un canal ou j’ai remarqué précédemment que le Martin-pêcheur est bien présent. C’est ma seule piste actuelle pour la photo. Je me suis planqué en retrait avec ma longue-vue pour observer ce qu’il se passait. 2 martins-pêcheurs n’ont pas tardé à se montrer, ainsi qu’une grande aigrette et un groupe de sarcelles d’hiver. C’est alors que j’ai regretté de n’avoir pas tenté directement un affût photo improvisé, car la neige du matin recouvre les branches qui servent de perchoir aux martins-pêcheurs. Cela aurait pu faire de très belles images, car j’ai observé à plusieurs reprises un oiseau se percher au milieu de la neige. Mais bon, il est trop tard pour changer d’avis, je n’ai pas mon matériel photo avec moi, et je ne peux pas bouger car la grande aigrette est trop près de moi et je risque de faire fuir tous les oiseaux. Je patiente environ 1h30, puis j’essaie de repartir. Tous les oiseaux sont à une distance raisonnable, mais même en essayant d’être discret, je provoque un envol de tous les oiseaux… Toutes mes excuses !
Donc si vous avez bien suivi, ça c’était hier après-midi. Cet après-midi j’y retourne et je m’installe en affût dans un coin qui semble être apprécié des martins. Pas facile de choisir, car les perchoirs potentiels se comptent par centaines le long de ce canal !

IMG_0085.jpg

La lumière est assez faible, donc le reflex semble le mieux adapté pour tenter des photos. Après 45 min d’attente, un Martin passe pour la 3ème fois devant moi et se décide à se percher pas très loin. Je reste complètement immobile, de peur de le faire repartir. Il reste longtemps sur sa branche et lentement, j’arrive à le cadrer pour faire une petite photo :

IMG_5492.jpg

Au bout de 10 minutes, il s’envole et se perche bien en vue sur un piquet planté au milieu de l’eau.

IMG_5497.jpg

Il ne tarde pas à plonger, puis à remonter sur son piquet avec un petit poisson qu’il avale dans la foulée !

IMG_5498.jpg

Puis alors que je l’observe dans le viseur, je le vois décoller pile dans ma direction et je le perds. Mince, ou est-il ? Je décolle l’œil du viseur et je regarde par un trou de mon filet : il est pile devant moi, à moins de 5 mètres ! ni une ni deux, je déplace lentement mon objectif jusqu’à apercevoir une grosse tâche bleue dans le viseur. Un coup d’autofocus « ultrasonic » et la tâche bleue se transforme en un magnifique oiseau. J’ai le temps de prendre quelques photos, puis l’oiseau repart plus loin, peut-être intrigué par les bruits du déclenchement du reflex ou par mes mouvements aussi discrets soient-ils. Je me retrouve avec le cœur qui bat très fort, la décharge d’adrénaline est toujours là quand l’oiseau vient si près !

IMG_5510.jpg
Bon c'est sur, avec de la neige sur la branche, le résultat aurait été tout autre, mais j'ai un jour de retard !

Plus tard, une grande aigrette vient me rendre visite, mais elle s’envole subitement à l’instant ou je la cadre. Elle a du voir un reflet dans mon objectif, car ce ne sont pas mes mouvements qui ont pu la faire fuir de la sorte. Après une heure supplémentaire passée sur place, j’ai pu voir plusieurs martins-pêcheurs passer et évoluer. Je pense que j’y retournerai.

Le Martin-pêcheur est un oiseau très très très photographié, ma photo du jour est un grand classique mais j’ai passé un très bon moment en sa compagnie et c’est là l’essentiel. Et cette photo a le mérite d’avoir été prise sur un perchoir naturel. Très souvent, c’est le photographe qui met en place son perchoir, et qui même parfois (rarement quand même je pense) va jusqu’à supprimer les autres perchoirs à proximité pour inciter l’oiseau à venir sur le sien…

lundi 11 octobre 2010

Promenade en Savoie

Ces derniers jours, je me suis baladé en Savoie, sans avoir pour but premier de prendre des photos. Il est important de mêler les sorties de découverte et d’observation aux sorties photographiques, pour améliorer ses connaissances naturalistes, voir du paysage et pourquoi pas découvrir un nouvel endroit qui se prête à la photo. Car il faut bien le dire, comme souvent, je ne sais pas vraiment ou aller en ce moment pour photographier des oiseaux. La plupart des « spots » que j’ai pu trouver par le passé sont éphémères, les oiseaux changent leurs habitudes et il faut à chaque fois chercher de nouveaux lieux qui se prêtent à la photo.
Sur le chemin, j’ai croisé quelques Rémiz pendulines, petites raretés trop mobiles et furtives pour être photographiées, ainsi que pas mal d’autres passereaux migrateurs dont ce petit traquet motteux, que j’ai pris en photo en digiscopie et à l’approche, d’assez loin afin d’éviter de le faire décoller plus tôt que prévu…

DSCF5119.jpg

Le long de ma rivière à cincles, j’ai pu observer 2 individus, peut-être ceux avec qui j’avais passé pas mal de temps il y a 1 an et demi. J’ai bien envie d’y retourner, même si il reste un oiseau difficile à approcher, surtout en dehors de la saison de reproduction.

lundi 21 juin 2010

Le Cerf sauve l'honneur !

Ce week-end, le temps pourri se s'est pas prêté à la photo ! J'ai effectué quelques prospections pour essayer de trouver un nouveau couple de Pie-grièches (j'aimerai bien photographier un beau mâle pour finir la saison) mais je n'ai pas trouvé d'oiseaux au comportement assez prévisible. Au programme également, une petite ballade avec Bertrand qui m'a permis de découvrir la présence du Bruant proyer dans le coin, le jour même ou le paysan est venu faucher la prairie qui accueillait peut-être son petit nid...

Dimanche soir, malgré le temps bien couvert, je suis allé prospecter les mammifères, et ce fût une bonne idée car j'ai ramené ma toute première photo de Cerf (merci Jean-Robert pour les tuyaux !). Les mammifères sont des animaux aux réactions très différentes, je n'arrive pas à les cerner. Tantôt ils galopent à 200 mètres de la voiture, tantôt on les approche à 50 mètres sans qu'ils se préoccupe de nous... Mais c'est une chose que je vais essayer d'approfondir.
La photo est prise à environ 10 mètres de la voie rapide, pourquoi chercher des animaux dans la nature alors qu'ils semblent aimer vivre près du bitume et du béton ??? Pour cette image la vitesse est de 1/20 à 800 iso, en appui sur le rétroviseur, c'est plus que limite mais avec la mitraillette du 50D on peut toujours espérer une photo nette dans le tas !

IMG_3487.jpg

- page 1 de 2