Vacances “Pic noir” suite

Jour suivant, cette fois je monte pour la journée, j’ai ajouté le pain, le comté et le saucisson dans le sac de 13 kg. Je teste la montée en VTT par la piste, beaucoup plus long en distance mais moins pentu. Résultat, je met 5 minutes de plus qu’à pied, et j’en chie autant. Le poids du sac est vraiment contraignant ! Par contre, pour la descente en fin de journée, ça devrait aller mieux !

Lorsque j’arrive, un pic est dans le coin. J’ai l’impression que la loge est surveillée en permanence par un adulte, je n’avais jamais vu ça avant, bizarre. Je rentre rapidement dans mon affût, et c’est parti pour 8 heures d’attente. Comme d’habitude, il ne se passe rien pendant 2 heures. Enfin presque, parce qu’à un moment, je remarque qu’un jeune vient montrer le bout de son bec à la sortie de la loge ! Cool ! C’est un mâle. Chez le pic noir, on peut distinguer le mâle de la femelle dès les premières plumes !

Ah oui, je ne vous ai pas dit, mais aujourd’hui j’ai pris aussi le 7D mark 2 en plus du 5D mark 4 pour essayer, et aussi histoire de rajouter 1kg dans le sac ! Ici c’est donc le 7D mark2, d’où le grossissement plus important. Un peu plus tard, le mâle se pointe pour le premier ravitaillement de la journée:

Il rentre dans le trou, puis y reste plusieurs minutes avant de repartir. Comme d’hab, j’essaie de faire une photo de la sortie de la loge, mais là le grossissement est un peu trop important…

Comme quoi, même avec le mode rafale du 7D à 10 images/secondes, y en a quand même une de prise trop tôt et l’autre trop tard… Mais comme les 2 sont un peu floues, il n’y a pas de regrets !

Ensuite, je peux casse-crouter tranquillement sans être dérangé (merci aux pics de respecter ce moment important de la journée). Après avoir mis des miettes de pain partout dans la tente, je reprend ma surveillance. Quand ils vous laissent manger, les pics, ils prennent large, 2 heures mini, histoire d’être sur ! Du coup, 2 heures et des poussières plus tard, voici madame:

Elle ravitaille, puis se lèche les babines avant de repartir.

Je remarque quand même, comme d’habitude, que le 7D mark2 est moins efficace niveau autofocus, et que niveau lumière on est toujours un peu à la limite des possibilités du boitier. Du coup, je remonte le 5D mark4 à la place. Et à peine 15 minutes plus tard, le mâle se pointe ! 2 passages en 15 minutes, quel luxe ! Il offre une jolie posture durant le ravitaillement avant de repartir:

Nouvelle tentative de photo de l’envol à la sortie de la loge: bof bof !

Quinze minutes plus tard, il revient à nouveau ! A non pardon, en fait c’est 3 heures plus tard cette fois, alors que je commence à me dire que je ne reverrai plus rien avant de partir, car il est déjà 18h passé… Pas de nouvelles de la femelle, elle semble peu participer au nourrissage !

Et hop, encore une sortie, avec sac fécal cette fois, mais prise un peu trop tôt. Qu’est ce que vous voulez, quand on a de trop bons réflexes, c’est ce qui arrive !

Après cette journée, je prend la décision de déplacer ma tente affût encore plus à gauche, pour avoir les oiseaux encore plus de profil. Pour ce faire, il faut couper ce petit arbre qui est devant l’arbre des pics. Tant pis, de toute façon, vu comme il est en train de pousser de travers en basculant sur la droite, il n’a pas vraiment d’avenir. Du coup, le lendemain, je remonte avec une scie, et je m’approche de l’arbre. Tiens, de près, le tronc est quand même un peu plus gros que ce que j’avais estimé… Il faudra un peu plus d’énergie que prévu ! Après un peu d’effort, crac il tombe, et la vue se dégage enfin. Je déplace ma tente vite fait. Tiens, ça y est, j’entends un cri d’adulte, il y en a encore 1 dans le coin. Je me dépêche, et je pars au plus vite. Cette fois la tente est idéalement placée, j’en ai même profité pour me rapprocher de 2 ou 3 mètres de la loge, ce sera mieux pour les images avec le 5D mark4.

Du coup, je ne fais que ça de la journée, pas de retour pour un affût, histoire de limiter le dérangement. Le lendemain, j’espère que ce sera la bonne journée pour faire des jolies images. Je commence néanmoins à avoir un sérieux doute sur le nombre de poussins dans le nid. Je pense qu’il n’y en a qu’1, car je vois toujours la même tête au bord du trou. Ce sera à confirmer les prochains jours…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.